LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Raymond Poulidor aux Journées Nationales du Livre et du Vin 2013 à Saumur.

Poulidor : plus qu’une légende, un concept

3 min
À retrouver dans l'émission

"Poulidor c’était plus que ça". "Poulidor c’était bien au-delà". Depuis l’annonce de sa mort, la légende du cycliste Raymond Poulidor continue de s’écrire. Mais qu’est-ce que ce "plus que ça" et que ce "bien au-delà" ?

 Raymond Poulidor aux Journées Nationales du Livre et du Vin 2013 à Saumur.
Raymond Poulidor aux Journées Nationales du Livre et du Vin 2013 à Saumur. Crédits : Foc Kan - Getty

Poupou, la Pouliche d’or, ou encore Pouli était-il le Johnny Hallyday du vélo ? Une icône nationale autour de laquelle le pays se rassemble comme un seul corps. Ou encore l'Astérix de la bicyclette ? Un mythe populaire sur lequel se projette une forme d’identité française, entre persévérance et panache ? Dans ce sketch des Deschiens c’est un peu des deux :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Mais Poulidor va même au-delà son statut de héros national. Plus encore qu’une légende, c’est un concept. Voilà ma théorie.

Celui que la presse a surnommé l’éternel second incarne un nouvel archétype héroïque. Il dépasse la notion de gagner ou de perdre. L’opposition binaire entre winner et loser, héros ou anti-héros. Bref, Poulidor est une résolution dialectique à lui tout seul. 

Poulidor le disait lui-même : "Mon nom est entré dans le langage commun. C’est ma plus belle réussite." Cycliste exceptionnel, ayant remporté 153 victoires contre seulement 65 deuxièmes places, il a gardé néanmoins cette image de perdant magnifique, ayant pris 14 fois le départ du Tour de France, sans jamais le remporter. 

Du coup un "Poulidor" est devenu dans le sport comme dans tous les domaines : ce "deuxième" qui mérite d’être premier et joue de fatalité. Avec Poupou se dessine la notion de vainqueur moral. Il y a la ligne d’arrivée, le nombre de buts, et puis il a le beau jeu, celui qui méritait de gagner. Mais pas seulement. Le concept de "Poulidor" va encore une fois "au-delà". 

Cette place de deuxième n’est pas celle d’un premier contrarié, c’est une place enviable, qui dépasse avec superbe l’idée de victoire et qui transcende le principe de "résultats". D’ailleurs dans l’imaginaire collectif, personne ne retient le premier, ce rival devenu ami, Jacques Anquetil, qui a remporté cinq fois le Tour de France.

"Plus j’étais malchanceux, plus le public m’appréciait, plus je gagnais du fric. Il m’est d’ailleurs arrivé de penser que gagner ne servait à rien." Raymond Poulidor

Dans cette chanson du groupe de rock lesPoulidoors en 2011, Poulidor devient carrément celui qui fait en sorte de laisser échapper la victoire :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce "plus que ça" et ce "bien au-delà" de Poulidor serait en réalité une philosophie du retrait.  Qui pourrait d’ailleurs tout à fait nous inspirer tant sur le plan écologique, moral, que politique...

par Mathilde Serrell

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
3 min
La Conclusion
La mort, premier annonceur de France
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......