LE DIRECT
même pas peur !

Ma première guêpe de l'année et autres considérations sur les rats et les pumas

3 min
À retrouver dans l'émission

Vous marchez dans la rue et soudain, vous croisez un animal sauvage. Que faire ?

même pas peur !
même pas peur ! Crédits : Rob Ault - Getty

Cargèse en été est un petit paradis. Un des plus beaux coins que la Corse puisse offrir. Sauf que cette année-là, d’autres estivants s’étaient invités en bord de plage : des nuées de guêpes, suffisamment nombreuses et hostiles pour vous enlever toute envie de prendre un repas en terrasse.

Je n’ai jamais très bien saisi quelle était la bonne attitude à adopter face à cet insecte lorsqu’un de ses spécimens bourdonne à proximité de mon épiderme avec le projet manifeste de m’embrocher. Ne surtout pas bouger, ce qui peut ficher en l’air votre après-midi car la guêpe est opiniâtre ? Ou bien la chasser avec de grands gestes, au risque de la voir se lancer dans une opération kamikaze ? 

Le fait est que nous ne sommes pas très à l’aise face à certaines espèces lorsque celles-ci représentent un danger, réel ou supposé. Au sentiment de domination qui est souvent le nôtre à l’égard du monde animal vient se substituer un état de vulnérabilité. Etat auquel il va falloir s’accoutumer car le sauvage, chassé par l’artificialisation des terres et attiré par l’abondance de nourriture en ville, interagit de plus en plus avec la communauté humaine.

C’est le constat que faisait il y a quelques mois la philosophe Joëlle Zask dans son livre ‘’Zoocities’’, et voici qu’elle récidive avec un ouvrage tout aussi captivant : ‘’Face à une bête sauvage’’ (Premier Parallèle). Cette fois-ci, il ne s’agit plus seulement d’observer les animaux mais d’apprendre à les affronter, si nécessaire.

Prenez par exemple le puma. Certes, celui-ci est rare sous nos latitudes, mais aux Etats-Unis, on en croise de plus en plus souvent dans les grandes villes. Imaginez que cela vous arrive. Dans ce cas, un conseil, ne fuyez pas : soutenez son regard, éloignez-vous à reculons tout en vous hissant sur la pointe des pieds, ‘’en levant les bras en l’air, idéalement en agitant un bâton, une veste, un vélo, n’importe quoi qui permette d’avoir l’air plus imposant que nature’’.

Autre exemple : face à un chien errant, hypothèse d’autant plus redoutable que vos réflexes habituels (‘’viens-là gentil toutou’’) peuvent vous coûter un bras. Sachez qu’une caresse pourra être ‘’interprétée comme une agression’’, qu’il vaut mieux éviter de sourire ‘’car cela conduirait à montrer vos dents’’. ‘’Si le chien est très agressif’’, asseyez-vous, faites semblant de pleurer la bouche fermée et –ça c’est moi qui l’ajoute- croisez les doigts.

Au-delà du caractère anecdotique (et souvent drôle) de certaines situations, le livre de Joëlle Zask pose aussi des questions plus profondes. Comme par exemple lorsqu’elle s’intéresse aux rats, lesquels agissent d’autant plus à découvert en ville que la fermeture des restaurants, suite au confinement, les a privés d’une nourriture facile. S’ils attaquent, ils n’attaquent pas n’importe qui : dans l’immense majorité des cas, les victimes sont ‘’des gens pauvres, mal logés ou à la rue. La morsure de rat est un indicateur de la détresse humaine. Les rats vivent de la misère. Leur présence témoigne (avant tout) de traitements indignes (infligés à nos semblables) et d’une condition urbaine dégradée’’ Autrement dit, le niveau de confrontation avec les bêtes sauvages témoigne aussi de l’état de notre société.

Samedi après-midi, au moment où je lisais ce livre (dans lequel il est aussi question d’ours, de moustiques, de sangliers), une guêpe est venue tournoyer autour de ma tête. Ma toute première guêpe de l’année. L’essai de Joëlle Zask a bien failli ne m’être d’aucun secours car cet insecte hyménoptère n’y a pas voix au chapitre. J’ai donc dû me défendre par moi-même : saisissant l’ouvrage à pleine main, j’ai attaqué la bête avec la tranche du bouquin, avant qu’elle ne s’avise de vouloir me piquer. La guêpe n’a pas demandé son reste. Cet été, c’est décidé : je fais une provision de livres et je retourne à Cargèse.

Chroniques

8H51
3 min

Carnet de philo

Aller ou pas au parc

Bibliographie

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......