LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
New-York, 11 septembre 2001

D'un effondrement l'autre

3 min
À retrouver dans l'émission

La publication, dans The New Yorker, d'un long article de Jonathan Franzen sur l'effondrement provoque de fortes réactions dans la communauté scientifique.

New-York, 11 septembre 2001
New-York, 11 septembre 2001 Crédits : ALEXANDRE FUCHS - AFP

En 2001, Jonathan Franzen publie ‘’Les Corrections’’, livre considéré presque instantanément comme un des plus importants de la littérature américaine, peinture précise d’une Amérique en plein doute, à travers le portrait d’une famille du Midwest. Ses lecteurs ont forcément en tête l’effondrement des tours du World Trade Center. Le livre a pourtant été publié dix jours avant le 11 Septembre, mais c’est bien à la lumière de cet événement tragique qu’il va être lu, offrant ainsi à son auteur la réputation d’écrivain visionnaire.

C’est dire le poids et l’impact de son regard sur le monde. La publication, il y a trois jours, d’un article de Franzen dans The New Yorker vient illustrer ce statut de façon retentissante. Dans ce long papier, il est à nouveau question d’effondrement, non pas de structures en béton, mais du monde tout entier. Sans doute avez-vous déjà entendu parler de cette théorie, la collapsologie, qui annonce la fin probable et prochaine de notre civilisation. Plus que probable, estime Jonathan Franzen, ‘’si vous avez moins de 60 ans, vous avez de bonnes chances d’assister à la déstabilisation radicale de la vie sur terre…si vous avez moins de 30 ans, vous êtes presque assuré d’en être témoin’

Le titre de son article donne le ton : ’What if we stopped pretending ?’’, ‘’ Et si nous arrêtions de faire semblant ?’’ Faire semblant de quoi ?  De croire que nous pouvons empêcher ‘’l’apocalypse climatique’’. Nous ne pouvons pas l’empêcher, assure l’écrivain, c’est trop tard, il faut sortir du ‘’déni’’. Un déni qui peut se comprendre à titre individuel : entre l’abstraction –lointaine- de la mort, et le plaisir –immédiat- du petit déjeuner, nous préférons le petit déjeuner, écrit Franzen. Mais c’est un autre déni qui, selon lui, pose problème : celui entretenu par les progressistes. Rien n’est perdu disent-ils, à condition qu’on investisse, par exemple, massivement dans les énergies renouvelables. Un discours trompeur, répond l’auteur des ’’Corrections’’, ça ne sert plus à rien, quitte à dépenser de l’argent, autant investir dans la préparation à la catastrophe. Et comme si cela ne suffisait pas, Franzen enfonce un autre clou en mettant en doute la sincérité des rapports du GIEC, laissant entendre que les experts ont délibérément sous-estimé le rythme et la gravité du changement climatique, conformément à l’idée selon laquelle ‘’il ne faut pas désespérer Billancourt’’.

’What if we stopped pretending’’ : matière hautement inflammable que cet article du New Yorker, qui agit, depuis dimanche, comme une étincelle dans un baril d’essence : réactions en cascades côté anglo-saxons, c’est le AAF, ‘’All against Franzen’’, tous contre Franzen. La ‘communauté’ scientifique est vent debout, dénonçant, pêle-mêle, les approximations du romancier, son manque de vision politique et le caractère démobilisateur de ses propos, quand cette même communauté assène qu’’’il sera bientôt trop tard pour dévier de notre trajectoire vouée à l’échec’’, mais qu’il n’est pas encore trop tard. 

Toutes ces critiques s’entendent, elles sont même justifiées, mais il me semble que l’article de Franzen mérite mieux, malgré tous ses défauts, que ce tir de barrage. D’abord parce que le ‘’vous n’avez rien compris’’ que lui opposent les scientifiques est contre-productif. Ensuite parce que Franzen en tire une morale qui n’est pas celle de l’inaction. ’‘Chacun de nous a un choix éthique à faire’’ Ce n’est parce que nous savons la catastrophe certaine que nous devons baisser les bras, ne plus nous soucier de la planète et des autres. Enfin parce que le discours du romancier n’est plus un discours isolé. Il s’inspire du survivalisme, moins folklorique qu’on l’imagine : ‘’une fois que vous acceptez le fait que nous avons perdu la guerre totale contre le changement climatique, d’autres types d’actions prennent plus de sens comme la préparation aux incendies, aux inondations’’ Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Chroniques
8H50
5 min
La Théorie
Robert Frank : un photographe fondamentalement iconoclaste

Bibliographie

Les corrections

Les correctionsPoints, 2003

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......