LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Greta Thunberg à la tribune de l'ONU

Greta Thunberg, la fabrique d’un personnage de fiction

3 min
À retrouver dans l'émission

La rage aux lèvres, les traits déformés, Greta est passée du statut d’icône à celui de mème. C’est à dire un gimmick visuel détourné et commenté à l’infini.

Greta Thunberg à la tribune de l'ONU
Greta Thunberg à la tribune de l'ONU Crédits : Spencer Platt - Getty

Vous avez comme moi vu ce visage prisonnier derrière la vitre des smartphones, celui de Greta Thunberg. Des gros plans en arrêt sur image inondant les fils d’information depuis le discours de la jeune militante au sommet de l’ONU sur le climat. La rage aux lèvres, les traits déformés, Greta est passée du statut d’icône à celui de mème. C’est à dire un gimmick visuel détourné et commenté à l’infini.

Greta Thunberg interroge notre époque en ce qu’elle incarne la fabrication en direct d’un personnage de fiction. C’est ma théorie.

Comme d’autres personnages de fiction, Greta est devenue un écran de projection, et un révélateur des multiples soubassements de nos inconscients. Il n’y qu’à lire l’exégèse qui l’entoure chez ses adorateurs comme chez ses détracteurs : de Greta "cyborg" sans âme chez Michel Onfray à Greta enfant maléfique du film L’Exorciste dans de nombreux photomontages. 

Greta, c’est aussi "la petite Suédoise" qui ficherait bien la trouille à ceux qui fantasmaient jadis sur le mythe des Suédoises décoincées, pour Bernard Pivot. Je ne m’attarderai pas sur les liens logiques qui motivent ces réactions. Je vous ai parlé d’inconscient, nous y sommes. Et chez le Nobel de Littérature, J.M.G Le Clezio, Greta devient : "la nostalgie du futur, à l'idée de ce que nous n'avons pas fait, de ce que nous avons laissé se défaire." 

Cette "fictionnalisation" de Greta Thunberg est à la fois le produit de nos peurs et de nos espoirs, elle incarne notre propre désir d’histoires, comme elle reflète une certaine logique médiatique. La simplification d’un message complexe. Principe à l’œuvre dans presque tous les champs de l’information et du débat. C’est une logique dont elle n’est pas seulement victime, mais à laquelle elle-même participe, pour la bonne cause. 

"Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses - Comment osez-vous ?" a-t-elle lancé l’ONU. Pour avoir tenté une blague parodique et posé cette question "Greta Thunberg est-elle en train de devenir la caricature d’elle-même ? La caricature de la jeune pas contente qui gronde les adultes ?", l’émission Quotidien de Yann Barthès a reçu un tombereau de réprimandes. Le médium cannibalise le message. La discussion polarisée prend le relais : pro ou anti-Greta, nous y voilà. Votez par SMS.

Séparés par l’écran de la fiction, nous nous éloignons alors du réel : la mise en cause de l’inaction et du cynisme face à une terre qui se consume objectivement.

Mais si Greta Thunberg est entrée dans la fiction, la seule façon de pouvoir encore interroger cette démarche et les enjeux de l’action militante dans la lutte contre le réchauffement climatique c’était sans doute d’en faire… une fiction.

Le court-métrage Anita diffusé par la chaîne Youtube Le biais vert raconte une journée, une journée tragique, dans la vie du double fictif de Greta. Après trois ans de batailles médiatiques, le discours est le même professionnalisé par une équipe de communicants. Seulement des questions se posent : Anita est-elle devenue la soupape de sécurité d’un système qui fait semblant de l’écouter ? Comment peut-elle survivre à cette surexposition médiatique qui oscille entre dénigrement et fanatisme ? Et pourquoi continuer de compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre ?

Ça finit mal, très mal. Mais d’une fiction à l’autre, Anita brise la vitre à travers laquelle nous regardons Greta.

par Mathilde Serrell

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
3 min
La Conclusion
Les convois exceptionnels, colosses du monde industriel
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......