LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Martin Scorsese à Los Angeles pour l'avant-première de "The Irishman"

Scorsese contre Marvel

3 min
À retrouver dans l'émission

La bonne surprise c’est que plus elle s’alimente, plus cette controverse échappe aux catégorisations hâtives. C’est une vraie discussion sur l’avenir du cinéma et ses conditions d’existence qui s’engage.

Martin Scorsese à Los Angeles pour l'avant-première de "The Irishman"
Martin Scorsese à Los Angeles pour l'avant-première de "The Irishman" Crédits : Xavier Collin - Maxppp

Depuis quelques semaines, une autre polémique que celle qui entoure la sortie du film de Roman Polanski, J'accuse, agite le monde du cinéma ainsi que ses spectateurs. Un débat qui se nourrit et s’argumente de jour en jour et que l'on pourrait appeler « Scorsese contre Marvel ». 

La bonne surprise, c’est que plus elle s’alimente, plus cette controverse échappe aux catégorisations hâtives. C’est une vraie discussion sur l’avenir du cinéma et ses conditions d’existence qui s’engage. Autrement dit Martin Scorsese a déclenché une F.A.Q, une foire aux questions, tout à fait salutaire. C’est ma théorie.

Les films Marvel, des "parcs d'attractions" ?

Rappelons le point de départ de la discussion. Marty a allumé la mèche, dans une interview en marge de la promotion de son film produit par Netflix « The Irishman », qui sera lancé sur la plateforme le 27 novembre prochain. Il avait déclaré que les films Marvel n’étaient pas du cinéma, mais des parcs d’attractions.

Les réactions des acteurs, des réalisateurs mais aussi des fans des films Marvel se sont mises à pleuvoir. En apparence, le vieux lion Scorsese s’est permis de juger ce qui était du cinéma et ce qui n’en était pas. Sans oublier les déclarations de Ken Loach qui a parlé de « productions hamburgers » ou encore de Francis Ford Coppola qui a fait part de son « mépris » pour ces saga super héroïques. Bref, un véritable « Marvel bashing ».

Mais enfin, pourquoi refuser de considérer ces contenus qui font tourner « la roue créative » — pour reprendre la formule de l’acteur Chris Evans, alias Captain America qui s’était notamment illustré dans Captain America, le soldat de l’Hiver ou encore Captain America : civil war, deux productions loin d’être dénuées d’intérêt cinématographique ?

Cette semaine, ce fut au tour du patron de Marvel, Kevin Feige, de réagir enfin à la polémique. Pour lui "chacun a une définition différente du cinéma, de l'art et de la prise de risque" et grâce à leurs succès les films Marvel peuvent justement se permettre de prendre nouveaux risques.

Un débat plus profond sur les problématiques actuelles du cinéma

Mais le problème soulevé en réalité par Scorsese, c’est que ce type de cinéma finisse pas être le seul à pouvoir les prendre ces risques !

Depuis sa sortie caricaturale et caricaturée — c’était de bonne guerre — le réalisateur des monuments que sont Taxi Driver, Casino ou encore Gangs of New York a affûté ses arguments. Dans une lettre ouverte intitulée "J'ai dit que les films Marvel n'étaient pas du cinéma. Laissez-moi expliquer" et publiée par le New York Times, Scorsese s’emploie en effet à mieux poser le débat.

D’un côté, il reconnaît que les deux champs que sont le divertissement audiovisuel à l’échelle mondiale et le cinéma peuvent en effet parfois se chevaucher. De l’autre, il craint « que la dominance économique de l'un soit utilisée pour isoler et réduire l’existence de l'autre ». L’autre champ, celui des films de Paul Thomas Anderson, de Claire Denis, ou de Kathryn Bigelow qu’il cite, permet d’élargir ce qui est « possible de faire et de raconter au cinéma » dit-il. La question est : pourront-ils, à l’avenir, dans un contexte de concentration inédit et de « marvelisation d’Hollywood », continuer à le faire ?

À ce titre, Scorsese soulève une réelle problématique économique et artistique qui ne saurait être balayée. Park Chan Wook, le réalisateur coréen dont les films Old Boy et Thirst ont reçu le Grand prix du Jury au Festival de Cannes, l’a récemment dit dans d’autres termes : "Beaucoup de gens - et ils sont réalistes - estiment que mises à part les grosses productions à la Marvel, il n'y aura plus grand chose à voir d'autre dans les salles de cinéma." La polémique Scorsese contre Marvel prend ainsi la forme d’une interrogation mondiale.

par Mathilde Serrell

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
3 min
La Conclusion
Le Christ à trottinette
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......