LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestation contre le projet Europacity à Gonesse (mai 2019)

Il était une fois Europacity

3 min
À retrouver dans l'émission

S’il fallait dessiner le Léviathan du XXIème siècle, il ressemblerait probablement à Europacity. Un monstre à plusieurs têtes : parc aquatique, centre commercial, complexe hôtelier, et salles de spectacle, avec en guise de langue fourchue, une piste de ski artificielle.

Manifestation contre le projet Europacity à Gonesse (mai 2019)
Manifestation contre le projet Europacity à Gonesse (mai 2019) Crédits : ALAIN JOCARD - AFP

Le monstre, si on le laissait faire, détruirait 80 hectares de terres agricoles fertiles à 15km de Paris, dans le triangle de Gonesse. En pleine urgence climatique, autant dire que le projet Europacity symbolise une sorte d’hydre « écocidaire ». 

Et c’est pour combattre cette hydre que marchent aujourd’hui des citoyens depuis Gonesse dans le Val d’Oise jusqu’à Matignon. Tandis que d’autres voient dans ce projet un Golem protecteur et pourvoyeur d’emplois. Le collectif baptisé « les vrais gens » a ainsi appelé à marcher pour le « monstre ». Avec ses pros et ses antis, Europacity est devenu un conte moderne dont le sens n’a pas fini de nous être révélé, voilà ma théorie.

Europacity est une légende instantanée. Après l’aéroport de Notre Dame des Landes, ce projet matérialise une nouvelle émanation décadente de l’ultra consommation et de l’ultra libéralisme. Une créature, qui, comme tant d’autres projets d’urbanisme, laisse le commerce décider de l’aménagement du territoire, quitte à détruire le vivant et le lien social.

Sans parler de la culture qui se réduit à la notion d’« équipement », et joue presque les intrus dans le descriptif énuméré du projet : «pôle de loisirs, de commerces, de culture et d’hôtellerie». Quand les opérateurs d’Europacity regardent l’horizon, ils évoquent le rêve de faire (enfin?) de Paris et sa région un « Hub du loisir ». Oui un « Hub du loisir »au niveau européen, voire mondial, mesdames, messieurs. Ça c’est du rêve !

Mais qui décide de ce qui fait rêver ? Pourquoi le monstre démoniaque ce serait Europacity ? Y a-t-il un mépris de classe des habitants du village global conscientisé à l’égard des véritables habitants de Gonesse ? Le paysagiste Gilles Clément, l’actrice Juliette Binoche, le philosophe Bernard Steigler et l’écrivaine Marie Desplechin qui sont parmi les signataires d’une tribune contre Europacity menaçant de faire une ZAD si le gouvernement ne recule pas, participeront-ils à cette ZAD ? Sont-ils déjà allés à Central Parc ? Qui sont les « vrais gens » les pros ou les antis Europacity ?

J’égrène à dessein les questions caricaturales. Mais le problème c’est que l’on met tout sur le dos d’un mythe, auquel, selon les informations du journal Le Monde, même le gouvernement ne croit plus.  Les ajustements de type « ferme urbaine » pour verdir le projet n’y ont rien fait, Europacity restera probablement une légende qu’on racontera aux générations futures pour leur faire peur. 

Au fond, la vraie question restera celle de la future gare de la future ligne 17 qui a commencé à être construite au milieu de rien. Même sans Europacity, il arrivera un moment où l’on voudra urbaniser autour, pour justifier sa présence. Nous passerons alors du Leviathan à Candide. Comme le dit Pangloss «  Il est démontré, que les choses ne peuvent être autrement : car tout étant fait pour une fin, tout est nécessairement pour la meilleure fin. Remarquez bien que les nez ont été faits pour porter des lunettes ; aussi avons-nous des lunettes ». 

Attention à ne pas se tromper de conte.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
3 min
La Conclusion
Les hommes et la dernière station essence du boulevard de La Chapelle
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......