LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'Iphone 3

Aux origines de la vie… numérique

4 min
À retrouver dans l'émission

Retour sur un événement majeur de l'histoire de l'espèce humaine : l'invention du smartphone qui marque l'origine de la vraie vie, celle de la vie numérique.

L'Iphone 3
L'Iphone 3 Crédits : KAREN BLEIER - AFP

Dans le cadre de la journée France : inventaire avant élections, la chronique est tenue par le géographe et chercheur Patrick Poncet.

En réalité, ce que je vous propose est un grand bond dans le passé, en descendant l’échelle des temps géo-logiques ; avec un trait d’union entre géo et logique : Revenons en 2007… (Oui… je suis géographe, pas historien ; je suis au maximum de mes possibilités !). Mais ça suffira bien pour examiner un événement majeur de l’histoire de l’espèce humaine : l’invention du smartphone. Techniquement, l’iphone 1 est le fossile qui marque l’origine de la vraie vie, de la vie numérique.

Comment la vie numérique est-elle apparue sur Terre ?

Eh bien voilà : depuis l’aube de la nuit de temps, l’humanité doit gérer des fragmentations internes : c’est la stratification sociale, ce sont les différences culturelles, des rapports affectifs plus ou moins faciles, ou plus fondamentalement la question du temps qui passe, donc de la mort, de l’avant et de l’après, du changement, etc... Or, l’une de ces fragmentations fondamentales intéresse particulièrement le géographe : la séparation dans l’espace, l’ici et l’ailleurs. En un mot : la distance. La distance sous toutes se formes, à toutes les échelles, du choix du restaurant pour déjeuner aux infinies complications de la mondialisation.

Jusqu’en 2007, l’Homme s’en était honorablement sorti, malgré des moyens limités. Pour gérer la distance à ses ressources et à ses congénères, qui étaient souvent ses ressources, il n’avait à sa disposition que deux moyens bien distincts : soit se rassembler, soit circuler, bouger, être mobile. Pour se rassembler, il a inventé la ville, c’est-à-dire le moyen géographique de faire se rencontrer des gens qui ont des choses à se dire, et si possible un peu au hasard. Côté mobilité, le nomadisme a assez bien fonctionné. Il concerne aujourd’hui les élites que l’on dit « mondialisées », qui collectionnent les lieux de vie entre lesquels elles circulent. Mais pensons surtout au tourisme : un miliards de voyageurs par an et 10% du Produit Interieur Brut mondial. Or, nous n’avions à notre disposition que ces deux dimensions pour gérer notre géographie. Nous venons d’entrer dans la vie en trois dimensions.

Quelle cette nouvelle vie en trois dimensions ?

La nouvelle dimension, c’est celle de la télécommunication individualisée. Le smartphone, donc. C’est beaucoup plus que le télégraphe, et même plus qu’internet, car c’est internet et un numéro de téléphone qui nous sont attachés quasi physiquement, individuellement, et non seulement aux lieux que nous fréquentons. Mieux : nous pouvons communiquer à peu près partout et toujours, y compris en circulant en ville, même comme touristes. Car le citadinité, la mobilité et la communication se combinent facilement. Et c’est précisément cette combinaison qui est à l’origine de cette révolution géographique qu’on appelle aujourd’hui l’ubérisation.

Vers une démultiplication des possibles

Mais c’est plus que ça. Car tout l’espace de notre vie immatérielle s’en trouve modifié. Notre vie sociale et notre vie culturelle étaient déjà très développées, depuis toujours. Mais ces nouvelles combinaisons géographiques démultiplient les possibles. Il est sûr que nous ferons des erreurs, comme nous avons râté certaines de nos villes. Nous réussirons aussi, comme nous avons réussi à considérablement déployer notre mobilité. Mais les conditions géographiques du maintient de la vie numérique sont encore mal connues. Pour éviter l’extinction de l’espèce, il est raisonnable de penser qu’un des enjeux majeurs de ce maintien tournera autour d’une question : comment réinventer le politique qui va avec un espace humain aux fonctionnements ce point reconfiguré ?

À vrai dire, les premières transformations ont lieu sous nos yeux et le spectacle de la nature humaine est vraiment facinant !

Chroniques
8H45
4 min
Le Journal de la culture
Quand toute carte du monde est mise en scène
Intervenants
  • Géographe, chercheur à l'école polytechnique fédérale de Lausanne, co-producteur du Temps de la géographie
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......