LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le 27 avril 1996, le président de la République Jacques Chirac marchant dans les jardins du palais de l'Élysée à Paris.

Jacques Chirac, "accidentellement" cool

4 min
À retrouver dans l'émission

Si aujourd’hui les filles de 20 ans portent des jeans qui remontent jusque sous les seins, c’est un peu à cause de Jacques Chirac. D’ailleurs, on peut le dire : elles le portent "à la Chirac".

Le 27 avril 1996, le président de la République Jacques Chirac marchant dans les jardins du palais de l'Élysée à Paris.
Le 27 avril 1996, le président de la République Jacques Chirac marchant dans les jardins du palais de l'Élysée à Paris. Crédits : Jacques Demarthon - AFP

Le style/le cool/le swag qui est maintenant associé à l’ancien président procède d’une opération inversée. Toutes ses tares se sont transformées en atouts. Chirac était et sera encore, cet homme « accidentellement cool ». C’est ma théorie.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Sur un malentendu ça peut marcher" disait Michel Blanc dans Les Bronzés font du ski, et c’est à peu près ce qui s’est passé avec Jacques Chirac. À commencer par l’effet positif de sa marionnette dans les Guignols, le regretté rendez-vous satirique de Canal . Excessif, impétrant, trompeur, jemenfoutiste, et super menteur : le Chirac de "Mangez des pommes", de "Putain… deux ans" ou de Pol Fiction, un sketch qui le représente en John Travolta, aura contribué - dit la légende - à son élection en 1995. Et au-delà, à installer une sympathie autour de cette figure irrésistiblement transgressive. 

Le double de Chirac incarne une forme de bassesse humaine qui rassure, par rapport à la verticalité sacralisée du pouvoir. Chirac lui-même alimente involontairement cette image. Incapable de prononcer les noms des joueurs de l’équipe de France de foot en 1998, à la tribune officielle, mais profitant de l’écho de la foule pour faire semblant, bredouillant crânement la dernière syllabe. Le Chirac "super tricheur" a la coolitude des cancres. 

Le Chirac infidèle et dragueur invétéré fera également grimper sa cote de popularité. Notamment lorsque Le Petit Journal de Canal le montre entrain de se faire gauler par Bernadette alias Maman. On pourrait dire, anachroniquement, que Chirac a la coolitude d’un vieil oncle dans une chanson d’Orelsan.

Mais si d’autres personnalités politiques vont par la suite faire de cette attitude décomplexée une stratégie pour conquérir le pouvoir, Jacques Chirac en fait un marqueur incontrôlé. Là encore il est cool malgré lui. J’ajoute que les points de fixation de cette sympathie révélaient déjà en creux une certaine inclinaison dans le rapport au chef.

Pour expliquer le cool de Chirac, le journal Libération reprend cette distinction développée par Roland Barthes entre le punctum - la petite touche, le détail qui attire l’attention - et le studium - le véritable goût où l’on investit sa conscience souveraine. Avec Chirac, le punctum a pris le dessus. Son "cool accidentel" va rencontrer une époque qui se pique de détails sans se soucier du contenu. Chirac sautant la barrière du métro, Chirac allumant la cigarette de Simone Veil : autant de photos qui alimentent le Tumblr puis le compte Instagram Fuck Yeah Jacques Chirac sur Internet et les T-shirt qui vont avec. Le look Pento et grosses lunettes achevant de le présenter en premier hipster français.

Si Chirac rencontre le goût de l’époque c’est par un savant mais inconscient mélange de vintage et de ridicool - cette propension à vénérer des icônes au second degré. Chirac tient donc à la fois d’un phénomène à la Rick Astley - chanteur des années 80 qui a fait malgré lui un retour fracassant en mème sur Internet – et du succès d’un OSS 117 !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L’agent franchouillard et franco-centré imaginé par Michel Hazanavicius et incarné par Jean Dujardin aura mis un dernier coup de polish à l’aura accidentellement cool de Chirac (pourtant « tout sauf Gaulois » comme le montrait une enquête de M Le Monde en 2016). En définitive, énième paradoxe de l’homme, Jacques Chirac, le passionné des arts premiers, aura profité d’un fond culturel très XXIe siècle.

par Mathilde Serrell

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
3 min
La Conclusion
Quand Jacques Chirac est-il devenu un gentil ?
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......