LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
vous aussi, vous en avez marre de ce genre d'illustration ?

Quand le star system veut changer le monde

3 min
À retrouver dans l'émission

Le Monde et Mediapart publiaient mercredi des tribunes de personnalités appelant à changer de système. D'un côté, une pléiade de vedettes, de l'autre un comédien seul face caméra. Conclusion : il ne suffit pas d'être nombreux pour dire des choses profondes.

vous aussi, vous en avez marre de ce genre d'illustration ?
vous aussi, vous en avez marre de ce genre d'illustration ? Crédits : Rodolfo Parulan Jr. - Getty

Pour avoir déjà participé à la rédaction d’une tribune collective, je connais la difficulté d’un tel exercice : il faut trouver les formules qui conviennent au plus grand nombre de signataires possibles, sans pour autant en faire quelque chose de trop consensuel, sans quoi le résultat est fade. Equilibre délicat. On finit quand même par apposer sa signature au bas d’un texte avec lequel on est globalement d’accord, sans en partager tous les détails.

J’imagine donc que pour ratisser aussi large, les initiateurs de l’appel publié hier dans le journal Le Monde, intitulé ''Non à un retour à la normale'' ont dû en rabattre un peu sur leurs ambitions politiques et littéraires.  Mais quand même…

Le casting est flamboyant : aux côtés de la comédienne Juliette Binoche et de l’astrophysicien Aurélien Barrau, tous les deux à l’origine de ce texte, on trouve Madonna, Isabelle Adjani, Pedro Almodovar, Muhammad Yunus, Robert De Niro[GH1] , Thomas Ostermeier, Barbra Streisand, Philippe Descola, Paolo Conte… Franchement, réunir sur une même affiche autant de personnalités différentes, c’est remarquable. Les 200 signataires excellent dans leur domaine. Les voir mettre leur notoriété pour les uns, leur expertise pour les autres, au service d’une cause légitime, celle d’un changement en profondeur de nos modes de vie et de consommation, voilà une excellente initiative.

Le problème c’est que, un peu comme dans les grandes coproductions internationales, le contenu ne tient pas la promesse du générique. Extraits : ‘’nous appelons…solennellement les dirigeants et les citoyens à s’extraire de la logique intenable qui prévaut encore, pour travailler enfin à une refonte profonde des objectifs, des valeurs et des économies’’ ; ‘’la transformation radicale qui s’impose –à tous les niveaux- exige audace et courage. Elle n’aura pas lieu sans un engagement massif et déterminé’’. On croirait la profession de foi d’un candidat à la présidentielle tellement cela sonne creux.

A quoi bon réunir autant de talents si c’est pour défendre un texte qui, en usant de formules aussi générales, n’engage, au final, à rien ? Vous me direz que ‘’ça ne mange pas de pain’’, et c’est vrai. Mais est-ce que ça a la moindre utilité ?  Que retiendra-t-on d’une telle tribune à part le nom des signataires, et les éventuelles contradictions qu’il peut y avoir entre cette injonction à sortir du consumérisme et l’image publique que certaines de ces personnalités renvoient ?

Le hasard veut que, le même jour, hier donc, Mediapart publiait sur son site un autre appel d’une autre vedette du cinéma : Vincent Lindon. Le comédien, qui se présente lui-même comme ‘’spécialiste en rien, intéressé par tout’’ se livre, face caméra, à une analyse de l’état de la France, tel que le révèle l’épidémie de Covid19. Il y dénonce l’abandon des services publics, la hausse des inégalités, l’incurie du pouvoir et appelle lui aussi à changer de système. Et il assortit cet appel de propositions, comme par exemple la création d’une ‘’contribution exceptionnelle, baptisée Jean Valjean, financée par les patrimoines français de plus de 10 millions d’euros’’.

Il y a sans doute tout un tas de mauvaises idées dans ce que propose Vincent Lindon, mais du moins y en a-t-il, des idées. Le comédien, qui dit s’exprimer ici en tant que simple citoyen, a visiblement passé du temps à réfléchir sur le sujet avant de livrer son diagnostic, un diagnostic beaucoup plus contestable que celui de ses collègues mais beaucoup plus engagé. C’est ce qui s’appelle savoir se mouiller.

Autant la tribune du Monde est courte, quelques lignes seulement, autant le texte de Lindon est long. Mais vous l’aurez compris, si vous n’avez pas beaucoup de temps devant vous, je vous conseille plutôt de lire le second.

Chroniques
8H50
3 min
La Théorie
Emmanuel Macron, alchimiste de la culture
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......