LE DIRECT
parler d'écologie encourage-t-il les comportements moutonniers ?

Comment je me suis radicalisé

3 min
À retrouver dans l'émission

Bilan à mi-saison de cette chronique. Le constat est sans appel : je me suis radicalisé.

parler d'écologie encourage-t-il les comportements moutonniers ?
parler d'écologie encourage-t-il les comportements moutonniers ? Crédits : clickhere - Getty

J'avais pourtant pris les devants. Dès ma deuxième chronique, j’exprimais quelques inquiétudes quant aux effets d’une trop grande proximité avec mon sujet. La transition écologique n’allait-elle pas devenir le tombeau de mes principes journalistiques : ‘’liberté éditoriale, égalité de traitement, neutralité politique’’ ?

Pour avoir formulé ces doutes publiquement, je pensais être immunisé. Cochon qui s’en dédit. Je ne deviendrai pas un ‘journaliste militant’.

Mais voilà que samedi soir, au milieu d’un repas consacré à l’évocation -pêle-mêle- du conflit sur les retraites, des violences policières, du prix de l’immobilier, de ‘comment vont les enfants’ et de la qualité du poisson qui nous était servi, la personne assise à ma gauche me fit cette remarque : ‘’tu ramènes tout à l’écologie’’.

‘’Je ramène tout à l’écologie ? Ah ouaih ? Et tu crois que c’est avec ce genre de remarques qu’on va sauver la planète ?’’ Et bim ! La discussion aurait pu dégénérer si la serveuse du restaurant n’était pas venue nous interrompre, répondant enfin à ma question sur la provenance du filet de turbot : ‘’oui, il est bien issu de la pèche responsable’’, ainsi qu’à ma demande sur la température ambiante, ‘’non, nous ne pouvons pas baisser les radiateurs à 16° C’’.

Contrairement à ce qu’on prétend, la nuit ne porte pas conseil : ce sont les insomnies qui vous éclairent. La mienne fut courte, consacrée à refaire le film de mon évolution personnelle depuis le mois de septembre. Soyons lucide, c’est ma voisine de gauche qui avait raison : je ramène tout à l’écologie.

Réflexe envahissant : je ne peux plus regarder s’envoler un avion sans mauvaise pensée, ni regarder une vidéo en ligne (quel que soit le sujet) sans mauvaise conscience. Pour rester crédible, et intègre, j’ai renoncé aux soldes d’hiver, au foie gras, aux taxis, aux enceintes connectées, au thermomix, à la 5G. Par chance, il y a de moins en moins d’insectes en été : j’aurais trop de scrupules à les écraser.

Que de plastique ! Que de plastique !

Faire les courses au supermarché est devenu un calvaire. Un voyage au pays des infidèles. Comme aurait dit Mac Mahon : que de plastique, que de plastique. Tout y est sous blister. Même le papier d’emballage est emballé.

La littérature n’est même plus un refuge. Pour peu qu’on y croise un petit coin de nature, le moindre roman devient visionnaire. ‘’Germinal’’ n’est plus un livre sur la condition ouvrière, mais une prophétie sur la fin du charbon. J’ai expulsé ‘’Le rouge et le noir’’ de ma bibliothèque : ça manquait de vert.

De la même manière que le chroniqueur de mode aura du mal à tenir une conversation sans déshabiller du regard son interlocuteur, le chroniqueur en transition ne se déplace plus sans son calculateur de bilan carbone. L’écolo converti est comme l’ancien fumeur : il ne supporte plus la fumée.

Il faut dire que les mêmes qui vous reprochent une conversion trop rapide sont ceux qui vous assignent à cette nouvelle identité. Ce n’est pas seulement votre regard qui change, mais celui des autres. Après le ‘’tiens, toi qui tu es une femme, tu penses quoi de Marlène Schiappa ?’’, voici le ‘’tiens, toi qui es écolo, tu penses quoi de Nicolas Hulot ?’’

Je comprends mieux Harry et Meghan qui, pour échapper à cette assignation qu’est leur condition royale, ont fait le choix de devenir roturiers. Et j’envie –j’avoue- les éditorialistes politiques, eux qui savent si bien, et en toutes circonstances, garder leurs distances avec leur objet. Le journalisme militant, quelle plaie !

Chroniques

8H50
3 min

La Théorie

Comment "Call of Duty" a inspiré "1917"
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......