LE DIRECT
Une peinture de rue représentant la photographe Vivian Maier à Chicago.

Qui a peur des femmes photographes ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Comment les femmes sont-elles sorties du cadre ? Littéralement : comment de pionnières de l’art photographique, à la fin du XIXème siècle jusqu’aux années 30, les femmes sont devenues minoritaires dans l’Histoire de la photo ?

Une peinture de rue représentant la photographe Vivian Maier à Chicago.
Une peinture de rue représentant la photographe Vivian Maier à Chicago. Crédits : Raymond Boyd - Getty

Cette question, avec mon esprit probablement mal tourné qui voit du genre partout et qui hystérise les rapports hommes-femmes, je me la suis posée à la première foire mondiale de la photographie « Paris Photos » qui s’est ouverte  au Grand Palais.

Seulement 25% des photographes présentés sont des femmes et 80% des « solo shows » c’est-à-dire des mises en valeur d’un ou d’une seule artiste, sont consacrés à des hommes. Bref la meilleure façon d’exister dans cette profusion reste encore d’être né garçon.

Je sais c’est pénible. Toujours à compter, à chouiner, à ergoter, pour plus de parité dans le domaine artistique. Comme si ça avait un sens ? Enfin une œuvre n’a pas de sexe ! Du reste s’il n’y a pas plus de femmes exposées (en tant qu'artiste pas en tant que modèle) c’est sûrement qu’on n'en trouve pas plus…

En réalité non. Vous vous en doutiez, et j’arrête avec le deuxième degré. En France où 60% des diplômés d’écoles d’art et de photo sont des femmes, difficile de croire que leur talent s’est tout simplement perdu en chemin. D’autres mécanismes d’évaporation sont à l’œuvre. Ma théorie, en tous cas, c’est que la photo est un art suffisamment jeune pour que les femmes y retrouvent leur juste place.

Sur le plan de la photographie émergente et contemporaine, c’est en bonne voie. D’ailleurs, le directeur de Paris Photo est une directrice, Florence Bourgeois, cette année la photo officielle de la foire est signée de la photojournaliste sud-africaine Zanele Muholi, et parmi les plus importantes découvertes de cette édition figure l’américaine Ayana V. Jackson représentée par une galeriste française de Chicago, Mariane Ibrahim, qui expose 12 artistes femmes sur 15 au total. J’en viendrais presque à regretter d’avoir râlé au début de cette chronique.

Mais attention aux trompe-l’œil. Selon l’enquête de Marie Docher, activiste de la part des femmes dans l’art, et Fannie Escoulen, commissaire d’exposition, il existe plus de parité et plus d’égalité en termes de visibilité pour les photographes de moins de 40 ans. C’est après que la différence se fait sentir. 

Pourquoi ? L'organisation de la vie familiale impacte souvent la carrière des femmes photographes qui se retrouvent « fixées au sol ». Et puis les institutions exposent beaucoup moins de femmes photographes confirmées que d’hommes, à part quelques stars.

Pour faire évoluer ce regard, au fond, c’est toute l’histoire de la place des femmes dans l’invention de la photographie moderne qu’il faut rétablir. 

Porter encore davantage dans les musées les monographies des pionnières (comme Margaret Bisland ou Julia Margaret Cameron), arrêter de prendre Vivian Maier pour une nounou géniale mais pour une des plus grandes photographes du XXème, siècle ce qu'elle est, ou encore comprendre pourquoi à partir des années 40 ces femmes photographes ont pu disparaître des radars… Notamment sous l’effet d’une idéologie qui fait encore référence, celles des 30 glorieuses. 

Coincée dans le schéma productiviste ménager, il faut attendre l’arrivée dans les années 70 d’une vague féministe pour remettre progressivement les femmes dans le cadre de la photo, mais elles y sont encore par effraction. Pourtant, contrairement à d’autres disciplines on pourrait aisément les y installer au premier plan, sans à avoir recours à une parité anachronique. 

C’est la chance de ce médium, reste à avoir ‘le déclic’ 

Samedi 9 novembre de 14H à 16H Fannie Escoulen organise des débats sur la place des femmes photographes à l'auditorium du Grand Palais.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
3 min

La Conclusion

Les intérieurs bourgeois
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......