LE DIRECT
Palais de la Porte Dorée à Paris

Palais de la Porte Dorée, une déshérence très symbolique

3 min
À retrouver dans l'émission

Au Musée National de l’Histoire de l’Immigration, l’état du lieu révèle le rapport qu’on a au sujet. Les murs ont la parole.

Palais de la Porte Dorée à Paris
Palais de la Porte Dorée à Paris Crédits : THOMAS SAMSON - AFP

Les pierres en disent parfois long sur les hommes. Tandis que la question de l’immigration revient soudainement dans le discours présidentiel, une polémique éclate sur l’état du Palais de la Porte Dorée à Paris, lieu même du Musée National de l’Histoire de l’Immigration. 

Un référé de la Cour des comptes rendu public il y a quelques jours, dénonce un bâtiment « en déshérence » depuis sa construction en 1931. A la veille des 36e Journées du patrimoine, difficile de faire plus mauvaise pub sur la gestion de ce dernier. Mais la symbolique va au-delà. La situation des murs révèle le rapport qu’on a au sujet. C’est ma théorie.

Prenons d’abord la question architecturale et patrimoniale. Comme l’a rapporté le journal Le Monde, la Cour des comptes pointe de graves dysfonctionnements. Des chutes de morceaux de béton provenant de la corniche, aux problèmes de solidité de l’escalier de secours, en passant par l’obsolescence de l’aquarium tropical qui n’a jamais été rénové depuis 1931.

Il faudrait donc faire des réparations en urgence, et à terme 30 millions d’euros de rénovations. Voilà pour le diagnostic et l’ordonnance. Du côté du ministère de la Culture on précise que la Préfecture de police a rendu un avis favorable à l'exploitation du bâtiment en avril 2018, et qu’un vaste chantier de mise aux normes devrait débuter au printemps 2020.

Comment se fait-il, du reste, qu’on en soit arrivé à un tel constat ? Pour la Cour des Comptes la mise en péril de ce chef-d’œuvre du style Art Déco « illustre les conséquences dramatiques d'un défaut d'entretien du patrimoine culturel ». La gestion du lieu par quatre tutelles ministérielles (l’Education, la Culture, l’Intérieur, l’Enseignement supérieur et la Recherche) est en outre pointée du doigt.

Transformer une institution muséale en alliée vivante de la réconciliation

Mais abordons la question autrement. L’état du Palais de la Porte Dorée ne reflète-t-il pas directement le rapport complexe et conflictuel avec ce lieu ? Un édifice construit pour moitié comme pavillon d’entrée de la grande exposition coloniale de 1931 et qui un temps était destiné à devenir un "Musée des colonies". Option devenue inenvisageable, notamment dès l’arrivée au pouvoir du Front Populaire en 1936. 

En 2005-2006 en accord avec les 4 tutelles, des travaux d’ajustements seront réalisés. Mais la nomination de Brice Hortefeux au ministère de l’intérieur en 2007 et la création d’un ministère de l’Immigration et de l’identité nationale vont faire exploser le fondement de la future Cité nationale de l’Histoire de l’immigration. Un des huit chercheurs en charge du projet, Gérard Noiriel, démissionne. Il faudra attendre 2014, et la présidence Hollande pour que la Cité soit officiellement inaugurée. Autrement dit, le lieu a toujours été tributaire de ce débat sur l’immigration. Et l’incapacité à formuler clairement sa fonction et à simplifier sa tutelle, ont eu des conséquences sur ses murs.

Pour l’architecte Patrick Bouchain, qui était en charge des rénovations de 2005-2006, c’est davantage vers un espace de rencontres sur l’immigration qu’on devrait s’orienter aujourd’hui, pas un musée. Plutôt que de réfléchir systématiquement en termes de travaux, quand on constate de telles difficultés, il faudrait d’abord questionner la manière dont le lieu peut être utilisé. La réponse n’est pas forcément dans le schéma classique de l’institution muséale. 

Lieux de débats, expositions temporaire, délocalisation de cours d’histoire et de géographie, salle de spectacle, locaux associatifs : tout peut être imaginé. Mais pour sauver un patrimoine il faut le faire vivre. Comment le faire vivre ? Et comment faire de la Porte Dorée un allié vivant de la réconciliation ? Ce sont ces là les véritables questions.

par Mathilde Serrell

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
3 min

La Conclusion

À l'heure du Brexit, qui se souvient encore du projet de fusion de la France et de l'Angleterre ?
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......