LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Mettez un livre dans votre moteur...

Paysages intérieurs. Lionel Duroy, Gaëlle Josse, Laure Heinich

57 min
À retrouver dans l'émission

Une salle des machines traversée des tremblements que procure parfois la tristesse d'exister, qui résonne de ce que les blessures de l'enfance font à la littérature, du choc de l'effondrement comme du murmure des reconstructions, du piano de Debussy et de l'humour irrésistible de Marguerite Duras.

Mettez un livre dans votre moteur...
Mettez un livre dans votre moteur... Crédits : Maria Maglionico / EyeEm - Getty

Première partie. Entretien avec Lionel Duroy

Mathias Enard s'entretient avec le romancier Lionel Duroy. Egalement journaliste et biographie, Lionel Duroy est l'auteur d’une vingtaine de romans parmi lesquels Eugenia (Prix Anaïs Nin 2019) ou L’Hiver des hommes (Prix Joseph Kessel 2013), qui traitait du devenir des Serbes de Bosnie et se basait sur son expérience de reporter de guerre en ex-Yougoslavie.

Au cours de cet entretien, Lionel Duroy revient sur la place que tient dans son œuvre le récit autobiographique :

J’en suis venu à écrire sur moi parce que je m’intrigue moi-même depuis l’enfance. Mais après avoir écrit "Le Chagrin", je pensais en avoir fini avec le récit de cette enfance bousculée, sans parents ni personne pour me donner le mode d’emploi, ni même pour dire la loi. Et puis non. J'ai éprouvé le besoin d'y revenir avec "L’homme qui tremble" parce que les événements traumatisants de l'enfance nous construisent à jamais. Et que je voulais trouver les mots pour dire nos faiblesses, avec le plus de sincérité possible. Pour arrêter cette sorte de tricherie sociale qui fait qu’on semble tous aller bien mais en fait, c'est faux, on est tous travaillé par des choses qui nous tordent l’estomac… Je voulais écrire au plus près de la simple humanité, de cette petite fibre qui nous fait vivre et qui va se rompre un jour. Et parce que l’écriture rend intelligent, c’est comme un véhicule, ça tire la pensée. Qui me dit que dans dix ans je n’aurai pas envie d’écrire une suite à "L’homme qui tremble" ?

  • Lionel Duroy L'homme qui tremble Mialet-Barrault

Seconde partie. Entretien avec Gaëlle Josse

Mathias Enard s'entretient avec Gaëlle Josse, poétesse et romancière. Elle a notamment publié en 2014 Le dernier gardien d’Ellis Island, ainsi qu'un recueil de proses en fragments, De vive voix (Notabilia).

Avec Ce matin-là, Gaëlle Josse aborde le thème de la dépression, de la reconstruction et de comment se dessine une vie nouvelle. Elle revient au cours de cet entretien sur la façon dont elle a élaboré le personnage de Clara, jeune femme à qui tout sourit, mais qui peine à trouver sa "juste place, celle que l’on cherche tout au long de nos jours":

J’avais envie d’écrire une histoire simple, au plus près de nos vies. Quand on est à terre, la reconstruction passe par des micro-gestes du quotidien. Après un effondrement, comme celui qui frappe Clara, mon personnage, on ne retrouve pas sa vie d'avant. J'avais envie de parler de ces moments dans la vie où l’on voit que le modèle sur lequel on a fonctionné s'est rompu, et qu'il n’est pas récupérable. D'écrire sur cette nécessité que l’on rencontre à certaines étapes de notre vie de se réinventer, de se réaccorder à sa vie, comme un instrument de musique dont à un moment on s’apercevrait qu’il joue faux. Ce matin-là parle du désir de vie très profond qu’on porte en soi. 

  • Gaëlle Josse Ce matin-là Notabilia

Le message de Laure Heinich

On se souvient qu’autrefois, dans les paquebots et les cargos, de magnifiques transmetteurs d’ordres en cuivre faisaient résonner les instructions de la passerelle jusqu’aux entrailles du navire...

Mon roman commence aussi par une histoire de répondeur. Un père dont la fille a été tuée appelle son avocate. Elle avait 20 ans, elle était boute-en-train, sportive, pleine de contradictions, et amoureuse d’une fille. C’était joyeux, rien de grave. Rien de grave vraiment ? Ta copine pense que tu as été tuée pour cette raison-là. L’assassin répond non à cette question mais toi ? Tu en aurais dit quoi ? Ton assassin a la gueule d’un être humain, tu le sais bien, c’était un copain. Une gueule un peu broyée par la vie qui l’a fait pousser comme ce genre de ronce qui finit par s’en prendre aux fleurs. Ta mort est dans un dossier, trois ans vont passer d’enquêtes, d’interrogatoires, du temps égal à perpétuité, mais ta vie reste partout. Dans le portefeuille de ton père, dans le verre de ta mère, dans le corps de ta copine, dans mes mots d’avocat qui résonnent et s’éteignent comme toi, qui te ramènent à la maison. Le soir tu es là avec tes questions, ta courte vie, tu bouscules tout, tu nous percutes, tu nous transformes, tu aurais dit "C’est n’importe quoi".

  • Laure Heinich, Corps défendus Flammarion

Le caillou dans les poches

En 1973, Enrique Vila-Matas s’installe à Paris pour écrire son premier roman La lecture assassine. Dans le désopilant Paris ne finit jamais, qui reparaît en poche aux éditions Babel, l'écrivain barcelonais raconte ses souvenirs de cette époque parmi lesquels sa rencontre avec Marguerite Duras. Par le truchement d'amis communs, Vila Matas se retrouve à louer une chambre de bonne appartenant à la romancière, et située juste au-dessus de son appartement, rue Saint-Benoît. A l'apprenti écrivain qu'il était alors, Duras fournit en guise de conseil la liste de mots suivante :  1. problèmes de structure. 2. Unité et harmonie. 3. Thème et histoire. 4. Le facteur temps. 5. Effets textuels & vraisemblance. 6. Technique narrative. 7. Personnages. 8. Dialogues. 9. Cadre. 10. Style. 11. Expérience. 12. Registre de langue. 

  • Enrique Vila-Matas Paris ne finit jamais Babel
  • Musique diffusée : Debussy, Nous n'irons plus au bois, Alain Planès, piano
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......