LE DIRECT

Odezenne, post-combat

5 min
À retrouver dans l'émission

Odezenne
Odezenne Crédits : Radio France

« On nait on vit on meurt (….) tout finira vite, sans douleur, sans forfait… » peu de soleil ou d’enthousiasme du moins dans les mots d’Odezenne. On pourrait presque croire que c’est un ancien soldat qui écrit, revenu de tout, même du cynisme. Et pourtant pas usés encore les trois auteurs d’Odezenne (une parenthèse à propos du nom : qui auparavant s’écrivait O2 Zen, visiblement c’est une histoire de proviseur de lycée Mme Odezenne qui les aurait terrorisé) : (Alix Caillet et Jacques Cormary rejoins par Mattia Lucchini, sans lien apparent avec Fabrice du même nom puisqu'un C de plus différencie les deux noms) 34 ans peu ou prou chacun, unis sur scène depuis 2007 (avec au départ DJ Lodeez), leur nouvel album sort cette semaine, vous les soyez même en cavaliers sur la couverture des Inrocks.

Ceci avec des armes qu’ils ont conçu et maîtrisent de bout en bout : près de deux millions de vues pour les titres « tu pu du cu » et « Je veux te baiser », 14 000 disques vendus et un concert à l’Olympia rempli, joli succès atteint sans l'aide de ce qu’on appelle une major, ils ont créé leur propre maison de disque : Universeul (sont en licence chez Tôt ou tard).

Odezenne qui a manifestement le goût des images (et pas qu’en métaphore), emprunte volontiers au cinéma, de Gaspard Noé à Chris Marker, il faut voir le clip de « Bouche à lèvres » qui pourrait au départ faire penser à l’animation de « Valse avec Bachir » (Ari Folman) et qui tourne au conte psychanalytique.

Le titre de l’album Dolziger Straße 2, c’est l’adresse à Berlin où l'album a été enregistré, comme un arrachement nécessaire aux bords de la Garonne pour les rives de la Spree.

Il n'y a pas que sexe drogue et alcool dans les chansons d’Odezenne mais aussi chair et désillusions, Odezenne groupe d'un rap « sans chantilly » entendez sans fioritures ni superflu. Une morale résumée par Jacques (qui confie au magazine Tsugi :) « On nous a dit que la mort est quelque chose de triste, que l'état d'ébriété c'est un drame familial. Moi je pense que ce n'est pas triste tout ca. La réalité n'est ni rose, ni grise. Elle est, c'est tout » On a commencé par la fin du disque, on se quitte avec son début : « Un Corps à prendre ».

Extraits diffusés :

On nait on vit on meurt

Boubouche

Un corps à prendre

Odezenne : Dolziger Str. 2 (Tôt ou Tard)

Le clip de « Bouche à lèvres »

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......