LE DIRECT
Quand retrouverons-nous le doux parfum des librairies et le plaisir de rayoner entre les étagères remplies de nos livres favoris ?

Réouvrir les librairies, une urgence non seulement économique mais symbolique

3 min
À retrouver dans l'émission

Tandis que nos voisins européens commencent à rouvrir les librairies, le Ministre de la Culture Franck Riester est quant à lui resté évasif sur la question. Au-delà de l'urgence économique, la réouverture des librairies pourrait illustrer la place essentielle de ces lieux dans la vie de la nation.

Quand retrouverons-nous le doux parfum des librairies et le plaisir de rayoner entre les étagères remplies de nos livres favoris ?
Quand retrouverons-nous le doux parfum des librairies et le plaisir de rayoner entre les étagères remplies de nos livres favoris ? Crédits : JOEL SAGET - AFP

Depuis cette semaine, en Italie, les librairies commencent à rouvrir. Dans le cadre d’une relance graduelle de l’activité, avant le début de la fin du confinement annoncé pour le 3 mai, elles ont été autorisées à accueillir de nouveau des clients. Et ce, dans le respect des règles sanitaires bien sûr. Même chose pour l’Allemagne qui prévoit une réouverture des librairies le 20 avril, donc dès lundi prochain.

Et en France ? Rien n’est très clair pour l’instant. « Le plus rapidement possible » a déclaré le ministre de la Culture Franck Riester chez nos confrères de France Inter. Il fallait lire entre les livres pour bien saisir l’annonce... Le plus rapidement possible : est-ce à partir du 11 mai au moment où débute le dé-confinement ? Est-ce plus tôt ? Ou plus tard ?

Illisibilité quant à la réouverture des librairies 

Ce qui est sûr c’est que dans l’intervalle de cette prise décision « le gel des librairies engendre une asphyxie pour la quasi-totalité des acteurs de la chaîne du livre (éditeurs & diffuseurs) » comme le rappelle le site « Je soutiens ma librairie ». Lequel répertorie, par ailleurs toutes les initiatives mises en place pour continuer à faire vivre ces points névralgiques de la culture. Cela va des commandes, paiements en ligne, et retraits sur le seuil de la librairie ou via une livraison sécurisée à domicile, aux bons d’achat à utiliser dès la réouverture.

Au vrai, la question de la réouverture des librairies ne relève pas seulement de l’urgence économique mais de l’urgence symbolique. Voilà ma théorie.

Bien sûr, les chiffres sont alarmants. Pour mémoire selon l’institut Gfk, les librairies ont perdu 52 % de leur chiffre d’affaires sur le mois de mars qui s’est achevé au 15, avec la fermeture des commerces non essentiels, et les pertes au mois d’avril s’annoncent encore plus lourdes. Côté éditeur, Antoine Gallimard, PDG du groupe Madrigall, évoque une baisse de 90% de son chiffre d’affaires, et demande au gouvernement que « la librairie soit un des premiers secteurs à pouvoir travailler après le confinement ».

Ouvrir les librairies pour souligner la place essentielle de ces lieux dans la vie de la nation

Mais sur le fond, quand je parle d’urgence symbolique, cela se joue à deux niveaux. D’abord historique. La défense des librairies indépendantes est un élément essentiel de notre histoire culturelle. La loi sur le prix unique du livre en 1981 en fut un marqueur. Aujourd’hui, la France a de nouveau la possibilité de porter cet héritage et ces valeurs. Une réouverture des librairies présentée comme prioritaire est un engagement qui va dans ce sens, mais il serait encore plus fort d’autoriser dès maintenant aux commerces de livres qui le souhaitent de rouvrir leurs portes dans les mêmes conditions que le font déjà les cavistes par exemple. Même si le plaisir de flâner n’y sera pas, même si l’aléatoire des propositions au gré de tables et des rayonnages, qui permet habituellement de si précieuses rencontres inattendues, devra encore attendre. Reste que ce serait aujourd’hui une façon de souligner la place essentielle de ces lieux dans la vie de la nation.

Ensuite il y a une urgence symbolique de contingence. Tandis que les entrepôts d’Amazon sont à l’arrêt en France pour une durée indéterminée, n’est-ce pas l’occasion de donner pour une fois de l’avance aux librairies ?

Rien ne dit que des files d’attente distancées prendront place devant les librairies, mais ce serait avouez-le un beau début pour le monde d’après.

par Mathilde Serrell 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
5 min

Radiographies du coronavirus, la chronique

Un lien entre Covid-19 et VIH ?
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......