LE DIRECT
Belle au bois dormant

La salle de cinéma n’est pas une Belle au bois dormant

3 min
À retrouver dans l'émission

#LaThéorie |La troisième phase de déconfinement a la particularité de ressembler davantage à la vie « d’avant » sans pour autant être la même. Ce qui donne le sentiment troublant de retrouver des marqueurs, démarqués.

Belle au bois dormant
Belle au bois dormant Crédits : Culture Club / Contributeur - Getty

Ces considérations s’appliquent aussi à la culture. Et je prendrai ici l’exemple des salles de cinéma, puisque ce mercredi, est le premier à être de nouveau celui des films en salles, après plus de trois mois de fermeture.

Rouvertes pour la plus-part lundi 22 juin (voire pour certaines dimanche 21 à minuit), les salles de cinéma fêtent leur sortie de quarantaine avec une quarantaine de films. Un mélange de reprises de longs métrages sortis le 11 mars, ou même avant, de quelques nouveautés, mais aussi d’avant premières. Exceptés le port du masque à l’arrivée, la diminution du nombre de séances, et la nécessité de laisser une place libre entre les spectateurs ou groupe de spectateurs, tout semble repartir presque comme avant… 

La limitation à 50% de la jauge ayant été levée dimanche. 

Le plaisir sensoriel de la grande image avait manqué, ainsi que l’expérience collective de la salle, et bonne nouvelle, le public est plutôt au rendez-vous. _S_elon « Le Film Français », la journée d’ouverture lundi était plus qu’encourageante « digne d’un vrai mercredi de sortie ». Le circuit habituel semble lui aussi se relancer (bandes-annonces, promotions, critiques, box-office etc.)

Et pourtant comme le notent les professionnels le plus dur est devant. Car nous renouons avec une réalité qui tente de ressembler à celle que nous avions connu, comme si c'était un point fixe, or tout est plus que jamais en transformation. Voilà ma théorie.

Avant la crise sanitaire, la salle de cinéma était à la croisée des chemins, à la sortie du confinement cette mutation connaît une accélération doublée de nouvelles incertitudes. L’amour des français pour les salles obscures est là, mais encore faut-il qu’il puisse s’épanouir.

Et pour l’instant peu de nouveaux films tentent d’essuyer cette phase estivale de transition, même si le « Mulan » de Disney, le « Tenet » de Christopher Nolan, ou côté film français le nouveau François Ozon se lancent dans l’aventure. Comment va évoluer la situation à l’automne ? Tandis que le chef de l’OMS déclarait en conférence virtuelle que les effets de la pandémie se feront sentir pendant des décennies.

Plutôt que de miser sur un retour impossible à une sorte d’avant fantasmé, l’enjeu est de s’adapter mais aussi d’encadrer cette phase de transformation. Comment soutenir la diversité des œuvres ? Comment la salle de cinéma trouvera-t-elle une place hybride entre l’accompagnement d’un film et le relais de plus en plus rapide, crise sanitaire ou pas, des chaînes de télévision, des sorties numériques et des plateformes ? 

Comme le soulignait une tribune de la SRF, la société des réalisateurs français, parue dans le Monde : la salle de cinéma est « incontournable car c’est le seul endroit où le film trouve sa réelle dimension », mais elle est aussi le maillon d’une chaîne garante de la diversité. « Sans salle pas de distributeurs, sans distributeurs pas de producteurs indépendants, sans producteurs indépendants pas de cinéastes libres et moins de diversité » écrivent les signataires. 

La salle de cinéma n’est pas seulement une belle au bois dormant sortie de son sommeil grâce au baiser des spectateurs. Il faudra imaginer les moyens de l’embarquer dans un nouveau conte.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
5 min

Radiographies du coronavirus, la chronique

Covid, la France, l'Europe et le Monde
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......