LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Cet enfant est manifestement candidat au poste d'éco-délégué

Pourquoi j'ai décidé de ne pas être candidat au poste d'éco-délégué

3 min
À retrouver dans l'émission

Parmi les nouveautés de la rentrée scolaire : la généralisation des éco-délégués au collège et au lycée. Une fausse bonne idée ?

Cet enfant est manifestement candidat au poste d'éco-délégué
Cet enfant est manifestement candidat au poste d'éco-délégué Crédits : Fabrice Lerouge - Getty

Je n’ai jamais été délégué de classe. L’aurais-je souhaité que mes parents s’y seraient opposés, ce qu’ils firent d’ailleurs, au prétexte que nous avions déjà suffisamment à faire avec les devoirs. J’imagine que, si j’étais encore au collège, ils ne m’encourageraient pas non plus à devenir éco-délégué.

Qu’est-ce qu’un éco-délégué ? C’est un ‘’ambassadeur de l’environnement et du développement durable auprès de ses camarades de classe’’, ainsi que le formule un communiqué du ministère de l’Education. Le dispositif relève d’une circulaire de février 2015. Jean-Michel Blanquer a décidé de le généraliser. A la fin du mois, toutes les classes de collège et de lycée devront élire le leur.

Voilà qui part sans doute d’une bonne intention : tout ce qui peut favoriser l’engagement des élèves, a fortiori lorsqu’il s’agit d’un sujet aussi essentiel que la défense de l’environnement, mérite d’être encouragé. Et il suffit d’aller faire un tour sur le site éco-délégués.fr pour constater la variété des initiatives et l’enthousiasme avec lequel elles sont menées. On peut y voir Sasha parler d’un projet de mur végétal, Damien raconter le tri des aliments à la cantine, ou encore Felicia évoquer le réaménagement des alentours de son lycée.

Mais fallait-il généraliser ce dispositif, l’imposer pour chaque classe du second degré ? Ce qui relevait du volontariat devient obligatoire : c’est rarement du meilleur effet.

On peut par ailleurs trouver étrange cette idée de déléguer aux élèves le soin d’éduquer leurs pairs aux enjeux du réchauffement climatique et de la biodiversité. Ou alors il faudrait pousser jusqu’au bout la logique et confier aussi, aux plus doués, l’enseignement des mathématiques, l’apprentissage du français. Sauf à considérer que l’environnement n’est pas si important, qu’il relève avant tout des activités parascolaires.

Après le foulard rouge, le vert ?

Un chroniqueur des Matins de France Culture, par ailleurs écrivain, me faisait remarquer que cette initiative lui en évoquait une autre, il y a quelques années, lorsque Nicolas Sarkozy eut la curieuse idée de vouloir faire porter à chaque élève de CM2 la mémoire d’un enfant déporté.

J’y vois pour ma part un autre cousinage, encore plus lointain, avec le mouvement des Pionniers, cette organisation de jeunesse du temps de l’URSS. Loin de moi l’idée de comparer le communisme avec l’écologie politique, mais il y a dans cette façon d’assigner une mission à la jeunesse quelque chose qui me chiffonne. Les petits Soviétiques avaient vocation à incarner les valeurs de leur société. Les foulards qu’ils portaient autour du cou étaient rouges, vont-ils devenir verts ?

Vous trouvez que j’exagère ? Bien sûr que j’exagère ! Il n’empêche, prenons garde à ne pas faire de nos enfants des petits modèles de vertu, des alibis bien pratiques. D’abord parce que nous ne sommes pas si bien placés que ça pour le faire et qu’ils sont assez grands pour savoir ce que nous avons si longtemps ignoré. Ensuite parce que le ridicule nous pend au nez.

Dans un article récent du site Actualitte.com (consacré aux univers du livre), on apprend que ‘’la très prestigieuse Academy of American Poets’’ vient de créer un prix littéraire d’un genre particulier : il distinguera les textes poétiques ‘’qui évoquent avec une justesse et une intensité particulières les dangers qui pèsent sur l’avenir de la planète et de la biodiversité.’’ Ce n’est pas encore l’Ode à Staline mais ça y fait penser.

Pour toutes ces raisons, et en dépit des pressions amicales d’un certain nombre de mes collègues à France Culture, que mes parents soient rassurés : j’ai décidé de ne pas être candidat au poste d’éco-délégué.

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......