LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
toute ressemblance avec l'auteur de cette chronique serait vexante

Comment j'ai failli faire la grève du climat à France Culture

4 min
À retrouver dans l'émission

En raison d'un mouvement de grève pour le climat, il se peut que cette chronique n'ait pas eu lieu. A moins que...

toute ressemblance avec l'auteur de cette chronique serait vexante
toute ressemblance avec l'auteur de cette chronique serait vexante Crédits : Getty

Psssst…PSSSTTT…Guillaume, je suis là !…je suis venu…J’avais prévu de faire grève, mais ça ne s’est pas passé comme prévu. Laissez-moi vous raconter.

Vous savez que ce vendredi est une journée de grève mondiale pour le Climat ? Elle coïncide avec le sommet Action Climat organisé lundi prochain par l’ONU, à l’occasion de la 74e session de son Assemblée générale. La mobilisation va d’ailleurs durer toute la semaine, jusqu’au 27.

Jusqu’à présent, ce sont plutôt les lycéens qui faisaient grève. Mais cette fois-ci, le monde du travail est lui aussi appelé à rejoindre les grévistes, pour faire pression sur les gouvernements. Et ce qui est assez inédit, pour ne pas dire contre nature, c’est que certaines entreprises incitent leurs salariés à débrayer.

Extrait d’un article publié sur le site Novethic : ‘’il y a d’abord eu les sociétés comme Lush, Patagonia ou Ben&Jerry’s qui ont annoncé leur ralliement fin août. Puis c’est une coalition australienne qui s’est créée autour d’une vingtaine d’entreprises. Elles sont aujourd’hui plus de 200 : des entreprises de tech (de technologie, pas de meubles en bois), des fournisseurs d’énergie vertes, des marques de vêtements éthiques, mais aussi des banques’’ (vous pouvez ajouter autant de points d’exclamation que vous le souhaitez)

Ca sent le greenwashing à plein nez, mais si des banques australiennes le font, alors Radio France peut le faire ! D’autant que nous ne sommes les derniers ni pour faire la grève, ni pour sauver la planète. Bon, je passe sur la lumière qui reste systématiquement allumée au 7e dans le local de la photocopieuse, et sur le réglage approximatif de la climatisation. Et je ne dirai rien de la valse des taxis qui encerclent chaque matin la Maison ronde. Mais, pour vous donner un exemple, nous avons depuis cet été une machine qui distribue des gobelets réutilisables ET consignés. Et puis il suffit de jeter un oeil aux grilles de rentrée des différentes chaines : il est plus rapide désormais de compter les émissions qui ne parlent jamais d’environnement.

Pas de doute, nous voici en terrain favorable : je vais donc organiser une grève pour le climat à France Culture ! Non seulement c’est une bonne action, mais c’est un accélérateur de carrière, voyez Greta Thunberg.

Oui mais ‘’comment organiser une grève pour le climat’’ sur son lieu de travail ? Et bien il suffit d’aller sur le site ‘globalclimatestrike.net’, site qui coordonne la grève mondiale. On y trouve un tutoriel sur le sujet, plein d’excellents conseils.

’1ère étape : passez à l’action. Lancez une discussion à l’heure du déjeuner. Si vous parlez avec passion de cet événement, vous n’aurez aucun mal à inspirer vos amis et vos collègues’’ Guillaume, Mathilde, Aurélien : votre présence ce matin, en studio, me renseigne sur ma capacité à parler avec passion et à susciter l’adhésion. Passons à la ‘’2e étape : Présentez une résolution à votre employeur. Négociez une organisation qui convient à tout le monde’’ Allons voir la directrice : ce serait pour organiser une grève demain, pour le climat, dans l’idéal entre 7h et 9h. Non ? Entre 8h et 9h ? Non plus ? De 8h45 à 8h50 ? Dans mes rêves ? Décidément, le réchauffement climatique ne pèse pas lourd dès qu’il s’agit de remettre en cause la continuité du service public.

J’aurais volontiers abandonné lâchement ce projet mais ‘globalclimatestrike.net’ avait pensé à tout. Je vous lis la suite : ‘’Si vous devez travailler, voici quelques idées pour soutenir le mouvement d’une autre façon : ‘’prenez une pause déjeuner plus longue’’, ‘’Publiez sur les réseaux sociaux des selfies de vous et vos collègues en train de tenir des pancartes’’, ‘’ou encore ‘Tirez la sonnette d’alarme’ en faisant beaucoup de bruit tous ensemble’’ (je vous assure que je n’invente rien)

Je crois que c’est l’idée du selfie avec mes collègues tenant des pancartes qui a fini par me convaincre : je ne serai pas le prochain Greta Thunberg.

par Hervé Gardette

Chroniques
8H50
3 min
La Théorie
Nouveau roman de Françoise Sagan : inédit ou avatar ?
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......