LE DIRECT
Lorànt Deutsh

Lorànt Deutsch ou la bonne excuse du piratage

4 min
À retrouver dans l'émission

Ce que veut dire l'invocation du piratage pour excuser ses propos dans les réseaux sociaux.

Lorànt Deutsh
Lorànt Deutsh Crédits : Alain Jocard - AFP

Permettez-moi de rappeler l’histoire.

Comme vous le savez, l’acteur Lorànt Deutsch écrit depuis quelques années des livres de vulgarisation historique qui connaissent de grands succès de librairies (sur son Paris ou sur l’Histoire de France). Succès controversé, notamment parce qu’il a été accusé par des historiens de profession de commettre des erreurs et de véhiculer une vision réactionnaire de l’histoire de France (c’est vrai qu’il n’a pas été aidé par le fait de présenter sur la chaîne Histoire un documentaire sur Céline, réalisé par Patrick Buisson…). Et donc, comme c’est le cas dans notre monde, et en écho à l’exposition médiatique dont jouit Lorant Deutsch, cette controverse se déroule dans les réseaux sociaux.

Et hier, le site Buzzfeed a publié un article visant à montrer qu’un compte Twitter défendant systématiquement Lorànt Deutsch - un compte Twitter répondant au nom de @lacathelinierre et qui ne fait pas dans la dentelle - était tenu par l’acteur lui-même. Aux gens osant remettre en cause Lorant Deutsch, il est répondu qu’ils sont des “fachos de merde” ou des “cancrelats de gauche”, et à tous le propriétaire du compte souhaite régulièrement de “mourir au Bataclan” (une étrange obsession….), ce à quoi il faudrait ajouter des menaces aux “femelles” qui osaient l’attaquer. En appui de son hypothèse, Buzzfeed a avancé plusieurs faits : le compte est très bien informé (il évoque par exemple les détails d’une émission de télévision pas encore diffusé), parfois le locuteur dit “je”, le pseudonyme @lacathelinierre fait référence à Louis-François Charles Ripault de La Cathelinière, officier vendéen guillotiné en 1794 par les Républicains. Or Deutsch est royaliste et défenseur de l’idée d’un génocide vendéen. Mais il y a des preuves plus techniques : ce compte Twitter a été ouvert avec le mail de Lorànt Deutsch, tout comme un compte Facebook sous le nom Lorant La Cathelinière qui accueille comme amis des proches de l’acteur.

Jusque là, cette histoire est complètement anecdotique, voire assez pathétique, là où ça devient drôle, c’est quand Lorànt Deutsch, joint par Buzzfeed, a nié être derrière ce compte et a avancé une explication : son compte aurait été piraté.

Ah… le piratage de compte… Même si cela semble hautement improbable au regard des preuves apportées par Buzzfeed, c’est techniquement possible. Il y a dix jours le compte Twitter du ministre des affaires étrangères belge Didier Reynders a été piraté et a posté une photo sur laquelle était écrit “Fuck You Canada”, mais ça n’avait duré que quelques heures … Ce qui est étrange, c’est que cette excuse revient souvent dans la bouche des personnalités publiques prises en défaut dans les réseaux. En 2012, Valérie Trierwieller postait un tweet avec un lien énigmatique ? Piratage disait-elle. En 2014, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy Frédéric Lefèbvre avait posté un tweet de bonne année dans lequel il écrivait : “Que le bonheur et la réussite vous sourisse en cette année” (avec double faute de conjugaison et de syntaxe) ? Piratage, disait-il. Et on pourrait ajouter d’autres exemples à cette liste, sans jamais que ce soit prouvé.

Plusieurs hypothèses pour expliquer le recours à cette invocation du piratage :

1. c’est une excuse pratique, qui table sur le fait que le public ne sait pas très bien comment marche tout ça, sur le fait que ceux qui savent comment ça marche ne perdront pas de temps à aller vérifier (si tant est que ce soit possible) et que donc, elle suffira à faire oublier une erreur .

2. c’est aussi une manière paradoxale de se donner de l’importance. Si j’invoque le piratage, je signifie que ma parole a suffisamment de poids pour que quelqu’un trouve un intérêt à me faire dire quelque chose que je n’aurais pas dit. On peut comprendre que l’Armée Electronique Syrienne pirate le compte Twitter de Barack Obama, comme elle l’avait fait en 2013, pour insérer des liens vers des vidéos de propagande, on comprend un peu moins pour un message de bonne année de Frédéric Lefebvre.

3. c’est surtout il me semble, la formulation contemporaine et technologique du très fameux “je ne peux pas avoir dit ça, enfin, vous avez été abusé”. Si le “je ne peux pas avoir dit ça” supposait que quelqu’un d’autre, sans doute malveillant, avait fait croire que que je l’avais dit, l’excuse du piratage technicise la malveillance, mais le réflexe est le même. Il consiste à transformer l’auteur en victime - victime de la médisance ou du piratage - en désignant une menace vague et impossible à identifier.

Chroniques

8H45
4 min

Le Journal de la culture

Le Journal de la culture : Jeudi 27 octobre 2016
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......