LE DIRECT
Quand la chauve-souris menace l'auteur ...

Le paradoxe des auteurs

3 min
À retrouver dans l'émission

Les paradoxes sont devenus les compagnons les plus fidèles de cette crise. Maintenant que nous nous sommes retrouvés sans pouvoir nous toucher, que nous continuons à nous réunir sans pouvoir nous rassembler, chacun mesure combien cette modalité paradoxale est encore appelée à durer.

Quand la chauve-souris menace l'auteur ...
Quand la chauve-souris menace l'auteur ... Crédits : CSA Images - Getty

Et il est un paradoxe qui n’a rien de nouveau mais qui s’amplifie, c’est celui du statut de l’auteur. Particulièrement vénérés en France, et socles d’une vaste économie, les auteurs et les autrices n’en restent pas moins une sorte de corps social absent. Et avec la crise, ce paradoxe entre présence et absence se renforce et se referme sur eux. Voilà ma théorie.

L’auteur, ce “corps social absent” 

Dans la série des paradoxes, on  avait pu observer combien la culture avait permis au monde de respirer, alors qu’elle était elle-même plongée dans l’asphyxie. Depuis les annonces du président Emmanuel Macron, une série d’appels et de tribunes ont tenté d’alerter sur un certain nombre d’oublis, et montré à quel point ce paradoxe était encore de mise. 

Mais à la différence de tous les autres « oubliés de la culture » les auteurs et les autrices qui viennent de signer une tribune dans Le Monde bénéficient à la fois d’une ultra-visibilité symbolique et d’une prise en compte minimale. 

400 écrivains, scénaristes, illustrateurs et dessinateurs - dont Enki Bilal, Delphine de Vigan, Geneviève Brisac, Dan Frank, Tatiana de Rosnayou Nicolas Mathieu – viennent de rappeler cette évidence : ils ne sont pas intégrés dans le dispositif d’aide à la culture. Ni la spécificité de leur situation ni les conséquences de la durée de la crise ne font partie du plan.

Les auteurs sont-ils les grands oubliés des plans de relance économique ? 

Ils et elles ne sont pas intermittents donc n’ont pas droit au chômage. Ils et elles n’ont pas de revenus mensuels, donc ne jouissent pas du soutien aux entreprises. Ils et elles n’ont ne peuvent pas bénéficier report de charge sur leur bureau ou leur atelier par ce qu’ils ou elles n’en ont pas. Ils et elles, ne peuvent pas compter sur les grands programmes de commandes d’Etat car ils et elles n’ont pas tous moins de trente ans… En effet, aux dernières nouvelles présidentielles, les commandes semblent être éligibles aux créateurs de moins de 30 ans.

Sans oublier l’arrêt des festivals, des rencontres et des signatures, le manque à gagner de deux mois de fermeture des librairies, et la réduction des commandes et des contrats de livres, de films, et de bandes dessinées qui se profilent.

Pourtant passées les quelques avances sur recettes, de quoi pourront-ils vivre ? Un mois avant la crise du coronavirus, le rapport remis par Bruno Racine au ministre de la Culture sur l’auteur et l’acte de création prévoyait de corriger ce hiatus entre la reconnaissance symbolique des auteurs en France et leurs conditions économiques et sociales. Il imaginait au préalable que ceux et celles-ci s’organisent dans une structure. Mais la mise en place de cette guilde des auteurs et autrices françaises sera lente et complexe. 

En attendant, ne faudrait-il pas, à travers un nouveau régime d’aides, donner un premier corps à cette entité ? Celle-là même qui forme si bien un tout quand il s’agit de la citer et ou d’en faire un ciment de nos identités.

Comme le rappellent ces 400 auteurs et autrices en conclusion de leur tribune : « « Lisez ! » a conseillé le président de la République dans son allocution du 16 mars. Certes mais pour cela, il faut des livres, et donc, des gens pour les écrire ».

par Mathilde Serrell 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
4 min

Radiographies du coronavirus, la chronique

La difficile traque du patient zéro
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......