LE DIRECT
La palme est là mais pas le tapis rouge

Le festival de Cannes change d’ère

3 min
À retrouver dans l'émission

Pour la troisième fois de son histoire le festival de Cannes, qui aurait dû débuter hier, n’aura pas lieu. Après la seconde guerre mondiale et la révolte de Mai 68, c’est donc une épidémie mondiale, celle du coronavirus, qui aura engendré son annulation.

La palme est là mais pas le tapis rouge
La palme est là mais pas le tapis rouge Crédits : VALERY HACHE - AFP

La guerre, la révolte, l’épidémie : bien qu’incomparable, chaque cause nous renseigne sans doute sur l’époque dans laquelle elle est survenue. Sur ce qui, à ce moment-là, précipitait le fracas du monde et mettait l’humanité au défi. 

Un festival faisant peau neuve ?

En 1939, la première édition du festival de Cannes, créé à l'occasion pour incarner le “Festival des nations libres” par opposition à la Mostra d’une Italie fasciste, ne verra pas le jour... Après la guerre, une nouvelle première édition s’est donc tenue en 1946, mais celle voulue par le ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts, Jean Zay, n’a jamais existé. Et les 38 films alors sélectionnés, n’ont jamais été représentés à Cannes. 80 ans après, en novembre 2019, une édition de rattrapage, rendant hommage à l’édition sacrifiée de 39 et à son créateur assassiné, s’est tenue à Orléans, ville de Jean Zay. En 2008, au festival de Cannes, cinq des films de la sélection de 1968 étaient quant à eux projetés, dans le cadre de Cannes Classics.

Cette fois point de rattrapage, car le plus grand festival international du film existera d’une manière ou d’une autre, à travers un certain nombre de dispositifs. Ma théorie c’est que cette réponse à l’annulation nous renseigne elle aussi sur notre époque et ses défis de transformation.

L’hypothèse d’un report ayant finalement été abandonnée, Cannes 2020 existera notamment à travers une forme de solidarité internationale. Comme d’autres (Venise, Berlin, Toronto et Tribeca) le festival participera au « We Are One : A Global Film Festival” (nous sommes un : un festival mondial du film) organisé sur YouTube du 27 mai au 7 juin. Des discussions sont également en cours avec un festival - non plus ennemi aujourd’hui, mais assurément rival - celui de la Mostra de Venise. « Nous sommes d’accord sur le principe de faire quelque chose ensemble, mais nous nous interrogeons sur la forme que cela doit prendre »a annoncé ce dimanche l’actuel président du Festival de Cannes, Pierre Lescure. Un « redéploiement cet automne » est également envisagé à travers une présence aux festivals de Toronto, Deauville, Angoulême, San Sebastian, New York, Busan en Corée du Sud ou encore le festival Lumière à Lyon, a esquissé Thierry Frémaux, le délégué général. 

L'idée d'un festival “itinérant” 

Cette internationale des internationaux du film contient en elle les signaux faibles d’une capacité à s’unir, à dépasser une concurrence de marques, et peut-être même, à envisager à terme, une certaine charte commune. Qui sait ? Egalité, diversité, écologie, ou encore rôle des plateformes : les enjeux ne manquent pas.

Cette 73ème édition du festival du Cannes, présentée comme « itinérante » et bien vivante, même si il n’y aura pas de palmarès, existera aussi à travers un label qui accompagnera les films de la sélection, ainsi que ceux la Quinzaine des réalisateurs, à leur sortie. Le public découvrira donc tous les films quasiment au même moment tempo que les professionnels, sans le verdict du jury. Cette temporalité et cette horizontalité portent aussi en elle de nouvelles pistes et de nouveaux rituels à explorer. Un vote international du public par exemple ? De quoi réfléchir, de toute façon, à la manière dont le festival peut « se réinventer » (selon l’expression désormais consacrée).

En attendant, le président de cette édition 2020 sans palmarès, Spike Lee, reprend sa mission en 2021, et ouvrira quoi qu’il en soit une nouvelle ère.

par Mathilde Serrell

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
4 min

Radiographies du coronavirus, la chronique

Y a-t-il ou non transmission du Covid par aérosols ?
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......