LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
nostalgique des journées passées en pyjama pendant le confinement ?

Vous reprendrez bien un peu de confinement...

3 min
À retrouver dans l'émission

Dans le cadre de la journée spéciale sur ce que le Covid fait à la science, retour sur ce que le confinement fit à l'écologie.

nostalgique des journées passées en pyjama pendant le confinement ?
nostalgique des journées passées en pyjama pendant le confinement ? Crédits : Fertnig - Getty

Est-ce parce que les températures sont en baisse ? A cause des jours qui raccourcissent ? Est-ce parce que la pluie, si discrète pendant des mois, nous envoie son crachin à la figure ? Je me disais hier que je reprendrais bien une dose, rien qu’une petite dose, de confinement.

Non pas que j’aie la moindre nostalgie de ces journées passées en pantoufles et en pyjama devant mon écran d’ordinateur, moments de relâchement vestimentaire tout juste interrompus par la sortie quotidienne pour aller faire les courses, et par la cérémonie de l’apéro délinéarisé entre amis. Pas de chagrin non plus en songeant aux bons petits plats, aux bons petits desserts, aux bons petits goûters que le confinement, en abolissant la corvée des transports, me laissait le temps de faire.

Non, ce qui me manque le plus, à moi qui ai eu la chance de traverser cette période dans des conditions très confortables, c’est l’optimisme qui caractérisait nos enfermements, en pensant à ce à quoi ressemblerait le monde d’après. Je ne sais pas ce que le Covid a fait à la science en général, mais le confinement, pour l’écologie, fut comme une parenthèse enchantée.

Ce furent d’abord les oiseaux qui sifflèrent le début de la re-création. On ne les entendait plus : voilà qu’ils revenaient, bientôt suivis par les canards, les biches, les sangliers, les loups, toute une panoplie d’animaux sauvages qu’on pouvait apercevoir en guettant à sa fenêtre.

Les arbres et les fleurs se laissaient aller à pousser comme bon leur semble. La betterave n’avait pas encore la jaunisse, il n’était pas question de réautoriser les néonicotinoïdes : désormais, tout ce qui atterrirait dans nos gamelles serait forcément sain, sans pesticide. Sain…et local : le virus venait de réveiller notre patriotisme alimentaire. Notre souveraineté passerait désormais par nos assiettes.

Dans le monde d’après, rien ne serait plus comme avant. L’individualisme céderait le pas au collectif, l’égoïsme à l’empathie, le consumérisme à la sobriété. Bien que tenus à distance les uns des autres, il n’était pas question de séparatisme. Nous ne manquions pas d’idées pour répondre à l’absurdité de ce monde d’hyperconsommation. Une fois dehors, nous saurions y résister.

Combien furent-ils au total, par tribunes interposées, à saluer cet électrochoc salutaire ? A considérer que le virus nous ouvrait les yeux sur notre déconnexion d’avec le vivant ? La pandémie nous rendait vulnérables : nous n’en étions que plus lucides.

Le moment était d’autant plus exaltant que tout concordait pour faire de l’écologie la clé de compréhension de ce qui était en train d’arriver. Les voitures restées au garage, les avions cloués au sol, n’apportaient-ils pas la preuve de leur impact sur les émissions de gaz à effet de serre, et donc sur le réchauffement climatique ? La vitesse de circulation du Covid n’était-elle pas un argument à charge pour faire le procès de la mondialisation économique ?

Le pangolin et la chauve-souris étaient des messagers venus nous avertir : voyez ce qui va vous arriver si vous continuez à malmener la nature. La Terre se rebellait, Gaïa tenait sa vengeance. Plus rien ne serait comme avant dans le monde d’après.

Est-ce à dire que le déconfinement a invalidé la lecture des événements ? Certes, il y eut quelques corrélations un peu hâtives, pas toujours validées par la science. Mais l’écologie, qui semblait le seul horizon possible, est redevenue une sorte d’épouvantail.

Est-ce parce que les températures sont en baisse ? Je reprendrais bien une petite dose de confinement…

Chroniques
8H50
3 min
Carnet de philo
Peut-on donner son opinion sur le covid (quand on n'est pas scientifique) ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......