LE DIRECT
la réaction des nuages au changement climatique, une question vitale

L'avenir du climat passe par les nuages

4 min
À retrouver dans l'émission

D'après les dernières données scientifiques, le climat serait beaucoup plus sensible que prévu aux gaz à effet de serre. Un constat lié notamment à une meilleure compréhension des nuages et du phénomène de rétroaction.

la réaction des nuages au changement climatique, une question vitale
la réaction des nuages au changement climatique, une question vitale Crédits : Francesco Carta fotografo - Getty

Tout le monde a déjà joué à ce petit jeu qui consiste, allongé dans l’herbe, à lever les yeux vers le ciel pour y reconnaitre, dans la forme que prennent les nuages, des silhouettes d’animaux ou des personnages. Ce n’est pas le moindre de nos talents que d’être capables de faire parler les cumulus et les stratus.

D’autant que les climatologues, eux, ont encore bien du mal à interpréter les signes que leur envoient les nuages, en particulier lorsqu’il s’agit de mesurer le rôle de ces derniers dans le réchauffement climatique. Nous protègent-ils, ou au contraire, nous exposent-ils davantage ? Et eux-mêmes, comment réagissent-ils face au réchauffement ? On ne sait pas très bien, et c’est ce qui rend ardu le travail de modélisation.

Pour comprendre cette incertitude, il faut s’intéresser au phénomène de rétroaction. La rétroaction, c’est la façon dont un système réagit lorsqu’il est perturbé, et c’est surtout l’impact de cette réaction sur les causes de sa perturbation. Si la perturbation initiale est amplifiée, on parle de rétroaction positive ; si elle est atténuée, de rétroaction négative.

Par exemple, si le réchauffement causé par les gaz à effet de serre entraine des perturbations qui accentuent le réchauffement, la rétroaction est positive. Dans le cas inverse, si les perturbations permettent de réduire le réchauffement, la rétroaction est négative. Le problème avec les nuages, c’est qu’il y a du positif et du négatif, et qu’on ne sait pas lequel des deux va l’emporter.

Le spécialiste du climat Jean-Louis Fellous l’explique de manière très claire dans le petit livre collectif ‘’10 idées reçues sur l’écologie’’, que viennent de republier les éditions Librio. Prenez l’effet de serre, celui causé par les activités humaines. Il a pour effet d’augmenter la température des basses couches de l’atmosphère, ce qui favorise l’évaporation de l’eau. Conséquence : la nébulosité, c’est-à-dire la couverture nuageuse, augmente.

Rétroaction négative : les nuages ainsi formés ont un ‘’effet parasol’’, ils nous protègent du rayonnement du soleil, et donc de sa chaleur. Rétroaction positive : les rayonnements infrarouges que la Terre renvoie vers l’espace sont bloqués par les nuages, ce qui augmente les températures. Appelons ça l’’’effet radiateur’’.

Qui du parasol ou du radiateur va l’emporter ? Et bien cela dépend du type de nuages qui va être créé par le réchauffement, de leur altitude, car tous n’ont pas le même effet. Ceux qui sont les plus hauts accentuent l’effet de serre, tandis que les plus bas agissent comme des amortisseurs. (vous pouvez également lire cet intéressant article de The Conversation sur le sujet). Et ça, c’est très complexe à prévoir.

Si j’ai choisi de vous parler de nébulosité aujourd’hui, ce n’est pas en raison des prévisions météo du jour, mais suite à la publication d’un article dans la revue scientifique Nature, dont The Guardian s’est fait l’écho ce week-end. On y apprend que, selon les données scientifiques les plus récentes, il apparait que ‘’le climat est considérablement plus sensible aux émissions de carbone qu’on ne le pensait auparavant’’, autrement dit que l’impact des émissions de CO2 sur la hausse de la température globale avait été sous-évaluée, ce qui est une très mauvaise nouvelle.

Or, devinez ce qui a conduit les scientifiques à revoir leurs modèles à la hausse : une meilleure connaissance du rôle des nuages. ‘’Depuis un an et demi’’ nous dit l’article, ‘’un ensemble de preuves s’est accumulé montrant que l’effet net’’ de leur impact ‘’sera un réchauffement’’. Pour reprendre ma comparaison, l’effet radiateur va l’emporter sur l’effet parasol. ‘’Les nuages détermineront le sort de l’humanité’’. Quelque chose me dit qu’après ça, vous ne lèverez plus les yeux au ciel comme avant… 

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......