LE DIRECT
Prince, 1979

Prince 1958-2016, baiser d’adieu

10 min
À retrouver dans l'émission

L’auteur de Kiss, Purple Rain, Nothing Compares 2U et tant d’autres, symbole et synthèse d’identités sexuelles et musicales (pop, rock, rap, soul) est mort hier à l’âge de 57 ans.

Prince, 1979
Prince, 1979

« Sometimes It Snows In April » les derniers mots de l'album « Parade » sorti il y a 30 tout juste (1986) résonnent étrangement en ce 21 avril 2016. Le compositeur, musicien et danseur Prince est mort, a-t-on appris hier soir, à l’âge de 57 ans. « Sign O The Time » après la mort de David Bowie, une autre star s’éteint par surprise. Prince était encore sur scène le 21 mars dernier à Montréal, il avait annoncé au magazine Rolling Stone qu'il travaillait à un livre de Mémoires « The Beautifull Ones ».

« Le temps est une construction mentale » déclarait Prince à 50 ans passés, une construction qui à l’image de sa musique marque les vies de chacun, de façon différente. Retour sur quelques chansons qui sont autant de déclaration : I Wanna Be Your Lover

Guitariste brillant, inventeur de solos joués dans le monde entier, Prince ouvrait d’un riff mémorable “Prince” en 1979, un album « écrit, composé, produit et joué par Prince ». Cheveux longs et brushing, maquillage et moustache, Prince joue d’une ambivalence proche de Little Richard et d’un corps de petite taille (moins d’un mètre soixante) ce qui ne l’empêche pas d’inventer une danse et sa gestuelle, souvent suggestive.

Question de sexe et d’identité que Prince redéfinit notamment quand il décide en 1993 qu’on ne l’appellera plus autrement que : Love Symbol (symbole ésotérique qui conjugue le miroir de Vénus et la flèche de Mars) en manifeste d’indépendance : quelque mois plus tard il sort seul un titre qui arrive en 2ème place des charts (« The Most Beautifull Girl in the World »), montrant à sa maison de disque Warner qu’il n’a pas besoin d’elle. Indépendance économique qui se développe avec l’arrivée d’internet.

Avant cela il y a eu « Purple Rain », « 1999 » (paru en 1982) puis « Sign O The Times », double album, fruit d’une ambition immense, sans le groupe The Révolution qu’il vient de dissoudre. Dans la chanson titre, Prince parle du sida, des émeutes urbaines, de l’explosion de la navette Challenger… puis signe « If I Was Your Girlfriend » sommet de schizophrénie. Un critique (Stephen Thomas Erlewine) a décrit Sign O The Times comme « le son de la fin des années 80, le son d’une époque heureuse en train de s’effondrer et comment ce doute et cette peur peuvent être éludés en dansant pour les oublier ».

Et si au début du nouveau siècle Prince ne réalisait plus les ventes record des années 80 il captivait toujours sur scène, avec une maitrise musicale et un sens rare du spectaculaire. Faisant même de son public des musiciens, leur apprenant à déjouer les contretemps, les pièges rythmiques des morceaux, leur faisant chanter les paroles, forme d'exigence à la hauteur de sa générosité sur scène.

On se quitte avec un remix que nous a adressé Prieur de la Marne dans la nuit, cela commence par la voix de Whoopy Goldberg qui croise Prince sur un plateau télé, lecture joyeuse et pleine de cris : « KISS ».

Terminons par les mots de « Purple Rain » sur lesquels il aimait parfois insister en fin de concert « Such a shame our friendship had to end ».

 notre article "le chanteur Prince est mort"

 les hommages au chanteur sur Twitter : purple tweets

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......