LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
en 20 ans, le temps d'antenne consacré à l'environnement dans les JT a été multiplié par 3

L'environnement, en pleine lucarne

3 min
À retrouver dans l'émission

La place accordée à l'environnement progresse depuis 20 ans dans les programmes télé. C'est ce qui ressort d'une étude que vient de publier l'INA.

en 20 ans, le temps d'antenne consacré à l'environnement dans les JT a été multiplié par 3
en 20 ans, le temps d'antenne consacré à l'environnement dans les JT a été multiplié par 3 Crédits : Jakkapan Jabjainai / EyeEm - Getty

Dans l’hypothèse où vous auriez, ce soir, l’idée saugrenue de regarder la télé plutôt que d’écouter la radio, je vous conseille le documentaire diffusé sur Arte : ‘’A nous d’agir. Portrait d’une génération engagée’’. Premier film d’une série de cinq diffusés cette semaine sur la chaine franco-allemande, et consacrés à la façon dont la jeunesse des deux pays envisage les enjeux climatiques et environnementaux.

Si je vous signale ce programme, ce n’est pas pour son caractère exceptionnel. Ce serait même plutôt le contraire : en raison de sa –presque- banalité. Car à la télévision, l’environnement occupe une place de plus en plus importante depuis quelques années, et pas seulement pour s’en gausser comme le font si souvent les chroniqueurs de CNews, la chaîne préférée des climato-sceptiques.

Plus d’environnement à la télé : c’est ce qui ressort d’une étude que vient de publier l’INA, l’Institut national de l’audiovisuel (et qui rejoint les constats d’une autre étude publiée cet été par l’ONG Reporters d’espoirs). Où il apparait que cette thématique occupe aujourd’hui trois fois plus de temps d’antenne dans les JT qu’elle n’en occupait il y a vingt ans. Et que cette tendance s’observe aussi dans les magazines d’information (sachant que quatre d’entre eux ont été examinés : Sept à huit sur TF1, Envoyé spécial sur France 2, C dans l’air sur France 5, et Zone interdite sur M6).

A vrai dire, cette progression n’est pas très surprenante. J’avais constaté, à l’époque du Grain à moudre la montée en puissance des sujets liés à l’écologie. Au fil des années, ils s’imposaient de plus en plus souvent dans notre programmation. Je dis bien ‘’s’imposaient’’, par nécessité plus que par conviction. Car il faut bien se rendre à l’évidence : s’ils sont davantage présents dans les rendez-vous d’information, c’est parce que la situation climatique et environnementale se dégrade, et souvent de manière spectaculaire.

Mais c’est aussi parce que l’approche est moins monothématique qu’elle ne l’était autrefois. Il y a vingt ans, les reportages liés à l’environnement tournaient beaucoup autour de ce genre de sujet :

extrait d'un reportage consacré au naufrage de l'Erika

Vous aurez probablement identifié le naufrage de l’Erika, fin 1999, au large de la Bretagne, et la pollution engendrée par ce drame. La pollution : ce fut pendant longtemps le principal sujet ‘environnement’ traité aux informations télévisées. Ce n’est plus le cas : la question climatique y est de moins en moins marginale, la COP 21, les rapports du Giec et les épisodes de canicule sont passés par là.

Le plus surprenant tient surtout au cadre privilégié pour traiter ces questions. L’INA fait ainsi le constat que les programmes récurrents dédiés à l’environnement ont eu tendance à disparaitre du petit écran ces 10 dernières années : ainsi le magazine Ushuaïa de Nicolas Hulot. A l’inverse, ces questions sont de plus en plus présentes dans les programmes généralistes, traduisant ainsi ‘_’la considération progressive de l’environnement comme sujet d’information générale’’.  _Et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle.

Alors vous allez me dire, c’est bien beau de nous parler de la télé, mais nous, ce qui nous intéresse, c’est la radio.

Et bien il se trouve que l’INA y consacre une partie de son étude, et que la progression du temps d’antenne consacré à l’environnement y est encore plus spectaculaire qu’à la télé, passant du simple au double entre 2018 et 2020. Les programmes de cinq radios ont été disséqués : ceux de RTL, Europe 1, France Inter, RMC…et France Culture. France Culture qui pèse pour 37% du temps d’antenne global dédié à l’environnement !

Alors si vous aviez ce soir l’idée saugrenue de regarder la télé plutôt que d’écouter la radio, vous savez ce qui vous reste à faire (puisqu'en effet, le mardi soir, à 21h, il y a ‘’De cause à effets, le magazine de l’environnement’’ d’Aurélie Luneau)

Chroniques
8H51
4 min
Carnet de philo
Mon corps, mon meilleur ennemi
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......