LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

John Greaves : Verlaine Gisant

5 min
À retrouver dans l'émission

John Greaves : Verlaine Gisant
John Greaves : Verlaine Gisant Crédits : Radio France

L’Air de la Lune ou comment entrer dans l’œuvre et la vie de Verlaine, une fleur à la main, à l’image de cette photo de couverture de « Verlaine Gisant » : vous y voyez un homme souriant, comme en visite reconnaissante sur la tombe de Verlaine. (Information pratique au passage pour ceux qui souhaitent en faire autant : Paul Verlaine repose au cimetière des Batignolles à Paris, 20e division)

Cet homme c’est John Greaves, musicien gallois installé en France depuis plus de 20 ans, il s’était fait connaitre d’abord au sein du groupe Henry Cow (dans les années 70, proche de Robert Wyatt entre rock expérimental, jazz et musiques improvisées). Et depuis plusieurs années John Greaves nourrit ce qu’il appelle son « obsession » Verlaine.

Après Debussy, Fauré, Ravel et Varèse, ou encore Brassens et Léo Férré du côté de la chanson, John Greaves donne suite à deux albums entiers de mises en musique de poèmes et de textes, avec accordéon, guitares électriques claviers Fender. Cette fois-ci le projet est plus collectif et moins direct, il joue autour de l'œuvre du poète, et autour de sa vie, dans ce qu'ils ont parfois de plus cru...

Là où les précédents albums étaient des projets plus personnels, ici l'aventure est collective et destinée à la scène et c’est l’écrivain Emmanuel Tugny (musicien et diplomate) qui signe ici les textes inspiré des « derniers jours de Paul Verlaine » de Gustave Le Rouge. Sont réunis les voix d'Elise Caron, Jeanne Added (qui interprètent les femmes de la vie de Verlaine : Esther, Eugénie, Elisa et Mathilde) Thomas de Pourquery incarne Verlaine, vous entendez Olivier Mellano à la guitare, au total 11 musiciens (y compris notre collègue de France Musique Laurent Valero au Bandonéon) (finir très doux) pour une déambulation dans Verlaine, jusqu’à la dernière demeure...

Un projet musical « sans rien en lui qui pèse ou qui pose » est-on tenté de dire. « Quand le vieux poireau gallois que je suis se livre aux mots du vieux pochetron français, il y a un truc qui se passe » comme le confie John Greaves à nos confrères de Libération. On se quitte sur ces mots d’Emmanuel Tugny qui signe tout le livret :

Autoportrait : « Verlaine tu es le purin, La rose qui l'élève en Dieu, Le livre donné, le lutrin, Le paysage et le chemin »

Extraits diffusés :

Air de la Lune

Air de Loire

Air de la dernière demeure

La poétesse

John Greaves : Verlaine Gisant (Signature – France Musique)

concert le 12 septembre - Jazz à la Villette

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......