LE DIRECT
je ne suis pas un robot...la preuve !

Je ne suis pas un robot

4 min
À retrouver dans l'émission

Je ne suis pas un robot. Vous non plus. Enfin, je crois. A vrai dire, je n’en suis pas tout à fait sûr. Les robots sont partout.

je ne suis pas un robot...la preuve !
je ne suis pas un robot...la preuve ! Crédits : Westend61 - Getty

Je ne suis pas un robot. Vous non plus. Enfin, je crois. A vrai dire, je n’en suis pas tout à fait sûr. Les robots sont partout. C’est la transition de ce matin.

’Je ne suis pas un robot’’ : c’est la déclaration sur l’honneur à laquelle vous devez régulièrement souscrire lorsque vous vous abonnez à un site ou à une newsletter. Après avoir renseigné votre civilité, vos nom et prénom, votre adresse mail et votre mot de passe avec un code comprenant des minuscules, des majuscules, des chiffres, des caractères spéciaux et d’autres qui n’existent même pas sur votre clavier d’ordinateur, bref après avoir franchi toutes ces étapes, il vous en reste encore une : celle qui consiste à attester que vous n’êtes pas un robot. C’est donc que vous pourriez en être un.

Au demeurant, c’est prendre les robots pour des imbéciles que de les imaginer passer leur chemin à cet endroit du formulaire. ‘’Ah mince je suis un robot je n’ai pas le droit d’aller plus loin’’. J’ai vérifié les trois lois de la robotique, telles qu’édictées par Isaac Asimov : le robot doit obéir aux ordres des humains, il ne peut leur porter atteinte, et dans la mesure où il respecte les deux règles précédentes, il doit protéger son existence. Mais rien ne lui interdit de mentir sur un formulaire.

A propos de mensonge justement, avez-vous comme moi été tenté de répondre n’importe quoi lorsque, ultime étape de l’inscription, vous devez cocher des photos sur lesquelles il y a soit des feux de signalisation, soit des camions ? Que se passe-t-il si vous sélectionnez une mauvaise photo ? Est-ce que l’Intelligence artificielle qui est de l’autre côté de l’écran va prévenir toutes ses copines en leur disant : ‘’et les filles, on s’est gouré, le truc avec un tronc et des feuilles, c’est aussi un camion’’ ? Ou bien plus simplement, est-ce que votre inscription va être annulée, si bien qu’il va falloir tout reprendre depuis le début : le nom, le prénom, le code, etc… ?

Dans le doute, je m’abstiens à chaque fois. Et je dois dire qu’hier (puisque la dernière fois, c’était hier), j’ai bien fait de cocher toutes les cases correctement puisque je me suis abonné à une formidable newsletter, qui s’intéresse justement à ces questions de robotique et d’IA. Ca s’appelle Tech Trash, c’est drôle, c’est gratuit, et il y a plein d’infos dedans.

Comme par exemple, dans la toute dernière livraison, un article sur les astuces pour tromper la vigilance des intelligences artificielles, échapper à leur emprise. Ma préférée : ‘’l’attaque typographique’’ qui consiste ‘’à rajouter du texte sur une image’’ afin de faire tourner la machine en bourrique. Exemple : si vous collez des dollars sur la photo d’un chien, l’intelligence artificielle va identifier…une tirelire, ce qui traduit à la fois un sens logique assez poussé et en même temps, un manque de discernement. Il faudrait tenter l’expérience avec le tableau de Magritte : ‘ceci n’est pas une pipe’.

Autre exemple cité dans Tech Trash : le tee-shirt qui vous rend invisible face aux caméras de surveillance. L’idée, c’est d’insérer un motif pixellisé sur votre vêtement, motif indiscernable à l’œil nu mais reconnaissable par la machine…sauf que ce qu’elle croit reconnaitre ne correspond pas à ce qui apparait à l’écran. Elle vous voit mais ne vous identifie pas. En gros, vous vous moquez d’elle.

Un conseil : profitez-en tant qu’il est encore temps. Oui car nos amies les machines sont de plus en plus intelligentes. Vous connaissez sans doute le fameux test de Turing, du nom de ce grand mathématicien, considéré comme le père de l’informatique : si lors d’une conversation, l’ordinateur réussit à se faire passer pour un humain auprès de son interlocuteur, alors il réussit le test. C’est ce qui s’est passé pour la 1ère fois en 2014, une machine réussissant à se faire passer pour un ado de 13 ans (ce qui, il est vrai, ne doit pas être si compliqué, les parents d’ados comprendront, il faut juste être un peu lent).

Et d’ailleurs –mais n’y voyez rien d’autre, Guillaume Erner, que de l’esprit d’escalier- qu’est-ce qui me prouve que vous-même, vous n’êtes pas un robot ? Ca fait des mois que je ne vous ai pas vu, rapport au télétravail obligatoire qui m’oblige à lire cette chronique depuis ma salle à manger. Si ça se trouve, je m’adresse chaque matin à une machine. Prouvez-moi que vous n’êtes pas un robot !

Chroniques

8H51
4 min

Carnet de philo

Le problème du compliment
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......