LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Hans Hartung, T1998-R47 (1989)

Hans Hartung, Mathématiques Modernes

5 min
À retrouver dans l'émission

A bien y regarder, celui qu’on associe au geste, à l’émotion instantanée jetée sur la toile, est en réalité un peintre du calcul. L’abstraction dite lyrique d’Hartung est une abstraction mathématique. C’est ma théorie.

Hans Hartung, T1998-R47 (1989)
Hans Hartung, T1998-R47 (1989) Crédits : FRED TANNEAU / AFP - AFP

Il n’y avait pas eu de rétrospective du peintre Hans Hartung depuis 50 ans. Celle qui s’ouvre demain en même temps que ré-ouvre le Musée d’Art Moderne de Paris, constitue une immanquable occasion de renouveler notre regard sur le maître de l’abstrait. Et à bien y regarder, celui qu’on associe au geste, à l’émotion instantanée jetée sur la toile, est en réalité un peintre du calcul. L’abstraction dite lyrique d’Hartung est une abstraction mathématique. C’est ma théorie.

« T1961 – H4 », « T1963 –E 45 », « H1971-R29 », « T1989-U25 » ou encore « T1989-K32 » : circuler dans la rétrospective Hartung commence par suivre une série de coordonnées. Ainsi ses toiles ne sont-elles pas titrées avec des mots, mais désignées par une combinaison de chiffes et de lettres. Pourquoi ? A mon sens, Hartung procède à une véritable mise en équation de l’univers.

La dimension mathématique de son travail réside en outre dans ce qui le distingue fondamentalement des autres artistes de l’abstraction : Hartung a établi un système. Une méthode de report unique. Ce n’est pas l’émotion qui jaillit sur la toile, comme chez Pollock par exemple, c’est l’agrandissement d’échelle d’une émotion. 

Hartung va ainsi élaborer une méthode qui consiste d’abord à produire un dessin proche de l’écriture automatique des surréalistes. Puis, par le quadrillage de ce dessin originel réalisé "à chaud", il va reproduire, en l’agrandissant, le geste "à froid". De même lorsqu’il gratte et creuse une gravure ou une photographie, il va s’attacher à reformuler cette expérience sensible sur la toile grand format. Ainsi Hartung recherche bien une "formule" à la fois géométrique et artistique : celle du maintien d’une sensation d’un medium à l’autre. La recherche de cette formule de reproductibilité, le rapproche d’une démarche scientifique.

Ce qui n’a rien d’étonnant, au fond, pour ce fils de chimiste, ce passionné de mathématiques qui voulait être astronome. Hartung se bricolera d’ailleurs, adolescent, son propre télescope ainsi que son premier appareil photo. Dans le film que lui consacre Romain Goupil pour ARTE, on découvre la naissance de son approche. Plus petit, lorsque grondaient les orages à Leipzig, où il a grandi en Allemagne, le jeune Hartung traçait des éclairs sur son cahier d’écolier. Il essayait de les dessiner à la vitesse de l’éclair justement pour "conjurer la foudre". La rationalisation du sensible dans ce qu’il a de plus spontané et de plus éphémère l’a donc toujours guidé.

Ce n’est pas non plus un hasard si Hartung peintre en devenir, reproduira un de ses devoirs de mathématiques en 1922, lors de ses premières expérimentations à l’aquarelle, qui le conduiront à l’abstraction. 

A observer les grandes toiles de Hartung, et leurs tâches en halos, on retrouve également la représentation des découvertes scientifiques qui jalonnent le XXème siècle. Que soit la théorie des trous noirs ou encore la scission de l’atome. Ses dernières œuvres parviennent même à un forme de matérialisation du vide. 

Enfin, celui qui a peut-être le mieux perçu, cette dimension mathématique de Hartung, c’est un des ses plus grands admirateurs qui était aussi un passionné des théories de Pascal : Eric Rohmer. Pour lui il y a Vinci, Turner, et... Hartung. Comme le montre Pauline Mari dans son livre Hartung Nouvelle Vague, Rohmer le cinéaste pascalien retrouvait chez Hartung "l’univers comme une sphère infinie dont le cercle est partout, et la circonférence nulle part". Il voyait dans ses toiles "la vibration des espaces infinis"

L’art abstrait d’Hartung, comme celui que recherche Rohmer, n’imite pas les formes préexistantes de la Nature, mais fait le pari pascalien de les mettre en équation. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
5 min
La Conclusion
Le tueur en série, essence même de la série télévisée ?
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......