LE DIRECT
Le philosophe stoïcien Epictète

Emmanuel Macron, les start-up et la philosophie

5 min
À retrouver dans l'émission

Y a-t'il un rapport entre tout ça ?

Le philosophe stoïcien Epictète
Le philosophe stoïcien Epictète Crédits : Leemage - AFP

Les Français ont donc placé en tête de ce premier tour de l’élection présidentielle un homme qui a pour double particularité d’avoir croisé la route du philosophe Paul Ricoeur, et de n’avoir jamais caché son intérêt pour les start up. D’où une question : il y a -t-il un rapport entre la philosophie et l’esprit start-up ?

Eh bien oui, figurez-vous. Un récent article du site Quartz raconte comment quelques philosophes gagnent leur vie en conseillant des dirigeants de la Silicon Valley. Des dirigeants qui se posent des questions générales - du genre “comment mener une vie bonne” - mais aussi très pratiques “qu’est-ce que ma start-up doit apporter au monde ?”. D’accord, mais pourquoi la philosophie ? Andrew Taggart, qui fait partie du petit nombre des philosophes de la Silicon Valley, explique le problème. La Silicon Valley est obsédée par le bonheur. Mais tous ces gens ont tendance à considérer la vie comme un problème à résoudre, et que le bonheur apparaît miraculeusement quand la solution est trouvée. “J’appelle ça la problématisation du monde, explique Taggart. Quand vous avez identifié cette nouvelle manière de penser - problème, défi, solution, répétition - vous la voyez partout. Alors que la question n’est pas “comment puis-je mieux réussir ?” mais “pourquoi réussir ?” C’est là où la philosophie peut agir selon Taggart. Oui, mais comment ?

Andrew Taggart considère que le questionnement philosophique est l’essence du travail de ces gens. Soumettre chaque croyance à la réflexion critique peut amener à la réussite - voire au bonheur - mais après un chemin difficile qui nécessite d’examiner les histoires qu’on se raconte. “Les philosophes arrivent quand la connerie devient insupportable dit Taggart. Et il y a beaucoup de connerie dans le business en ce moment.” Comment s’y prend-il pour les aider ? Et bien, il a une quarantaine de clients qui le consultent par Skype à travers le monde. Pour 100 dollars de l’heure. De loin, ça fait penser à une psychothérapie…. Mais non, dit Taggart, car lui n’a pas de but thérapeutique, il use de la logique et de la raison. Et il dit compter nombre succès.

Quelle école philosophique a aujourd’hui le vent en poupe dans la Silicon Valley ? C’est quand même la question. Du Nietzsche ? Du Machiavel ? Du Simondon ?... Non pas du tout. Le truc du moment dans la Silicon Valley, c’est le stoïcisme. Et notamment à travers un homme, Ryan Holiday, qui, après avoir été le directeur du marketing de American Apparel, s’est lancé dans l’écriture de livres de vulgarisation de la pensée stoïcienne. “Le Stoïcisme au quotidien””L’égo est l’ennemi” “l’Obstacle est le chemin”.... Même si les universitaires ont pu qualifier ces ouvrages de “mauvaise pop philosophie... pour arrivistes arrogants”, les ouvrages de Holiday se vendent comme des petits pains et irradient la Silicon Valley. Pourquoi ce succès de la pensée stoïcienne ? Parce qu’elle a un pan très pratique, parce qu’elle impose de se reconcentrer sur ce qui compte vraiment. Tout ce dont la Silicon Valley aurait besoin.

La question est : Emmanuel Macron serait-il stoïcien ? Compliqué d’y répondre dans le temps scandaleusement court qui m’est imparti - et que je ne m’explique toujours pas…. Disons simplement qu’une des devises du stoïcisme, attribué à Epictète, est “Sustine et abstine”, qu’on pourrait traduire par “Supporte et abstiens-toi”... l’abstention… comment dire…. je ne suis pas certain que ce soit une vertu qu’Emmanuel Macron ait intérêt à prescrire en ce moment.

Emmanuel Macron s’inscrit-il pour autant dans la pensée de celui qu’il côtoya un peu, Paul Ricoeur ? Interrogée la semaine dernière dans l’Obs, la philosophe Myriam Revault d’Allonnes, qui fut l’élève et l’amie de Paul Ricoeur, voyait peu de rapport entre Ricoeur, penseur du conflit, et Emmanuel Macron, homme de la synthèse. Et elle citait un propos que Paul Ricoeur adressa en 1991 à Michel Rocard : “Ce qu’il faut commencer aujourd’hui et sans tarder, c’est la critique du capitalisme en tant que système de distribution qui identifie la totalité des biens à des biens marchands.” Ca ne doit pas être ça qu'Emmanuel Macron a retenu de Paul Ricoeur....

Chroniques

8H45
5 min

Le Journal de la culture

Le Journal de la culture : Mardi 25 avril 2017
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......