LE DIRECT
mais qu'est-ce que vient faire cette phrase de Saint-Exupéry dans un carnet de liaison ?

La vérité sort de la bouche des enfants

3 min
À retrouver dans l'émission

En 68, la jeunesse rejette le monde des adultes. En 2020, elle lui demande sa protection. Ce qui a changé ? La menace du réchauffement climatique.

mais qu'est-ce que vient faire cette phrase de Saint-Exupéry dans un carnet de liaison ?
mais qu'est-ce que vient faire cette phrase de Saint-Exupéry dans un carnet de liaison ? Crédits : HG - Radio France

Ma fille vient de faire sa rentrée, en classe de terminale. Comme chaque année, cela suppose de sacrifier à quelques rituels, comme par exemple le fait de devoir apposer sa signature de parent au bas des pages du carnet de liaison (autrefois appelé carnet de correspondance).

Je m’apprêtais donc l’autre jour à enchaîner les gribouillis en mode automatique lorsque mon attention fut attirée par une page différente des autres. Sur celle-ci, une image représentant un personnage, parka rouge, jean bleu, bottes en plastique, debout sur un morceau de banquise en phase de décomposition. Et cette phrase, empruntée à Saint-Exupéry : ‘’Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants’’.

Je ne sais pas s’il s’agit d’une initiative localisée, ou bien si cette année, tous les carnets de liaison sont du même tonneau, mais je dois dire que cette sentence a immédiatement nourri un profond sentiment de perplexité. Non pas que j’ai quoi que ce soit contre cet auteur ennuyeux qu’est le père du Petit prince, mais je me suis demandé pourquoi avoir glissé, dans un document administratif, ce concentré de moraline (‘moraline’, terme inventé par Friedrich Nietzsche (je parle sous le contrôle de Géraldine Mosna-Savoye)).

Pourquoi y placer cette phrase, et la soumettre à notre paraphe, si ce n’est pour nous adresser un message culpabilisant, et détourner ainsi l’usage premier de ce carnet, à savoir un outil permettant à l’institution scolaire d’une part, à l’autorité parentale de l’autre, d’exercer leur contrôle sur ces trublions qu’on appelle des enfants, voire pire, des adolescents ?

‘’Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants’’ : c’est bien à nous, parents, que cette phrase s’adresse, et j’y vois là à la fois un procédé vénéneux et un signe des temps.

Procédé vénéneux en ceci qu’il donne des armes à nos enfants pour se retourner contre nous, à la moindre contrariété. -‘’Va ranger ta chambre !’’ -‘’Je la rangerai quand tu auras sauvé ma planète !’’ Imparable.

On voit de plus en plus d’ailleurs les effets de ce retournement d’autorité en dehors de la sphère familiale. Je vous passe le couplet attendu sur Greta Thunberg. Mais prenons par exemple l’initiative de ces 6 jeunes portugais, âgés de 8 à 21 ans, qui viennent d’assigner 33 pays, dont l’ensemble de ceux de l’UE, devant la cour européenne des droits de l’Homme, pour avoir ‘’échoué à faire leur part afin d’éviter une catastrophe climatique’’.

Initiative isolée ? Que nenni. On apprenait hier qu’une action collective en justice venait d’être déposée en Australie contre le ministre de l’environnement, cette fois pour empêcher l’extension d’une mine de charbon. Les plaignants ? Un groupe de 8 jeunes âgés de 13 à 17 ans (et une nonne !)

A chaque fois, c’est le devoir de protéger qui est mis en avant par ces adolescents pour justifier leurs actions auprès du monde des adultes. Et c’est là qu’on peut sans doute parler d’un ‘signe des temps’. Serions-nous en train de vivre un Mai 68 à l’envers ? A l’époque, la jeunesse se révoltait contre les générations qui l’avaient précédée. Elle les rejetait. Avec le changement climatique, non seulement elle leur demande des comptes, mais elle exige qu’elles assument leurs responsabilités à son égard. C’est sans doute la raison pour laquelle les anciens soixante-huitards sont aussi crispés sur le sujet.

J’avais l’intention de partager mes réflexions avec ma fille, d’autant qu’elle n’aime rien tant que débattre, mais réflexion faite, je les ai gardées pour moi. J’ai trop peur de me faire engueuler.

Chroniques

8H50
3 min

Carnet de philo

La bibliothèque idéale existe-t-elle ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......