LE DIRECT
le changement climatique, c'est davantage d'épisodes de sécheresse et de pluies violentes

Le climat au régime sec...et humide

3 min
À retrouver dans l'émission

Le réchauffement climatique ne signifie pas seulement un climat plus sec. Il s'accompagne aussi d'épisodes pluvieux plus violents.

le changement climatique, c'est davantage d'épisodes de sécheresse et de pluies violentes
le changement climatique, c'est davantage d'épisodes de sécheresse et de pluies violentes Crédits : Blend Images - REB Images - Getty

Faisons une petite expérience de mentalisme pour commencer cette chronique. Fermez les yeux. Pensez ‘’réchauffement climatique’’, et essayez d’illustrer mentalement cette notion, de la traduire en images. Et bien je peux deviner ce à quoi vous avez songé : un soleil brûlant, un sol craquelé et aride, un paysage caniculaire et sec.

Vous n’avez pas tout à fait tort, mais vous n’avez pas non plus tout à fait raison. Car qui dit réchauffement ne veut pas forcément dire absence d’humidité, de ciel chargé et de précipitations : en parallèle aux phénomènes de sécheresse, il faut aussi s’attendre à des épisodes pluviométriques plus violents et plus fréquents. C’est déjà le cas d’ailleurs, et c’est la raison pour laquelle il est préférable de parler de ‘’changement climatique’’, qui englobe davantage d’événements.

Au demeurant, c’est bien la hausse globale des températures qui semble être l’élément perturbateur. Plus la Terre se réchauffe, plus ces épisodes sont courants.

A cet égard, je vous conseille de lire l’article que viennent de publier trois chercheurs en hydro-climatologie sur le site The Conversation, à propos des inondations considérables qui ont frappé le Sahel depuis la fin du mois de juillet, en particulier au Niger. Des crues historiques, liées à un phénomène classique de mousson, mais une mousson plus précoce et plus intense que d’habitude.

Les trois auteurs prennent bien soin de préciser qu’il est difficile d’attribuer au seul réchauffement la responsabilité de ces inondations hors-normes que connait notamment l’Afrique : ‘’les dynamiques sociodémographiques et les changements d’usage des sols jouent aussi un rôle’’. Pour autant, ‘’la théorie et les modèles s’accordent sur le fait qu’une atmosphère plus chaude présente un potentiel de pluies plus violentes, notamment parce qu’elle peut contenir plus d’humidité’’.

Ce changement de régime hydroclimatique ne concerne pas seulement l’Afrique. La récurrence des épisodes violents est documentée dans le rapport sur l’état du climat publié chaque année par l’Organisation météorologique mondiale. Il y est fait mention de la prolifération des tempêtes et des cyclones tropicaux, devenus si nombreux cette année que l’ONU a dû recourir aux lettres de l’alphabet grec pour pouvoir tous les nommer.

S’y ajoutent de fortes inondations, qui n’épargnent aucune partie du globe. Ainsi, ‘’de juillet 2018 à juin 2019, la moyenne des précipitations sur 12 mois pour la partie continentale des Etats-Unis a été la plus élevée jamais enregistrée’’. En France, le site du ministère de la Transition écologique relève que ‘’les pluies extrêmes quotidiennes sur le pourtour méditerranéen sont de plus en plus intenses’’ et de plus en plus fréquentes, ce qui a conduit Météo France à créer un site dédié aux pluies extrêmes.

Il faut bien insister sur ce point : ce dont il est question ici, ce sont des épisodes extrêmes, qui peuvent aller de pair avec une diminution globale de la pluviométrie. Le fait qu’il pleuve beaucoup d’un seul coup va aussi de pair avec une diminution des jours de pluie, et une augmentation de la sécheresse.

Une des inquiétudes, c’est de savoir comment ces phénomènes vont évoluer si la température globale continue d’augmenter. C’est d’autant plus délicat à modéliser que le comportement des nuages est difficile à anticiper. Selon qu’ils sont bas ou qu’ils sont haut, ils ne jouent pas le même rôle par rapport au réchauffement : soit ils le contiennent, soit ils l’accentuent.

Mais retenez ceci : désormais, lorsque vous entendez parler de réchauffement climatique, vous êtes en droit de penser à un parapluie

Chroniques

8H51
3 min

Carnet de philo

Non merci au "voyage en absurdie"
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......