LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Calendrier de l'Avent d'Europol

Calendrier de l'Avent des criminels : la logique du "sympa" jusqu'à l'absurde

4 min
À retrouver dans l'émission

Europol a fabriqué un calendrier de l'Avent des criminels recherchés en Europe. Un objet bizarre....

La Calendrier de l'Avent d'Europol
La Calendrier de l'Avent d'Europol

Europol, l’office européen de police, a eu l’idée d’offrir au peuple européen un calendrier de l’Avent à sa manière. Chaque jour, vous cliquez sur la case adéquate.

Et là…. la case du 1er décembre s’ouvre. Sur la gauche, apparaît dans une menotte qui a la forme d’une boule de Noël la tête d’un homme patibulaire . A droite, les mots suivants : “A tué une prostituée d’une balle dans la tête en 1986” - Sur la gauche, au-dessus de la photo, “Tibor Foco, autrichien, 60 ans, recherché pour meurtre” - Sur la droite de l’écran “S’est échappé de prison à moto pendant une permission spéciale” - Photo de la moto - “En fuite depuis 21 ans” - “Condamné à la prison à vie” - Ecran gris, logo “Europol” - Puis les informations sont résumées avec trois photos : la moto - la dernière photo connue de Tibor Foco - une projection de tête aujourd’hui - puis un “Wanted by Austria - Pour nous aider à faire de 2017 une année plus sûre, aller sur eumostwanted.eu” Vous pouvez ensuite voir le CV d’un Ukrainen qui a égorgé un Bugare, d’un Belge qui a esayé de tuer deux deaers, d’un Bosniaque accusé par les Croates d’avoir volé 5 millions d’euros… Et on pourra découvrir la suite jour après jour jusqu’à Noël (si par crainte d’y figurer, vous voulez savoir quel grand criminel français sera recherché, il faudra attendre le 10 décembre).

Le but annoncé est de mobiliser la population européenne pour retrouver les criminels en fuite - sur la liste de 60 criminels qui avait été publiée en janvier dernier, 20 ont été appréhendés (dont Salah Abdeslam) et, selon Europol, 9 grâce à la médiatisation de leur identité - mais de les mobiliser de manière amusante.

Se croisent à mon sens deux phénomènes contemporains. L’un est l’usage du calendrier de l’Avent à toutes les sauces, et notamment promotionnelles. Libération en faisait une liste ce week-end. Il est certain que si l’on peut ouvrir des cases et trouver de la bière, de la vodka, des croquettes pour chiens (car il existe donc un calendrier de l’Avent pour chiens), ou des préservatifs, il est tout à fait normal qu’on puisse trouver un criminel recherché par toutes les polices européennes.

L’autre phénomène est plus proprement numérique, et l’on pourrait le qualifier de “logique du fun” (ou du “sympa”, si vous voulez absolument un mot français). Dans sa version la plus ambitieuse, cette logique donne la “ludification” (ou “gamification” en anglais). Du latin “ludus”, jeu, la ludification désigne le fait d’utiliser des processus ludiques dans des circonstances pas rigolotes. Bien sûr, ça n’est pas nouveau, le fait par exemple d’introduire des système de points - bons ou mauvais - existe depuis longtemps à l’école (et dans une certaine mesure avec le permis de conduire). Mais le procédé a pris de l’ampleur avec la possibilité donnée par l’informatique de mettre en place facilement des processus d’interaction, d’encouragement, de comptage ; la ludification a donné lieu depuis la fin des années 20000 à tout un développement pratique et théorique, avec des controverses tout à fait intéressantes (autour de son efficacité réelle en particulier). Ca, c’est la version ambitieuse de la logique du “fun”. Ce calendrier de l’Avent d’Europol appartient à une version moins ambitieuse techniquement et intellectuellement qui consiste juste à présenter une information sérieuse sous une forme qui ne l’est pas ; qui consiste à chercher une forme amusante ou légère pour figurer l’information. C’est intéressant, et tout à fait normal, de chercher des formes qui soient adaptées à ce que permet le numérique et à la logique de diffusion de l’information dans les réseaux. Et si ça doit passer par le “sympa”, pourquoi pas. Si quelque chose me gêne dans cette logique, c’est certain de ses présupposés, et notamment que l’internaute est un être assez infantile, auquel il faut s’adresser simplement, parce qu’il aura toujours tendance à privilégier ce qui est court et marrant.…. Cette logique m’agace parce qu’elle n’est pas complètement fausse. Mais en l’occurrence, ce Calendrier de l’Avent pousse jusqu’à l’absurde cette logique du fun puisque le sympa un peu régressif de la case qu’on ouvre pour trouver une surprise entre en collision avec les pires horreurs de l’humanité. En cela, il est peut-être non seulement une réussite communicationnelle (c’est le but recherché) mais aussi une allégorie d'un propriété numérique qui peut devenir glaçante : le contraste entre les fonds et les formes.

Chroniques
8H45
5 min
Le Journal de la culture
Yann Lindingre sur Gotlib : "Dessiner pour lui relevait de la catharsis"
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......