LE DIRECT
le recyclage des canettes de soda : une (pas si) bonne idée ?

Il était une fois une startup qui recyclait des canettes

3 min
À retrouver dans l'émission

En février 2020, la startup toulousaine ''La boucle verte'', spécialisée dans le recyclage de canettes de soda, cesse son activité. Dans un long témoignage publié sur les réseaux sociaux, son fondateur raconte son histoire. Une histoire exemplaire.

le recyclage des canettes de soda : une (pas si) bonne idée ?
le recyclage des canettes de soda : une (pas si) bonne idée ? Crédits : Peter Dazeley - Getty

La plupart d’entre vous n’avez sans doute jamais entendu parler de Charles Dauzet. C’était également mon cas jusqu’à ces dernières 48 heures et ma découverte du récit de sa conversion. 

L’histoire se déroule alors qu’il n’a pas encore 30 ans. D’après les renseignements que j’ai pu trouver à son sujet, il a d’abord vécu en Auvergne avant d’aller tenter l’aventure du côté de Toulouse. Ah, j’ai oublié de vous dire : Charles Dauzet est bien vivant. Son récit, il vient de le publier sur le réseau social professionnel LinkedIn.

Une boucle qui n'a pas pris 

Dans un article que Le Journal Toulousain lui consacre en décembre 2017, il est décrit comme un ‘’entrepreneur pétillant’’. Bien vu : le jeune homme, sorti d’écoles de commerce, a monté un an plus tôt sa startup : ‘’La boucle verte’’, spécialisée dans le recyclage des canettes de soda. L’idée est simple, et dans l’air du temps : il s’agit de concilier sens des affaires et préoccupation pour l’environnement, en investissant le secteur de l’économie circulaire.

Les habitants de la Ville rose se souviennent peut-être avoir aperçu, à proximité des fast-foods, des bidons en métal coupés dans le sens de la hauteur, avec un trou circulaire sur le dessus pour y recevoir des canettes vides en aluminium. Le ‘butin’ est ensuite revendu à des ferrailleurs. Et comme la vente ne rapporte quasiment rien, les bidons-poubelles sont transformés en espaces publicitaires : c’est malin !

C’est malin…mais ça ne marche pas. ‘’Une fois le buzz terminé’’ écrit Charles Dauzet, ‘’il fallait se rendre à l’évidence : il n’y avait pas de marché pour notre service’’. En février 2020, ‘’La Boucle verte’’ cesse son activité : ‘’nous n’avons pas su rendre notre entreprise pérenne et surtout, nous avons perdu beaucoup d’intérêt pour notre projet’’.

Car la désillusion n’est pas seulement économique. Au fil des mois, le jeune entrepreneur découvre une filière, celle du recyclage, peu efficace (du moins pour les canettes) et surtout beaucoup moins vertueuse qu’il l’avait imaginée : elle sert d’alibi à un juteux business. ‘’La filière boisson préfère vendre son soda dans des emballages jetables (c’est bien plus rentable), la filière canette promeut son emballage comme étant le meilleur, et la filière en charge de la collecte ne peut gagner sa croûte que si des emballages sont mis sur le marché’’.

Le problème, écrit encore Charles Dauzet, c’est que ces initiatives sont contre-productives ‘’dans la mesure où elles ralentissent la transition en laissant penser aux gens qu’un avenir durable sans modification de nos comportements est possible grâce à l’innovation…Au cours de notre aventure, nous avons été très surpris de constater à quel point une partie de la population pouvait avoir confiance en notre projet…quelques personnes nous considéraient comme la génération de ‘sauveurs’’’.

Je vous incite à lire ce témoignage exemplaire et courageux, car il en faut du courage pour faire publiquement une telle confession. On pourra certes trouver la dernière partie du texte moins convaincante lorsque son auteur défend, avec la même dose d'enthousiasme qu’au début de son aventure entrepreneuriale, le principe de la décroissance : attention, celle-ci contient sans doute aussi son lot de désillusions.

Attention encore à ne pas en faire une condamnation globale de l’économie circulaire, tout n’est pas à jeter dans ce secteur, heureusement. Mais ce récit introspectif d’un jeune startuper converti, du fait de ses expériences, de sa confrontation avec le terrain, à la nécessité de penser la transition écologique autrement que comme un simple business, ce récit est tout simplement édifiant.

(vous pouvez également lire ce récit sur le site de La Boucle verte)

par Hervé Gardette

Chroniques

8H49
2 min

La Théorie

Cinéma : les salles dans le clair-obscur
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......