LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des supporteurs brésiliens pendant la Coupe du Monde de football en 1998

"Huehuehue" : comment les Brésiliens rient sur Internet

5 min
À retrouver dans l'émission

Il y a "hahaha" ou "lol" mais aussi beaucoup d'autres choses....

Des supporteurs brésiliens pendant la Coupe du Monde de football en 1998
Des supporteurs brésiliens pendant la Coupe du Monde de football en 1998 Crédits : THOMAS COEX / AFP - AFP

Je voulais parler du Brésil et de sa politique numérique, qui avait suscité il y a 3 ans grand intérêt - et il faut dire une forme d’admiration - quand Dilma Roussef s’était non seulement opposée frontalement à la surveillance américaine (souvenons-nous qu’on avait appris à l’occasion des révélations d’Edward Snowden que son téléphone personnel avait été mis sur écoute par les Américains) et avait promulgué le Marco Civil d’Internet, sorte de constitution d’Internet. qui affirmait quelques principes forts. Je cherchais donc à faire une sorte de bilan tout à fait sérieux du Marco Civil 3 ans après, quand les hasards de la déambulation numérique m’ont mené à fait autre chose : j’ai appris qu’il existait dans les réseaux une controverse autour du rire des Brésiliens. Pas une controverse essentialiste sur la joie de vivre brésilienne - souvenons-nous de la phrase attribuée au général De Gaulle “Le Brésil n’est pas un pays sérieux” - mais une discussion autour du fait que quand il veulent signifier dans leurs conversations numériques qu’ils rient, beaucoup de Brésiliens n’écrivent pas “hahaha”, ou “hihihi”, ou même “Lol”, mais “huehuehuehue”.

Figurez-vous que ce problème a fait l’objet d’un entrée sur Quora, un site qui recense des dizaines de milliers de questions, en faisant appel au savoir des Internautes pour y répondre. Et donc sur Quora, il y a une entrée nommée : “dans quelle mesure le stéréotype numérique disant que les Brésiliens rient en faisant huehuehue est-il valide ?” Je me suis donc plongé dans les réponses, et y ai appris beaucoup de choses. D’abord, il y a différentes hypothèses pour expliquer les origines de Et alors, je suis tombé sur des choses extraordinaire. D’abord sur des hypothèses quant à l’origine du “huehuehue” des internautes brésiliens. Tout le monde s’accorde à dire que les Brésiliens, dans la vraie vie, n’ont pas un rire très différents des autres êtres humains, ce qui est rassurant. Un internaute attribue cette particularité graphique à une fausse faute de frappe : un “u” qu’on ajouterait entre le “h” et le “e” pour signifier le tressautement du corps provoqué par le rire. Un autre internaute se lance dans une grande histoire du rapport entre les Brésiliens et Internet, passionnante, mais sans grand rapport avec le rire. Mais le plus beau - et le plus émouvant aussi, c’est la réponse d’un internaute Indien (d’Inde, pas d’Amazonie). Il raconte entretenir des amitiés sur Internet avec beaucoup de Brésiliens avec lesquels il discute sur Facebook, ou joue en ligne, et il ajoute avoir remarqué cette particularité du “huehuehue”, mais il va plus loin, car selon lui, les Brésiliens ont maintes manières de signifier qu’ils rient, plus que les autres nationalités, des manières subtiles, qu’il a dû se faire expliquer par ses amis Brésiliens. Et il se lance dans une recension de ces manières. Par exemple, les Brésiliens écrivent “kkkkkkkkkk” pour signifier un rire fort et franc (équivalent du “lol” anglophone pour “loughing out loud”). Ils écrivent “huisha” ou “hausuha” pour l’éclat de rire, la grosse marade, un peu grasse. “Opa” désigne le rire un peu gêné de la surprise de l’erreur, une sorte de “oups”. “Ixiiiii”, c’est pour le rire un peu affligé, l’équivalent de notre “ohlalala”, et il est manifestement d’usage plus courant chez les jeunes internautes brésiliennes. Il y aussi “Ownnn” pour le rire provoqué par quelque chose de très mignon, le “buahahahahah” pour le rire diabolique (utilisé manifestement par les joueurs). Ce que remarque cet internaute indien, c’est que le “hahahah” international est en général réservé aux internautes brésiliens qui parlent d’autres langues que le portugais. Bon, j’avoue être dans l’incapacité de vérifier l’authenticité de ces descriptions, mais je trouve tout ça passionnant, et pour plusieurs raisons :

  • d’abord, il y a sur Internet des usages qui diffèrent culturellement. Internet n’écrase pas toutes les particularités. Les Brésiliens ne sont pas les seuls à avoir différentes manières de signifier le rire en ligne, mais ils ont les leurs et elles sont variées. J’aimerais savoir comment rient les Chinois ou les Russes...

  • ensuite, cette taxinomie des rires brésiliens donne une idée de cette étrange langue qu’est en train de créer Internet, une langue faite de la langue écrite, de la langue parlée, de symboles, de transcription phonétique ou pseudo phonétique. Elle donne une idée aussi de la subtilité de cette langue, subtilité qui ne fait l’objet d’aucune codification explicite, mais qui est tout à fait fonctionnel

  • cela illustre par ailleurs comment Internet documente tout, et notamment des pratiques minuscules, comment il transforme le curieux en un ethnographe amateur. Que ce soit un Indien qui documente les rires brésiliens, moi, ça m’émeut...

  • cette histoire illustre enfin aussi le temps incroyable que l’on peut consacrer à des choses inutiles. J’aime aussi Internet pour ça.

Chroniques
8H45
5 min
Le Journal de la culture
Le Journal de la culture : Mercredi 16 novembre 2016
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......