LE DIRECT
Le piège capitaliste se refermerait-il sur Banksy ?

Fin de partie pour Banksy ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Banksy l’émeutier de l’art, le pirate du système, s’est-il définitivement fait avaler par la machine capitaliste qu’il croyait dénoncer ?

Le piège capitaliste se refermerait-il sur Banksy ?
Le piège capitaliste se refermerait-il sur Banksy ? Crédits : Tristan Fewings - Getty

Le plus célèbre anonyme du marché de l’art contemporain se représente souvent en rat (anagramme d’art) dans ses pochoirs. Un rat armé d’un cutter prêt à couper les mailles du filet ! Mais, en dépit de ses multiples tentatives, tout se passe comme si la lame ne tranchait plus. Le piège capitaliste se referme sur Banksy : c’est ma théorie.

Sa toile dystopique Devolved Parliament, où des chimpanzés ont pris le contrôle de la chambre des représentants britannique, vient de battre son propre record. Adjugée à plus de 11 millions d’euros lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s le 4 octobre à Londres, elle a multiplié sa cote de départ par 6. Une étape historique dans la spéculation sur les œuvres de Banksy, et dans le marché du street art

Comme Banksy l’a précisé sur son compte Instagram, l’œuvre ne lui appartenait plus mais la situation politique en Grande-Bretagne, et l’animosité des derniers débats au parlement sur le Brexit, permettait à son nouveau détenteur de la vendre au "meilleur moment". C’est à dire que la valeur du tableau s’est indexée sur le cours de l’actu. Ce perfectionnement spéculatif, on le doit donc indirectement à l’artiste emblématique de la critique anticapitaliste.

Banksy a comme toujours tenté de rééquilibrer le paradoxe, en postant une citation du critique d’art Robert Hughes sur son compte Instagram : "Au lieu d’être un patrimoine commun à l’humanité, comme le sont les livres par exemple, l’art devient la propriété personnelle de celui qui peut se l’offrir. Imaginez si n’importe quel livre du monde valait un million de dollars. Imaginez l’effet désastreux que cela aurait sur la culture”. Mais peut-on vraiment prétendre combattre le système avec une citation ironique ?

De plus le message de son œuvre se trouve lui-même totalement détourné. Chez Sotheby’s où l’on compare les toiles de Banksy à celles d’un grand satiriste comme le peintre Goya, la toile Le parlement des singes est analysée comme l’image de "la régression de la plus ancienne démocratie parlementaire du monde dans une attitude tribale et animale." D’une part, il est assez préoccupant que le marché se charge de refermer la signification multiple d’une œuvre pour lui imposer un commentaire contingent. D’autre part, le commentaire en question relève presque du contresens. Car la virulence des débats à la chambre est aussi le signe d’un conflit démocratique qui tente de se maintenir dans le cadre des institutions, contre les partisans du "Leave" tous autoproclamés antisystème. Banksy, qui a combattu le Brexit à coup de pochoirs, se retrouve indirectement aligné sur le même axe que les populistes qui ont manœuvré pour la sortie de L’UE. Encore un cruel paradoxe.

Au vrai, Banksy c’est l’arroseur arrosé sur le fond et la forme. Le pirate piraté, le trolleur trollé. 

L’année dernière quand la reproduction en bombe aérosol et acrylique de sa célèbre "Girl with balloon",  s’est automatiquement et partiellement retrouvée déchiquetée dans une vente aux enchères, un critique new-yorkais a écrit que Banksy avait "interrompu le cours du capital pour une nuit." Pas du tout, ce qui se voulait une arme anti-récupération du street art pour maintenir l’art de la rue hors des salles de marché, a permis au contraire d’augmenter sa cote, et l’œuvre a doublé de valeur.

Banksy, qui vient d’ouvrir une fausse boutique éphémère à Londres baptisée Produit intérieur brut, tente encore de se débattre. Pour contrecarrer la commercialisation de ses images par un marchand de cartes de vœux, il a réalisé cette grande installation et en vendra par la suite des "souvenirs" sur Internet, en reversant les fonds à un bateau de sauvetage de migrants. En réalité le voilà auto-piégé, contraint de faire à son tour du produit dérivé le seul levier juridique qui permet d’empêcher une autre entreprise de le faire.

Celui qui se voulait "échappé de la boutique de souvenirs" - pour reprendre le titre de son documenteur Exit Through the Gift Shop sorti en 2010 - s’y est aujourd’hui enfermé. Et, symbole suprême de cet empêchement, son autoportrait en rat au cutter a été dérobé pour être revendu.

par Mathilde Serrell

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
3 min

La Conclusion

Spirou & Fantasio
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......