LE DIRECT
L'écrivaine américaine Mary Higgins Clark en 1994

Mary Higgins Clark : androïde littéraire ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Sauf la mort, « MHC » aurait pu continuer longtemps sans enjeu, autre que de proposer une expérience de lecture dont on connaît déjà l’issue, et que l’on se procure dans ce but. Ma théorie c’est qu’elle préfigure, à ce titre, une forme de littérature androïde.

L'écrivaine américaine Mary Higgins Clark en 1994
L'écrivaine américaine Mary Higgins Clark en 1994 Crédits : Frederic REGLAIN - Getty

Tous genres confondus, Mary Higgins Clark était parmi les écrivains les plus lus dans le monde, mais son décès à 92 ans ne laisse pas pour autant des millions de lecteurs « orphelins » - selon la formule paresseusement usitée en pareille circonstance. 

D’abord parce que celle qui était surnommée la reine du suspense, comme il y a des rois de la pop, s’en va sans drame. "L’assassin est connu", écrivait ce week-end le journal Le Monde, ce sont "les complications du grand âge".

Et ensuite, parce qu’après une cinquantaine d’ouvrages construits sur la même recette il n’y avait pas réellement de mystère sur la teneur du suivant. Sauf la mort, « MHC » aurait ainsi pu continuer longtemps sans enjeu, autre que de proposer une expérience lecture dont on connaît déjà l’issue, et que l’on se procure dans ce but. Ma théorie c’est qu’elle préfigure, à ce titre, une forme de littérature androïde.

Des récits dans la lignée des contes irlandais

Bien sûr si « MHC » se revendiquait d’un genre c’était plutôt celui ancestral et incarné du conte irlandais. Voilà qui selon elle l’a toujours le mieux défini. Le concept de « page turner », ce type de livres conçus pour que vous ne les lâchiez plus, n’étant pour elle que la continuité du savoir-faire des conteurs irlandais. Bien sûr affirmant que ces ouvrages étaient faits de sorte que vous  deviez avoir envie de tourner la page, elle avait formulé littéralement le concept de « page turner ». Je la cite : "Il y a de très belles sagas dont vous pouvez apprécier un chapitre avant de reposer le livre. Mais si vous lisez mes livres, je veux que vous soyez obligés de lire le paragraphe d’après"

Mais Mary Higgins Clark ramenait cette ambition à une tradition : "Tous les Irlandais sont des conteurs d’histoire. Et quand il arrive qu’un récit traîne ou tourne à l’incohérence, je vous garantis que l’auditoire ne se gêne pas, là-bas, pour vous interrompre sans ménagement" disait-elle encore.

Une I.A. futuriste du best-seller ?

Pourtant, à bien y regarder, on peut aussi considérer que Mary Higgins Clark a posé les bases d’une littérature du futur, que je qualifierais donc d’androïde. Elle a en quelque sorte « encodé » toute sa démarche.

Tous ces livres sont comme des variations à partir des mêmes bases de données. Un personnage féminin résilient, qui va s’en sortir, face à une péripétie criminelle, le tout agrémenté de détails haletants pour le lecteur. Au choix "coups de téléphone mystérieux, maison en flammes, tueurs sadiques et fou mystique en liberté, tendre romance entre l'héroïne et son sauveur, et bien sûr une bonne dose de mystère" comme le note le Dictionnaire des littératures policières. Ajoutez-y un soupçon du parfum de l’époque et vous avez le code « MHC ». Son dernier livre, En secret, évoquait ainsi le crime d’un harceleur sexuel dans une chaîne de télévision. 

Pour son personnage d’auteur, Mary Higgins Clark a également eu recours à une forme d’encodage. Toujours le même type de tailleur, le même chignon et le même sourire. Et l’écriture, si elle est présente, se raconte invariablement comme un hobby nécessaire. De 5h à 7h dans la cuisine avant le réveil des enfants, puis le soir avec un verre de rouge. 

Puisque c’est une femme et puisqu’elle écrivait des romans à énigmes, on a souvent comparé Mary Higgins Clark à Agatha Christie, en réalité elles n’ont rien à voir. Mary Higgins Clark étant plutôt la mère d’une sorte d’intelligence artificielle du best seller au point que son œuvre pourrait presque se poursuivre après elle. En exclusivité le titre de son 57ème livre : "Souviens-toi la nuit dernière".

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
3 min

La Conclusion

On a bien le droit, en France, d'être très libéral
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......