LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Affiche publicitaire pour le nouvel album d'Astérix à la foire du livre de Francfort (17 octobre 2019)

Astérix et le "féminisme washing"

3 min
À retrouver dans l'émission

Une héroïne féminine a rejoint les irréductibles Gaulois. Elle s’appelle Adrénaline et elle a deux papas. Cela ressemble à une révolution... mais "ressemble" seulement.

Affiche publicitaire pour le nouvel album d'Astérix à la foire du livre de Francfort (17 octobre 2019)
Affiche publicitaire pour le nouvel album d'Astérix à la foire du livre de Francfort (17 octobre 2019) Crédits : DANIEL ROLAND - AFP

Malgré les meilleures intentions des auteurs, ce 38e album d’Astérix reste encore au stade du "féminisme washing". C’est ma théorie.

Entendons-nous bien. Dans le monde tel qu’il va, il était temps d’inviter un nouveau personnage féminin au banquet moustachu des Gaulois. D’autant qu’Astérix est la locomotive de l’édition française. Disponible à peu près partout, tiré à 5 millions d’exemplaires, ce nouvel opus sera certainement cette année, comme le précédent en 2017, le livre le plus vendu de France. Son impact sur les représentations est donc significatif.

Et il faut bien le dire, jusqu’ici, les personnages féminins chez Astérix se limitaient en somme à la femme forte mais capricieuse Cléopâtre, à la bimbo aux courbes affolantes Falbala ou à l’archétype de la bonne femme, j’ai nommé Bonemine, la colérique femme du chef Abraracourcix. 

Mais voici donc Adrénaline. Tout en noir, rousse, la tresse levée vers le ciel et les bras croisés, prête à en découdre, elle trône sur la couverture de ce nouvel album intitulé La fille de Vercingétorix. Dans un entretien au quotidien anglais The Guardian (car oui la sortie d’un nouvel Astérix est aussi un événement à l’échelle européenne), le dessinateur Didier Conrad et le scénariste Yves Ferri (qui ont repris le flambeau d’Uderzo et Goscinny depuis les trois derniers volumes) ont dit qu’ils avaient voulu "un personnage différent des personnages féminins d’Astérix qui sont plus souvent centrés sur la séduction".

C’est vrai, que de ce point de vue Adrénaline "disrupte". Adolescente élevée par deux papa à la mort de son père Vercingétorix, elle refuse de s’habiller en fille, tient tête aux Romains qui la pourchassent comme aux Arvernes qui veulent en faire une cheffe de guerre, et finit par imposer son destin. Elle porte en elle l’image d’une jeunesse combative et solidaire complètement dans l’air du temps.

Le problème, il me semble, c’est que lorsqu’il s’agit de féminiser une franchise, on entre dans une forme de ripolinage féministe. D’où cette expression de "féminisme washing" que je mentionnais au début.

Une nouvelle structure narrative reste à inventer

D’abord, comme s’il fallait "rattraper le coup", ce nouveau personnage féminin doit forcément être marqué par la vigueur, le refus des attributs de la séduction, et l’expression d’une indépendance farouche. Féminiser égale créer un super modèle. Et au fond l’héroïsme féminin se calque, peu ou prou, sur l’héroïsme masculin. Même si Adrénaline refuse la guerre, même si le canevas traditionnel d’un Astérix ne permet pas toutes les audaces, Adrénaline reste un Astérix sans moustache.

De plus, il faut attendre les six premières planches pour l’entendre prononcer un mot, et elle reste dans cette aventure, celle qu’on protège et qu’on délivre. Au fond, il n’y a pas vraiment de révolution, car l’affichage de ces nouvelles femmes, ou filles, puissantes ne bouleverse pas les structures narratives.

Comme le remarque le jeune écrivain Paul-Henry Bizon qui s’est penché sur ces questions "de la même façon que les sociétés matriarcales ne sont pas des systèmes patriarcaux gouvernés par des femmes mais des systèmes radicalement différents, les structures narratives d’un nouveau devenir héroïque doivent s’affranchir des modèles classiques".

Il reste beaucoup à inventer dans ce sens, en attendant je lirai toujours Astérix en m’identifiant à Obélix, entre force, faiblesse et gourmandise !

par Mathilde Serrell

Mise à jour le 25/10 (le premier paragraphe qui semblait ne pas prendre en compte « La rose et le glaive »)

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
3 min
La Conclusion
On trouve difficilement pire drogue récréative que le cannabis
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......