LE DIRECT
''le gouvernement mobilisera tous les moyens nécessaires…quoi qu’il en coûte''

La crise climatique, "quoi qu'il en coûte"

3 min
À retrouver dans l'émission

Et si Emmanuel Macron venait (presque) de prononcer le meilleur discours de mobilisation face à l'urgence climatique ?

''le gouvernement mobilisera tous les moyens nécessaires…quoi qu’il en coûte''
''le gouvernement mobilisera tous les moyens nécessaires…quoi qu’il en coûte'' Crédits : Image Source - Getty

De tous les discours politiques sur l’urgence climatique, on gardait en mémoire, loin devant tous les autres, celui de Jacques Chirac au sommet de la Terre à Johannesburg en septembre 2002 : ‘’Notre maison brûle et nous regardons ailleurs…La Terre et l’humanité sont en péril, et nous en sommes tous responsables’’

Ce n’est pas un mince exploit qu’a réalisé Emmanuel Macron hier soir que de détrôner son prédécesseur. Le voilà le grand discours sur le climat ! Jamais, dans l’histoire des interventions solennelles d’un chef de l’Etat, on n’avait entendu des propos aussi forts, aussi mobilisateurs, aussi lucides sur les efforts à accomplir et la solidarité à mettre en place pour faire face à cette crise planétaire.

’Je ne transigerai sur rien. Un principe nous guide pour définir nos actions depuis le début pour anticiper cette crise et la gérer, c’est la confiance dans la science…Le gouvernement mobilisera tous les moyens nécessaires…quoi qu’il en coûte… Mes chers compatriotes, toutes ces mesures sont nécessaires pour notre sécurité à tous. Je vous demande de faire bloc autour d’elles. On ne vient pas en effet à bout d’une crise d’une telle ampleur sans faire bloc, sans une grande discipline individuelle et collective… Il nous faut unir nos forces, coordonner nos réponses, coopérer…Je compte sur nous tous pour inventer dans cette période de nouvelles solidarités…Mes chers compatriotes, il nous faudra demain tirer les leçons, interroger le modèle de développement qui révèle les faiblesses…Il est des biens et services qui doivent être placés en dehors des lois du marché…Nous devons en reprendre le contrôle...Vive la République, et vive la France’’

Est-il nécessaire de le préciser ? Pour qui aurait pris la chronique en cours, ou n’aurait pas suivi l’actualité depuis hier soir 20h (on ne sait jamais), il va de soi que les propos d’Emmanuel Macron concernaient la crise de l’épidémie de coronavirus, pas la crise climatique.

Mais avouez que cela aurait de la gueule, un discours de cette gravité et de cette ampleur de la part du chef de l’Etat face à un danger qui n’est pas moindre, loin de là. Le réchauffement de la planète, l’érosion de la biodiversité ne sont pas des menaces en l’air. Les climatologues (qui ne sont pas moins sérieux ni moins crédibles que les épidémiologistes) le répètent depuis des années : ce qui est en train de se passer est inédit à l’échelle des sociétés humaines. Cette crise suppose de réinterroger notre modèle de développement, et de renforcer les solidarités : c’est cela, la transition écologique et solidaire.

Il y a quelques jours, Raphaël, un auditeur me posait la question suivante sur Twitter : ‘’Que se passerait-il si le changement climatique (était relayé) dans les gros titres et tous les jours comme le coronavirus ?’’ ‘’pourquoi ces nouvelles problématiques ne semblent pas inquiéter autant la population et les décideurs politiques ?’’ Kml, un autre auditeur, lui répond : c’est parce que ‘’le réchauffement climatique n’est pas visible sur le quotidien, du moins jusqu’à récemment, alors que le coronavirus c’est l'annulation d’un tas de trucs, c’est aussi un effet visible sur l’économie’’.

Je crois surtout qu’il y a une différence fondamentale entre les deux crises, qui fait que nous sommes capables de nous mobiliser pour faire face à la première, celle du Covid19, davantage que face à la seconde : c’est que nous savons qu’une fois que le coronavirus aura été combattu, maîtrisé puis terrassé, nous pourrons reprendre nos vies comme avant. Ceci est une parenthèse. La crise climatique, elle, oblige à penser les ruptures de manière définitive. Sommes-nous prêts à en payer le prix, ‘’quoi qu’il en coûte’’ ?

par Hervé Gardette

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H50
4 min

La Théorie

Tonie Marshall ou la femme indissociable de l’artiste
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......