LE DIRECT
Homer Simpson, notre modèle à tous

On a tous quelque chose en nous d'Homer Simpson

3 min
À retrouver dans l'émission

Dans la série de Matt Groening, Lisa est la plus intelligente et la plus altruiste. Mais face aux dérèglements climatiques, nous ressemblons pourtant davantage à Homer.

Homer Simpson, notre modèle à tous
Homer Simpson, notre modèle à tous Crédits : Carl Court - AFP

Vincent est un gentil auditeur. Il m’a écrit dimanche dernier, après la chronique consacrée à Greta Thunberg. Elle me fait penser, me dit-il en substance dans son mail, à Lisa Simpson. Tandis que nous - la majorité - ressemblons plutôt à Homer.

Petite session de rattrapage pour qui ignorerait tout de cette série d’animation, créée il y a une trentaine d’années et qui raconte le quotidien d’une famille d'Américains moyens. Lisa, la cadette des enfants Simpson, est, de loin, la plus intelligente de la famille. La plus consciente, la plus politisée, elle milite pour les droits des animaux et la défense de l’environnement.

Qui pourrait croire qu’elle est la fille d’Homer ? A force d’en manger, Homer a un beignet - ou plutôt un donut - à la place du cerveau. Parlez-lui d’écologie, il croira que c’est une nouvelle marque de bière. L’étendue de sa paresse n’a d’égale que le volume de son estomac.

Hé bien je suis d’accord avec Vincent : nous partageons davantage de gènes avec Homer qu’avec sa fille. Et vous savez pourquoi ? Parce que notre cerveau nous pousse à détruire la planète. ‘’Notre conscience de ce qui nous attend ne semble avoir aucun effet sur le cours des événements. Tout se passe comme si notre intelligence était impuissante, dominée par des processus plus profonds, inconscients, que nous ne maîtrisons pas’’

C’est l’objet du ’Bug humain’’, le livre de Sébastien Bohler, dont je vous ai brièvement parlé la semaine dernière, et à qui je viens d’emprunter ces deux dernières phrases. Ce spécialiste en neurosciences a cherché à comprendre pourquoi nous ne sommes jamais rassasiés, pourquoi, malgré notre conscience des dégâts causés par nos modes de vie, ‘’notre boulimie n’a pas de limites’’. Tout se passe dans la tête : ‘’notre cerveau est configuré pour en demander toujours plus, même quand ses besoins sont satisfaits’’.

Au demeurant, ‘’c’est ce principe qui a fait le succès de notre espèce’’. Pour Sébastien Bohler, c’est en effet la recherche d’une satisfaction immédiate qui nous a permis, jusque-là, de franchir les étapes de la sélection naturelle avec succès. Pourquoi ? Parce que ‘’seuls ont subsisté ceux qui, dans leurs cerveaux, possédaient cet aiguillon qui leur disait : "mange autant que tu peux car la nourriture n’est pas donnée dans ce monde." Nous avons donc survécu parce que nous sommes plus cigales que fourmis. Un trait héréditaire qui a fini par se retourner contre nous.

Il faut dire que dans un monde où la consommation est reine, tout est fait pour stimuler cet appétit, nous donner envie de toujours plus de donuts. C’est le constat que faisait le philosophe et mathématicien Olivier Rey dans ‘’Une question de taille’’ _(Stock, 2014). ‘’Le monde de la consommation se présente sous les traits enviables de la jouissance, mais il est, par essence, un monde du manque, et un manque continuellement attisé… Et il ajoute : On dit de notre époque qu’elle est matérialiste. A dire vrai, elle l’est très peu, dans la mesure où l’enjeu principal de la consommation n’est pas le bien-être matériel mais une certaine façon qu’ont les humains d’aujourd’hui de se situer les uns par rapport aux autres’’ :_ un autre trait dont notre cerveau aurait hérité selon Sébastien Bohler

Il faudrait, pour y remédier, refaire toute notre éducation, emprunter les voies de la sobriété. Je vous laisse y réfléchir. En attendant, vous reprendrez bien un donut ?

Chroniques

8H50
4 min

La Théorie

Que peut la poésie pour sauver la Gare du Nord ?

Bibliographie

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......