LE DIRECT
Qui veut la peau de notre mode de vie européen ? (à l'Oktoberfest)

''Notre mode de vie européen''

3 min
À retrouver dans l'émission

On connait désormais les noms et les attributions des nouveaux commissaires européens. Parmi eux, un commissaire en charge de la ''protection de notre mode de vie européen''. Il est donc en danger ?

Qui veut la peau de notre mode de vie européen ? (à l'Oktoberfest)
Qui veut la peau de notre mode de vie européen ? (à l'Oktoberfest) Crédits : CHRISTOF STACHE - AFP

On avait donc oublié d’inscrire, dans la longue liste des espèces menacées, ‘’notre mode de vie européen’’. Menacé, oui, sans quoi un commissaire ne serait pas chargé désormais de le protéger, allant, on ne sait jamais, jusqu’à obtenir un jour son inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco.

Certains commentateurs mal intentionnés (autrement dit de gauche) sont allés chercher des poux dans la tête de la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lui prêtant des arrière-pensées, un flirt discret avec l’extrême-droite. C’est avoir l’esprit mal tourné. Car oui, ‘’notre mode de vie européen’’ est menacé.

Savez-vous ce qui a augmenté de 33 % dans l’UE entre 1990 et 2010 selon une de ses agences ? L’immigration ? Non ! Les dépenses de consommation ! Comme on peut le lire sur l’excellent site ‘’Toute l’Europe’’, ‘’si l’ensemble de l’humanité vivait comme les Européens, elle aurait déjà épuisé (depuis le 10 mai dernier) les ressources que la Terre est capable de régénérer en une année’’ Un guide burkinabé rencontré au Bénin au printemps dernier me faisait part de sa principale stupéfaction lors de son premier séjour en France : qu’est-ce que vous gaspillez ! Alors oui, il va falloir s’y résoudre, le réchauffement climatique remet bien en cause ‘’notre mode de vie européen’’.

Oui mais dans ce cas, pourquoi vouloir le protéger ? Par pur égoïsme ? Ce n’est pas si simple, me répond Nora Hamadi. Journaliste, elle présente l’émission ‘Vox Pop’ tous les dimanches sur Arte. L’Europe, me dit-elle, a le dispositif législatif le plus protecteur de la planète. Il permet aux ONG de se retourner contre les Etats. C’est aussi à l’Europe qu’on doit les AOP, les Appellations d’Origine Protégée, qui permettent à nos currywurst et à nos chabichous de résister aux effets de la mondialisation.

Et puis, et ça c’est Eurostat qui en fait le constat, l’an dernier, les pays de l’Union ont en moyenne diminué leurs émissions de CO2 de 2.5 %. C’est nettement insuffisant bien sûr, mais disons que tout n’est pas à jeter dans ‘’notre mode de vie européen’’…si tant est bien sûr qu’il existe, et qu’il ait jamais existé. Ca n’existe pas, me dit Nora Hamadi, il y a des valeurs communes, des événements communs, mais pas de ‘European way of life’. L’auberge espagnole ne serait donc qu’une fiction.

Pour en avoir le cœur net, j’appelle un historien, doublé d’un géographe : Sylvain Kahn. Avec son collègue Jacques Lévy, il a publié cette année ‘’Le pays des Européens’’  chez Odile Jacob. ‘’Ca vous évoque quoi, cette idée d’un mode de vie propre aux Européens ?’’ Cela renvoie à un cliché assez ancien, me répond Sylvain Kahn, celui d’un déterminisme géographique, où les comportements sociaux s’expliquaient par les latitudes et par le climat. On le retrouve un peu aujourd’hui chez certains écolos dans leur défense des peuples premiers, avec l’idée qu’il y a des ‘genres de vie’ à préserver.

Au passage (et là c’est moi qui parle), on retrouve également cette idée, formulée autrement, à la droite de la droite, dans la prose d’un intellectuel comme Hervé Juvin, membre du Rassemblement national, qui plaide ‘’pour une écologie des civilisations’’, chacune méritant d’être protégée, mais chacune chez soi : une façon de concilier nationalisme et environnement.

Retour de Sylvain Kahn : ‘’notre mode de vie européen’’ n’est pas du tout en danger, au contraire, il est assez souvent une source d’inspiration pour beaucoup de gens dans le monde. Moi, à la place de la Commission, j’aurais intitulé le poste ‘’Rayonnement du mode de vie européen’’.

Pour ma part, je suggère qu’on modifie aussi la devise de l’Union européenne. Plutôt qu’’’Unis dans la diversité’’, ‘’Unis dans la biodiversité’’.Je pose ça là.

Chroniques

8H50
3 min

La Théorie

Libérons Mondrian de ses « petits carreaux » !

Bibliographie

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......