LE DIRECT
Rossini - Karine Deshayes Les Forces Majeures (Aparté)

Karine Deshayes, rossinienne à l’écoute chez Les Forces Majeures

6 min
À retrouver dans l'émission

La mezzo-soprane (Artiste lyrique de l’année aux Victoires de la musique classique) signe un portrait vibrant de son rapport à Rossini. Le compositeur qu’elle a si souvent chanté est servi ici par des musiciens de chambre à l’écoute précieuse.

Rossini - Karine Deshayes Les Forces Majeures (Aparté)
Rossini - Karine Deshayes Les Forces Majeures (Aparté)

« Ah seigneur ! La belle paix que tu as su me donner » La Donna del Lago, Hélène, conclue ainsi l’opéra de Rossini : « Tanti affetti in tal momento » : « Tant d’émotions en ce moment m’entourent le cœur, que l’immensité de mon bonheur, je ne peux pas te la dire ». C’est ici Karine Deshayes qui prête sa voix à La Dame du Lac. Un final qui sert ici d’ouverture à son programme Rossini, un disque conçu comme un portrait du compositeur : « Vie de Rossini », avec des airs de ses opéras les plus connus, comme Le Barbier de Séville ou La Cenerentola (Cendrillon si souvent chantée sur scène par Karine Deshayes).

Mais le portrait est aussi plus nuancé : on laisse un peu de côté les tournedos au foie gras et la virtuosité de plaisir pur, pour mettre en valeur, dans une sorte d’arc narratif, de « courbe dramatique » l’air de Desdémone dans Otello : l’épouse du Maure de Venise se lamente : « Si mes prières sont vaines, qu’il vienne bientôt au moins baigner d’une larme les cendres de mon urne ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Portrait en finesse réalisé par la mezzo-soprane et l’Ensemble Les Forces Majeures sous la direction de Raphaël Merlin. Le violoncelliste du quatuor Ebène qui, quand il ne joue pas Schubert en quintet, réunit et dirige des musiciens de chambre pour jouer le répertoire symphonique ou lyrique : découverte donc pour ces derniers et un résultat d’écoute attentive : « leur réflexes font que cela fonctionne beaucoup avec les oreilles, et peut-être moins avec les yeux » selon Raphaël Merlin.

A noter au cœur de ce programme en portrait et mélodies de Rossini la cantate Giovanna d'Arco proposée dans une version orchestrée (à l’origine par Sciarrino en 1989 pour Teresa Berganza), 16 minutes comme un opéra miniature de Jeanne d’Arc qui médite, seule la nuit. Et puis un caractère espagnol très souligné par les orchestrations de Raphaël Merlin, dans une Canzonetta spagnuola et cette Nizza chantée en français : « Tu peux trouver sans peine plus hauts seigneurs dans Gênes, pour te nommer sa reine, Mais plus d’amour jamais ».

Extraits diffusés : Gioachino Rossini (1792-1868)

  • « Tanti affetti in tal momento » (La Donna del lago)
  • « Deh calma, o ciel » (Otello)
  • Nizza

Par Karine Deshayes, Les Forces Majeures, Raphaël Merlin (dir.) Disque Rossini (label APARTE)

en concert le 13 mai 2016 à Biarritz (pour ce programme Rossini) 27 mai à Merignac, le 29 mai au festival de Saint-Denis, au Théâtre des Champs-Elysées à Paris les 18 et 27 juin, à ne pas manquer au festival de radio France Montpellier le 11 juillet 2016.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......