LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
un seul chargeur vous manque et tout est dépeuplé

En mode décroissant

4 min
À retrouver dans l'émission

Comment, de manière fortuite, j'ai fait brièvement l'expérience de la décroissance.

un seul chargeur vous manque et tout est dépeuplé
un seul chargeur vous manque et tout est dépeuplé Crédits : Jorg Greuel - Getty

Lorsque j’ai annoncé à mon fils que nous allions passer, pendant quelques jours, en mode décroissant, j’ai vu une petite lumière s’allumer dans ses yeux : 

-wesh, des croissants au lieu des biscottes, trop bien ! 

-non, décroissant en un mot, on va réduire nos consommations…

La petite lumière s’est aussitôt éteinte.

Comme souvent, davantage que par pure conviction, ce sont les circonstances qui m’ont conduit à imposer cette période de ‘stress test’ à l’ensemble de la famille. En l’occurrence, suite à la perte de mon chargeur de téléphone. Je partais à Blois, aux Rendez-Vous de l’Histoire, et en conséquence, il a fallu que j’économise la batterie pendant près de 48 heures.

Le mode ‘’économie d’énergie maximale’’ empêche l’accès aux différentes  applications téléchargées sur le smartphone. Ne plus pouvoir consulter ses mails et autres messages à tout moment : un calvaire autant qu’une libération. Au risque de réinventer l’eau chaude, je dois dire que cette courte expérience m’a éclairé sur un point : mon degré d’addiction aux outils numériques.

Il se trouve que la même semaine, ma télévision est tombée en panne (oui, je travaille à France Culture ET j’ai une télévision), en même temps que ma connexion wifi. Problème de fibre optique : plus d’internet, plus de Michel Drucker.

-quand on avait votre âge avec votre mère, on s’en passait très bien…

Leur mère, justement, a eu la curieuse idée de faire appel à une nutritionniste pour nous apprendre à bien manger. Il est vrai que je viens d’une famille où les légumes étaient toujours proposés en option, et où ils prenaient le plus souvent la forme de nouilles ou de patates. La charcuterie faisait office de dessert. Et donc, rééducation.

1ère leçon : on ne mélange pas les aliments à digestion rapide avec les aliments à digestion lente. 2e leçon : on mâche, on remâche et on reremâche encore une bonne dizaine de fois avant de déglutir, ce qui a pour effet d’accélérer le sentiment de satiété, et donc d’agir comme un coupe-faim. La mastication : une véritable école de la sobriété.

Si je vous dis que j’ai attendu jusqu’aux vacances de la Toussaint pour remettre le chauffage en marche, et si je vous dis que ma chaudière à gaz a obstinément refuser de redémarrer, et ce au moment où les températures étaient au plus bas, vous allez me dire que j’en rajoute, uniquement pour alimenter cette chronique. C’est pourtant vrai.

Comme vous pouvez l’imaginer, mener ce genre d’expérience radicale avec deux adolescents à la maison nécessite une certaine force de caractère et une bonne dose de persuasion. Lesquelles me font cruellement défaut. J’ai donc emprunté à Géraldine Mosna-Savoye sa méthode, et suis allé chercher, dans la philosophie, des éléments de réflexion susceptibles d’alimenter ma pédagogie de la sobriété.

Il se trouve que le think tank ‘La Fabrique écologique’ a publié au mois de septembre une note fort intéressante sur le sujet, intitulée Repenser notre rapport à la sobriété’. L’auteur de la note y fait appel à quelques grands penseurs pour nourrir sa démonstration, tel Sénèque pour qui ‘’la pauvreté peut aussi se changer en richesse grâce à la frugalité’’ Ou encore Saint Thomas d’Aquin, qui dit ceci à propos du vin : son usage est ‘’affaire de modération. La sobriété n’est pas abstinence, c’est la mesure de cette boisson délicieuse’’. Et plus largement la philosophie grecque, selon laquelle ‘’la sobriété par tempérance ou par simplicité est une valeur individuelle essentielle puisqu’elle porte les germes de la sagesse’’.

Autant vous dire que sortir de telles phrases au moment du repas, surtout lorsque celui-ci consiste en une purée de boulghour et des brocolis cuits vapeur : ça ne marche pas ! Cela dit, l’expérience touche à sa fin. Ma chaudière fonctionne à nouveau, la connexion wifi a été rétablie, j’ai acheté un nouveau chargeur de téléphone. Et dès que je peux, je retourne diner chez mes parents.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......