LE DIRECT

Mansfield . TYA, Corpo Inferno

5 min
À retrouver dans l'émission

Inferno
Inferno Crédits : Radio France

« Si vous aimez les statues, le violon, la langue française, la musique baroque et la techno, Corpo Inferno est pour vous ». Ne cherchez pas à assurer le service communication de Mansfield . TYA, Julia Lanoë et Carla Pallone s’en chargent d’elles-mêmes.
Corpo inferno, le quatrième album de Mansfield . TYA, n’est pas pour vous si (je cite) : « vous aimez le mode majeur, M Pokora ou Nadine Morano, ou encore si vous aimez que l’on désigne les morceaux de musique avec des adjectifs réservés à la nourriture comme « frais » ou « sucré », encore moins si vous aimez votre banque ». A défaut d’explications, quelques éléments glanés ici ou là : Mansfield.TYA, pseudonyme composé, a été choisi pour rendre un hommage, non pas à Jane Mansfield la blonde, mais à brune June Mansfield Miller, muse d’Anaïs Nin et d’Henry Miller. Pour Tya (T.Y.A.) je n’ai pas trouvé. Peut-être l’acronyme de Ten years After. Vous l’entendez (à l’évidence dans Sodome et Gomorrhe) beaucoup d’images et lecture chez Mansfield. TYA, qui concilie parler cru, influence courtoise et jeux littéraires. Vous entendrez mis en musique un quatrain des Contemplations de Victor Hugo (l’occasion de lire ou relire le très beau poème « Je respire où tu palpites »); mais aussi leur propre plume comme dans Palais noir « effrayant brouillard » diffus sur fond de techno, tandis qu’à la fin du disque la chanson Le Dictionnaire Larousse donne une des plus belles mise en abyme d’écriture de chanson qu’on ait entendu depuis des lustres. Difficile de situer Mansfield . TYA sur une carte ou un territoire d’auteur, elles nous avertissent pourtant plage 4 : « Jamais jamais tu ne me trouveras, je suis devenue une montagne ». A noter ici la présence en majesté de Shannon Whrigh, songwriter d’Atlanta, sur le titre « Loup Noir » seuls mots en anglais du disque « When the falter shows no grace, Hesitant voice will raise, Walks an unsteady pace » ode à l’hésitation, au bancal, comme sur mesure pour Mansfield . TYA. Le titre manifeste peut-être de ce disque apparaît vers sa fin, et s’il emprunte à Jacques-Yves Cousteau son titre, la comparaison s’arrête là : Le Monde du Silence. Mais « qu'est ce qu'un paradoxe, sinon une vérité opposée aux préjugés du vulgaire. » (Diderot) Extraits diffusés : Bleu Lagon Sodome et GomorrheJamais JamaisLe Monde du silenceCorpo Inferno (Vicious Circle)

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......