LE DIRECT
chaque année depuis 20 ans, entre 8 000 et 10 000 personnes âgées de plus de 65 ans décèdent suite à une chute

Vieillir, une pente glissante

4 min
À retrouver dans l'émission

La France vieillit. Une véritable révolution démographique. Mais a-t-elle suffisamment conscience des enjeux et des risques que cela engendre ?

chaque année depuis 20 ans, entre 8 000 et 10 000 personnes âgées de plus de 65 ans décèdent suite à une chute
chaque année depuis 20 ans, entre 8 000 et 10 000 personnes âgées de plus de 65 ans décèdent suite à une chute Crédits : Jonathan Knowles - Getty

Il y a dans la maison qu’habitent encore mes parents un escalier escarpé qui mène à la cave. Jusqu’à ces dernières semaines, il servait aussi de zone de rangement pour tout un tas d’ustensiles, casseroles et cocotte-minute, entre autres. S’en saisir supposait d’avoir quelques notions de gymnastique : corps en avant au-dessus du vide, une main sur la rampe, l’autre cherchant à se saisir d’un des éléments de la batterie de cuisine.

Eu égard aux risques de glissade encourus, les étagères ont été vidées puis démontées. Beaucoup trop dangereuses. Et je dois dire qu’après avoir lu le rapport Broussy, je ne peux que m’en féliciter.

’Nous vieillirons ensemble’’ : c’est le titre de ce rapport remis hier, aux trois ministres du Logement, de l’Autonomie et de la Cohésion des territoires, par Luc Broussy. Ce spécialiste des questions de vieillissement, déjà auteur de travaux sur le même sujet en 2013, part du constat -connu mais négligé- d’une société qui avance en âge sans en tirer suffisamment les conséquences.

Je n’ai malheureusement pas la place ici de vous détailler les propositions de ce rapport (80 au total). Il y est notoamment question de l’isolement des personnes âgées dans les zones périurbaines, souvent dépourvues de transports en commun ; du délicat partage de l’espace public lorsque vélos, trottinettes et passages cloutés se transforment en obstacles à franchir ou à contourner ; ou encore de l’éloignement forcé des résidences services, loin des centres-villes, en raison de normes de construction trop contraignantes (obligation d’avoir des parkings quand bien même les résidents n’ont pas d’automobiles).

J’aimerais évoquer ici les conséquences d’un souhait partagé par une très large majorité de Français : rester chez soi le plus longtemps possible. Choix tout à fait compréhensible, à condition d’en maitriser les dangers. Or, l’environnement le plus familier peut aussi se transformer en milieu hostile, voire pire, en zone létale.

C’est ainsi que chaque année depuis 20 ans, entre 8 000 et 10 000 personnes âgées de plus de 65 ans décèdent suite à une chute : 3 fois plus que la mortalité routière ! Bien sûr, tous ces accidents n’ont pas lieu à domicile, mais c’est le plus souvent le cas. Et plus vous avancez en âge, plus vous êtes vulnérable. Comme l’écrit l’auteur du rapport, ‘’il ne peut y avoir qu’un sentiment de honte collective à laisser sans réagir une telle hécatombe perdurer’’.

D’où la nécessité d’adapter les logements à cette réalité qui fait que quand on est vieux, le sol se dérobe sous les pieds plus souvent qu’à son tour. Et pas forcément dans les pièces réputées les plus glissantes. 5% seulement des chutes ont lieu dans la salle de bain, sans doute parce que c’est l’endroit qui fait l’objet des aménagements les plus précoces, notamment via la transformation de la baignoire en douche. Devinez quelle est la pièce la plus ‘dangereuse’ ? La chambre ! 20% des chutes à elle seule. D’où l’intérêt, par exemple, d’y poser de la moquette plutôt que du parquet.

Cela peut sembler anecdotique mais ça ne l’est pas et le sera de moins en moins. La France compte aujourd’hui un peu plus de 4 millions de personnes âgées de 75 à 84 ans. Elles seront 2 millions de plus dans 10 ans, en 2030. Un boom démographique qui verra arriver dans la vieillesse la génération qui avait 20 ans en 1968. 

Laissons conclure Luc Broussy ‘’nous ne sommes pas ici face à une pandémie qui prendra par surprise le monde entier : nous sommes face à une évolution dont nous maitrisons à peu près tous les déterminants. Si en 2030, la société française n’est pas prête à affronter son Alpe d’Huez démographique, elle ne pourra s’en prendre qu’à elle-même’’.

Chroniques

8H51
4 min

Carnet de philo

La procrastination n'existe pas
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......