LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
respirez le bon air, vous êtes à la campagne !

Le bruit et l'odeur

4 min
À retrouver dans l'émission

La FNSEA et les Jeunes agriculteurs appellent leurs adhérents à manifester aujourd’hui un peu partout en France. Ils dénoncent notamment les campagnes de dénigrement dont ils font l’objet.

respirez le bon air, vous êtes à la campagne !
respirez le bon air, vous êtes à la campagne ! Crédits : Marcel ter Bekke - Getty

A chaque saison de la série ‘’L’Amour est dans le pré’’ sa vedette. Celle de la 14e édition s’appelle Didier. Didier est célibataire, c’est la condition pour participer à l’émission de M6. Il élève des vaches dans l’Aveyron. Signe particulier : ses propos sont systématiquement sous-titrés, pour cause d’accent à couper à la moissonneuse-batteuse. D’année en année, le succès de ce programme ne se dément pas. Est-ce parce qu’il représente une espèce devenue exotique ? L’agriculteur agit comme un aimant sur les spots publicitaires. Il devient même un personnage glamour au cinéma, comme en témoignent les succès de ‘’Petit paysan’’, césarisé l’an dernier, et plus récemment de ’’’Au nom de la terre’’ avec Guillaume Canet : près d’un demi-million d’entrées pour sa première semaine d’exploitation.

Du coq d'Oléron aux canards de Soustons...

Là où les choses se gâtent, c’est quand le spectateur traverse l’écran. Qu’il décide d’aller vivre à la campagne, à proximité immédiate du monde agricole. Ici, tout ne devait être que luxe, calme et volupté. Ici en fait, ce sont les bruits de tracteurs, le cri des volailles et l’odeur du lisier. Ils sont nombreux les litiges qui opposent des agriculteurs à leur voisinage, et dont la presse se fait le relais. Le plus fameux d’entre eux a connu son épilogue au début du mois dernier. Maurice, le coq de l’île d’Oléron, pourra continuer à chanter. Le tribunal correctionnel de Rochefort a rejeté la plainte du couple de retraités qui lui reprochaient de les réveiller, à l’heure où les honnêtes gens dorment sur leurs deux oreilles. A Soustons dans les Landes, ce sont les canards qui font trop de bruit. Expertise acoustique à l’appui, les voisins d’un élevage de futurs confits n’en peuvent plus d’entendre cancaner sous leurs fenêtres. Le tribunal d’instance de Dax rendra sa décision le 19 novembre.  La veille, le 18, la cour d’appel de Colmar aura eu à traiter d’un autre différent. Pas à cause du bruit, mais de l’odeur : celle du crottin produit par Sésame, un cheval de trait, propriété d’un couple de viticulteurs à Orschwihr dans le Haut-Rhin : leur exploitation jouxte un gîte rural, les clients sont incommodés. A Lacapelle-Viescamp, dans le Cantal, cela fait douze ans que ça dure. Le journal La Montagne récapitule : ‘’Ses voisins ne supportent pas l’odeur de ses vaches’’. Un médiateur de justice, le tribunal correctionnel d’Aurillac, la cour d’appel de Riom, jusqu’à la Cour de cassation : rien n’y a fait. L’affaire sera examinée dans une semaine devant la cour d’appel de Limoges.

... la campagne qu'on assassine ?

Le monde rural menacé par la déferlante citadine ?’’ pour reprendre un extrait d’un article de Libération. Le malaise est si profond que le maire de Gajac en Gironde a jugé utile d’entamer des démarches pour faire inscrire le chant du coq, les cloches des églises et le meuglement des vaches sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Si la pollution est d’une nature différente, la question des pesticides n’est pas si éloignée des affaires précédentes. Leur épandage crée des tensions entre des agriculteurs qui se disent accusés de tous les maux, et des populations non issues du monde agricole qui pensaient trouver à la campagne un trou de verdure où coulent des rivières. Une tension qu’exprimait parfaitement le maire de Saoû dans la Drôme, récemment invité sur France Culture dans Le temps du débat.  Si je n’avais pas juré devant témoin de ne jamais utiliser cette formule, je serais tenté de poser la question : de quoi ces conflits de voisinage sont-ils le nom ? D’abord, sans doute, d’une judiciarisation de la société, qui fait que les litiges se règlent désormais au tribunal plutôt qu’à l’amiable. Mais aussi de la mort à petit feu d’une profession. La France perd chaque année des agriculteurs. Ils étaient encore 514 000 il y a 10 ans, ils sont un peu moins de 450 000 aujourd’hui. 

Moins nombreux, donc plus mal compris. Avec ou sans accent.

par Hervé Gardette

Chroniques
8H50
3 min
La Théorie
Les écrivains morts n'ont jamais été aussi vivants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......