LE DIRECT
des températures moyennes annuelles aussi chaudes que dans le Sahara : 1/3 de l'humanité pourrait y être confronté en 2070

Chaud devant !

3 min
À retrouver dans l'émission

En 2070, un tiers de l'humanité pourrait vivre dans des zones avec des températures à peine supportables. C'est ce que révèle une étude internationale publiée ce mardi.

des températures moyennes annuelles aussi chaudes que dans le Sahara : 1/3 de l'humanité pourrait y être confronté en 2070
des températures moyennes annuelles aussi chaudes que dans le Sahara : 1/3 de l'humanité pourrait y être confronté en 2070 Crédits : Samere Fahim Photography - Getty

Nous vivons un petit miracle depuis 10 000 ans, autrement dit depuis la fin des épisodes glaciaires du Pléistocène. Ce petit miracle, c’est l’Holocène, une ère géologique caractérisée par des conditions climatiques optimales pour que la vie s’y développe. Cette courte parenthèse (à l’échelle de la très longue histoire de notre planète) a permis à notre civilisation humaine de prospérer.

En sommes-nous sortis et depuis quand ? C’est tout le débat autour de la notion d’Anthropocène, qui définit la période où les activités humaines agissent directement sur le système Terre. Un relatif consensus fixe ce moment aux alentours de 1950 avec le début des essais nucléaires massifs (même si certains préfèrent retenir comme marqueur la révolution industrielle).

Sur le plan climatique, l’Anthropocène se caractérise par des dérèglements et une hausse globale des températures. Dans le pire des scénarios modélisé par les scientifiques, leur augmentation moyenne pourrait atteindre 7 degrés d’ici la fin du siècle. Mais disons que pour l’instant, cette perspective est difficile à envisager. Notre perception de la catastrophe est atténuée par le fait que nous bénéficions toujours d’une relative stabilité, caractéristique de l’Holocène. La majeure partie de la population mondiale vit dans des ‘niches climatiques’ où la température annuelle moyenne oscille entre 11 et 15 degrés.

Or, si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, ces ‘niches climatiques’ vont être de plus en plus étroites, donc de plus en plus sélectives, au point d’en exclure une partie importante de l’humanité : c’est ce que révèle une étude publiée ce mardi par la revue scientifique américaine PNAS (article en anglais)

L’approche de cette revue, liée à l’Académie américaine des sciences, est originale puisqu’elle cartographie les territoires qui pourraient devenir difficilement vivables en raison de températures trop élevées. Le pronostic est le suivant : dans 50 ans, un tiers de la population mondiale pourrait vivre dans des régions plus chaudes que l’actuel Sahara. Un tiers, soit environ 3,5 milliards de personnes !

Selon ce scénario qui n’a rien d’improbable, les températures extrêmes et invivables vont grignoter une partie de la surface terrestre. A l’heure actuelle, elles ne touchent que 0,8% de cette surface. En 2070, dans un demi-siècle, le pourcentage pourrait grimper jusqu’à 19 %, près d’un cinquième des zones émergées, c’est colossal !

Evidemment, tout le monde ne sera pas confronté de la même manière à une perspective aussi sombre. L’Inde, le Nigéria, le Pakistan, l’Indonésie ou encore le Soudan seront les pays les plus touchés démographiquement. Au total, l’étude recense une centaine de territoires (pays et zones insulaires) qui devront subir, de manière totale ou partielle, ces températures insupportables. Ils seront exclus, de fait, de ces ‘niches climatiques’ dans lesquelles la communauté humaine vit depuis plusieurs milliers d’années.

A l’inverse, l’Europe, le nord de l’Amérique, le sud de l’Afrique, la Russie, la Chine…bénéficieront de conditions climatiques bien plus favorables (si l’on s’en tient seulement aux températures). Un nouveau partage du monde explosif, auquel personne n’a intérêt.

Chroniques

8H50
2 min

La Théorie

Vers une nouvelle économie de la connaissance ?
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......