LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Rosalia en concert, au WiZink Center le 10 décembre 2019 i à Madrid en Espagne

Rosalía ou le triomphe de la musique latine

58 min
À retrouver dans l'émission

Depuis 2019, la chanteuse espagnole Rosalia a révolutionné le genre du flamenco, plus protéiforme que jamais. Elle se saisit des traditions, en les modernisant. Mais qu'est-ce que la musique latine ? Et quels sont les rapports dialectiques musicaux entre l'Espagne, l'Amérique latine et l'Amérique ?

Rosalia en concert, au WiZink Center le 10 décembre 2019 i à Madrid en Espagne
Rosalia en concert, au WiZink Center le 10 décembre 2019 i à Madrid en Espagne Crédits : Javier Bragado / Redferns - Getty

Dans ce nouvel épisode de la série musicale, une héroïne, un phénomène : la chanteuse Rosalia et une question : la musique latine existe-t-elle vraiment ? Elle est espagnole, originaire de Catalogne, elle a pris le monde d'assaut en 2018, un monde qui depuis attend fébrilement la sortie de son troisième album. Propulsée en tête des charts avec son deuxième album El mal querer, Rosalia connaît une reconnaissance internationale jamais atteinte jusqu'alors par une artiste issue du flamenco. Pourtant, rien ne prédestinait Rosalia Vila Tobella, à devenir à la fois l’une des figures du proue du neo flamenco, et une star internationale adulée par le public hispanophone puis par un public mainstream, dont la chanson Malamente, est considérée comme le 30e chanson latine la plus influente de tous les temps. 

Le "duende" de Rosalia

En se saisissant de l’art pluricentenaire qu’est le flamenco et en investissant en parallèle tous les rythmes populaires d'Amérique latine dont le reggeaton, cette jeune catalane s’est imposée dans le monde entier en tant que nouvelle icône de la musique latina. Mais comment définir la musique latine ? Ce genre est constitué d’une foule de sous-genres, qui fusionnent et se reconstruisent dans un mouvement incessant depuis plusieurs siècles. Portrait d'une nouvelle reine de la musique, qui porte en elle l'histoire d'un genre, et de sa métamorphose.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le flamenco, un art qui dialogue 

Cet art, c’est l’Andalousie qui en est est la farouche gardienne. Il serait né dans le triangle formé par trois ville, Triana à Séville, Jerez et Cadix, entre la fin du XVe et le début du XVIIIe siècle où il est déjà formellement identifié en tant que tel, un art du chant et de la danse, fruit des amours entre les culture juives, arabo-andalouse, gitane, voire même flamandes ou alémaniques (le gitan viendrait d’Allemagne selon certaines sources) qui ont toutes traversé l’Andalousie. L'héritage de cet art, pour la chanteuse Rosalia, s'incarne avant tout avec figure incontestable : le grand cantaor Camaron de la Isla. En plus d'être l'un des meilleurs chanteurs de tous les temps, il est celui, avec le guitariste Paco de Lucia, qui a permis au monde de redécouvrir un art vieillissant, voire dévoyé car surexploité par le régime de Franco et qui avait perdu toute sa force créatrice. A eux deux, ils vont remettre au goût du jour, certains des plus vieux courants du flamenco classique, et d’autre part l’ouvrir aux influences rock, jazz, et latino américaines. En cela Camaron de la Isla restera un modèle pour Rosalia, qui veut acquérir elle ce qu'on appelle aussi le "duende", ce don, ce charisme que doivent posséder tous les cantaor. 

Outre son professeur de flamenco, le "maestro de cantaores" Chiqui de la Linea, Rosalia s'inspire également d'une autre grande figure, La Niña de Los Peines, à qui elle rendra hommage avec la chanson Que Nos Salga La Luna, extrait de son second album El Mal Querer, celui qui va faire tout basculer. 

Portrait de Pastora Pavón Cruz dite La Niña de los Peines, par Julio Romero de Torres, peint en 1917
Portrait de Pastora Pavón Cruz dite La Niña de los Peines, par Julio Romero de Torres, peint en 1917 Crédits : Domaine public

Le Neo flamenco ou la transfiguration d'un art 

Dès son premier album Los Angeles en 2017, Rosalia s'inscrit dans un mouvement, celui du neo flamenco, un courant assez fort en Espagne, caractérisé par l'enrichissement d'autres sonorités comme le rock, ou le reggaeton, l'une des musiques les plus écoutées au monde ces dernières années. En effet, pour son deuxième album, Rosalia décide de s'associer à El Guincho, figure de la scène électro madrilène et se lance dans la conception d'une œuvre totale, aux onze titres qui s'apparentent à onze chapitres d'une histoire inspirée d'un roman anonyme occitan du XIVe siècle, intitulé Flamenca (flamboyant). Dans cet opus, se trouve le morceau Con Altura, qui témoigne peut-être le mieux à la fois le succès de Rosalia, et la transformation que connaît la musique latine depuis les années 1990. 

Le mot reggaeton est un mot-valise, issu du mélange entre reggae et le superlatif espagnol tón (maratón : concours de rap typique) qui serait né au Panama où plusieurs rappeurs hispaniques auraient commencé à s'approprier le reggae venu lui de Jamaïque. Si c’est au panama qu’on traduit le reggae dans les années 1990, c'est à Cuba mais surtout à Puerto Rico, que nait le genre a proprement parler, un genre qui va conquérir non seulement tous les publics hispanophones, mais aussi le public mainstream, par le pouvoir de son rythme. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Gloria et Emilio Estefan, les précurseurs d'un art en fusion 

Avec son deuxième album El mal querer, une star est née. Rosalia a conquis le grand public, espagnol, latino, et même anglophone et francophone. Mais si cette conquête a été possible c’est grâce notamment à des pionnières. Et à une figure en particulier, celle de Gloria Estefan qui a conduit à l’invention de ce qu’on appelle la pop latino. Si tout le monde connait au moins de nom Gloria Estefan, peu de gens connaissent son mari Emilio Estefan, homme de l'ombre et pourtant puissamment influent dans l'émergence de cette nouvelle musique. 

Tous deux Cubains d'origine, ils ont immigré aux Etats-Unis pour fuir la dictature. Avec sa femme et quelques figures de la musique cubaine, ils fondent dans les années 1970 le Miami Sound Machine, un groupe qui opère pour la première fois la fusion entre les rythmes venus de Cuba mais aussi de Colombie, et ceux de la musique pop. Un son qui en réalité n’existait pas, et dont il va devenir le principal artisan. Après sa femme, c’est lui qui va lancer la carrière de deux des plus grandes plus figures latina d'aujourd'hui : Jennifer Lopez, issue de la communauté hispanique et qui vit aux Etats-Unis et la colombienne Shakira. 

Programmation musicale 

  • Rosalia, Malamente, de l'album El mal querer (2018)
  • Camaron De la Isla, Samara (Bulerias), sur l'album Castillo de Arena (1977)
  • Rosalia, La Hija de Juan Simon, de l'album Los Ángeles (2017)
  • Rodrigo Cuevas et Raul Refree, Muiñeira para a Filla Da Bruxa, de l'album Manual de Cortejo (2019) - Rodrigo Cuevas jouera aux Transmusicales de Rennes, le 2 décembre 2021
  • Archive : Maria Vargas, au micro de Thierry Pauvert dans l’émission Si j’ose dire, sur France Musique le 5 avril 2001  
  • Archive : Rosalia, dans l'émission Clique Talk, en juin 2019  
  • La Niña de Los Peines, Celinto Lindo (1948)
  • Rosalia, Que Nos Salga La Luna, de l'album El mal querer (2018)
  • Rosalia, J Balvin feat. El Guincho, Con Altura, sur l'album Con Altura (2019)
  • Gloria Estefan et Miami Sound Machine, Conga, de l'album Primitive Love (1985)
  • Shakira Feat. El Cata, Rabiosa, de l'album Sale el sol (2010)
  • Gloria Estefan et Celia Cruz, Tres Gotas De Agua Bendita, de l'album Alma Caribeña (2000)
  • Archive : Gloria Estefan, au micro de Olivier Dannel sur Radio France Alsace en 2000
  • Archive :Rosalia, dans l'émission Clique Talk, en juin 2019
  • Los Chunguitos, Me Quedo Contigo, de l'album Pa Ti, Pa Tu Primo (1980)
  • Rosalia, Me Quedo Contigo (live), à la cérémonie des Goya en Espagne, en 2019
  • Rosalia, La Llorona (live), reprise de Chavela Vargas en 2020, à voir sur Youtube
  • Rosalia dans le film Douleur et Gloire,de Pedro Almodovar (2019)
  • Billie Eilish et Rosalia, Lo Vas A Olvidar, extrait de la bande originale de la série Euphoria (2021) 
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......