LE DIRECT
Tonie Marshall, décédée ce jeudi à 68 ans, était la seule femme à avoir remporté le César de la réalisation il y a 20 ans.

Tonie Marshall ou la femme indissociable de l’artiste

4 min
À retrouver dans l'émission

Au vrai, Tonie Marshall ne témoigne pas tant de ce que seraient des « films de femmes ». Son parcours en revanche est une illustration de ce qu’on appelle aujourd’hui la sororité. Voilà ma théorie.

Tonie Marshall, décédée ce jeudi à 68 ans, était la seule femme à avoir remporté le César de la réalisation il y a 20 ans.
Tonie Marshall, décédée ce jeudi à 68 ans, était la seule femme à avoir remporté le César de la réalisation il y a 20 ans. Crédits : LOIC VENANCE - AFP

Peut-on séparer la femme de l’artiste ? La question, habilement posée par le site The Conversation, m’est revenue à l’annonce de la mort de Tonie Marshall. Emportée à 68 ans par une longue maladie. 

La France est "le pays où il y a le plus de femmes en réalisation" relevait la même Tonie Marshall, enthousiaste. Pour autant il faut bien rappeler qu’une seule a obtenu un César dans cette catégorie, c’était elle. C’était en l’an 2000. C’était pour un film mainte fois refusé, parce que les productions se demandaient qui ça pouvait bien intéresser cette histoire de vieilles peaux !

Vénus Beauté (Institut) sera un succès en salles, et raflera en tous quatre Césars (meilleur film, meilleure réalisateur, meilleur scénario original et meilleur espoir féminin pour Audrey Tautou). Maintenant que Tonie Marshall n’est plus, ce sont ces mots qui reviennent sans cesse : « la seule et unique réalisatrice à avoir eu un César ». Son pedigree pour l’éternité. On voit bien comment cette formule rend la femme indissociable de l’artiste. L’étanchéité entre ces deux catégories restant le plus souvent un luxe réservé aux hommes. Alors comment regarder son œuvre sans souligner lourdement son genre ? 

Au vrai, Tonie Marshall ne témoigne pas tant de ce que seraient des « films de femmes », en revanche son parcours est une illustration de ce qu’on appelle aujourd’hui la sororité. Voilà ma théorie.

Il y a chez elle comme une solidarité indéfectible dans le regard et dans les actes, qui passe avant sa position d’artiste. Son César du « meilleur réalisateur », comme on disait à l’époque, elle annonce sur scène qu’elle veut le partager avec une actrice qu’elle admire, qui lui a donné le goût d’aller voir toute seule au cinéma à 14H : sa mère, Micheline Presle. 

Elle écrit « Pas très catholique », son deuxième film derrière la caméra, comme un retour, un remerciement à Anémone pour tout ce qu’elle lui a lui donné sans le savoir… Oser écrire, avoir du culot. C’est pour faire le portrait d’une femme de cette trempe qu’elle a abouti à ce rôle de détective qui a quitté père et enfant, baille tout le temps parce qu’elle ne dort jamais chez elle, et reconstruit une relation d’individu à individu avec son fils.

Avec Anémone elle partage cette fine analyse du comique. Elles savent que l’humour réservé aux femmes est à double tranchant. A l’époque il appuie le plus souvent sur une caricature qui fait rire aux dépens des femmes elles-mêmes. Alors Tonie Marshall invente des voies de traverse. Comme dans ce sketch « alcoolo-gym » pour l’émission « Merci Bernard » !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Enfin, dans son dernier film « Numéro Une » elle libère l' « executive woman » des clichés, pour porter à l’écran, avec Emmanuelle Devos, une véritable enquête sur la misogynie doucereuse et les freins intimes qui entravent le parcours des femmes dirigeantes.

Féministe sans être militant le cinéma de Tonie Marshall restera néanmoins indissociable de cet esprit de sororité, cette solidarité avec le féminin qu’il réside chez les femmes ou chez les hommes.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
4 min

La Conclusion

Ode aux cathos de gauche, cette espèce en voie de disparition
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......