LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Raquele Magalhães - Sanja Bizjak « Patchwork » (Evidence)

Raquele Magalhães, la France, l’Europe, la flûte.

5 min
À retrouver dans l'émission

La flutiste brésilienne signe un disque « Patchwork » qui réunit Enescu, Schulhoff, Prokofiev, Muczynski. Avec en toile de fond, une histoire de la flûte en France.

Raquele Magalhães - Sanja Bizjak « Patchwork » (Evidence)
Raquele Magalhães - Sanja Bizjak « Patchwork » (Evidence) Crédits : Photo : Lyodoh Kaneko

Cantabile et Presto d’Enescu ici par Sanja Bizjak au piano et Raquele Magalhães à la flûte. Soit une Serbe et une Brésilienne pour une pièce d'origine roumaine. Qui a dit que la musique était l’outil des nationalismes ? (on renvoie sur ce sujet à l’excellent livre de Philippe Gumplowicz « Les Résonances de l'ombre, musique et identités de Wagner au jazz » Ed. Fayard).

Raquele Magalhães, née au Brésil (en 1979) a choisi la flute traversière très jeune ; d’abord formée à l’Ecole de musique de Rio puis au Conservatoire à Paris où elle a bénéficié d’une bourse, elle enseigne désormais et publie ce premier enregistrement titré « Patchwork ». Un disque qui débute par ce Cantabile et Presto, pièce de 1904 de George Enescu, compositeur roumain proche de Maurice Ravel, de Fauré, de Cortot (il a passé une grande partie de sa vie en France) et l’œuvre que vous entendez est destinée au concours des étudiants du Conservatoire de Paris. Enjeu de passation et d’excellence donc, pour une musique « d'un raffinement exquis où la musicalité ne cède jamais à la virtuosité. A une splendide cantilène en mi bémol majeur nostalgique, courtoise et diaprée où se mêlent des réminiscences françaises et, très brièvement, la sonorité d'un fluier (sorte de flute roumaine) succède un final en sol mineur au caractère enlevé et "appassionato" (...) » (George Enesco par Alain Cophignon Ed. Fayard p. 155). Alors vous me direz pourquoi décrire ce que l’on peut l’entendre ? (pas faux) Pour la suite, un extrait de la sonate pour flûte et piano de Prokofiev, tiré ce disque « Patchwork ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Résultat de couture plutôt Européen : les différents morceaux de tissus assemblés viennent surtout d’Europe de l'Est du XXème siècle puisqu’après George Enescu (Roumain) ce sont Erwin Schulhoff (un Tchèque), Serge Prokofiev (Russe) et Robert Muczynski (qui lui est Américain) qu’elle choisit d’interpréter. Pourquoi je vous parle de nationalité, parce que (cocorico) la France parait, de façon souterraine comme le point commun à toutes les œuvres choisies par la flutiste Raquele Magalhães : la sonate de Prokofiev fut un des chevaux de bataille de Jean-Pierre Rampal, celle de Schulhoff était écrite pour un autre flûtiste français, René Le Roy, et la sonate de Muczynski fut créée à l’Académie d’été de Nice où elle avait reçu un prix en 1961. La voici rejouée en final de ce Patchwork, allegro con moto.

Extraits diffusés :

  1. George Enescu : Cantabile et Presto
  2. Sergueï Prokofiev : Sonate pour flûte et piano Op.94 (Moderato)
  3. Robert Muczynski : Sonate pour flûte et piano Op. 14 (Allegro con moto)

Raquele Magalhães - Sanja Bizjak « Patchwork » (label : Evidence)

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......