LE DIRECT
Désert de l'Utah

Pour un réseau social vide et sans personne

4 min
À retrouver dans l'émission

Eloge du rien

Désert de l'Utah
Désert de l'Utah Crédits : Mint Images - AFP

J’imagine que comme moi, vous vous demandez ce que les gens regardent dans leur téléphone quand ils le sortent à l’arrêt de bus, dans une file d’attente, dans les intermèdes de la vie… Vous vous demandez quelles images fait défiler le pouce qui scrolle, quels contenus sont si vite survolés.… Un développeur du nom de Dan Kurtz s’est posé ces questions. Mais, lui, il y a répondu de manière assez radicale : “Je ne cherche aucun engagement cognitif avec quoi que ce soit, mais je sens que regarder mon téléphone est comme mon état par défaut.” Peu importe ce qu’on regarde. Le problème n’est pas là. Le sens est dans le geste lui-même.

Pour autant, ce geste n’est pas anodin. Car en allant dans les réseaux sociaux,on retweete, on like, on partage, et on entretient une économie, celle de ces plateformes qui vivent de nos actions numériques les plus dérisoires (imaginez qu’à chaque fois que, contemplativement assis à une terrasse à regarder passer les gens, vous vous disiez d’une passante qu’elle est chic, d’un chien qu’il est marrant, d’un reflet sur votre verre qu’il est joli, quelqu’un gagne de l’argent avec votre avis, et ben c’est un peu ça qui se passe quand vous traînez et likez dans Instagram….). Et donc, considérant que ces petits gestes ou petites errances mentales devaient rester gratuites, dans tous les sens du terme, Dan Kurtz a décidé d’agir en conséquence. Il a créé une application du nom de Binky.

Le principe de Binky est à la fois très simple et très profond. Il s’agit d’un réseau social sans sociabilité, d’une plateforme de partage ou où ne partage pas, d’un lieu d’expression où l’on ne s’exprime pas. Binky, c’est rien. Un réseau social Potemkine. Quand vous ouvrez l’application, Binky vous propose une interface qui pourrait ressembler à Instagram. Des photos arrivent. Mais elles ne proviennent de personne, elles ont été choisies par hasard dans Twitter, Facebook, Instagram… Vous pouvez “binker”, mais ça n’a aucune conséquence, personne ne le verra. Vous pouvez partager si vous voulez, mais personne ne le recevra ce lien, étant donné que vous n’êtes en lien avec personne. Vous pouvez commenter, mais quoique que vous écriviez, c’est la machine qui générera automatiquement un commentaire avec plein de “wonderful” et de hashtags. Mais de toute façon, personne ne verra ce message. Car l’application ne garde rien. Binky, c’est donc la réduction de l’acte numérique à sa gestuelle pure, sans qu’il n’y ait plus aucun contenu. “C’est le plaisir de tapoter, de scroller, de liker, de commenter, mais sans "la charge du sens", comme le dit un journaliste de the Atlantic. Absurde me direz-vous. Pas tant que ça si on n’y réfléchit bien. Ce même journaliste a toute une théorie qu’il va puiser dans Marshall Mac Luhan, considérant que Binky est une application radicale de la fameuse phrase de Mac Luhan “the medium is the message”. Mais plus simplement Binky, ce serait comme une cigarette électronique sans nicotine, ou alors comme une tétine, pour reprendre l’analogie de de Kurtz qui pose néanmoins la question : “une tétine n’est-elle qu’une parodie ?”

Mais je pense que Binky est plus que ça, et permet de répondre à une question supérieure. Durant mes études, j’ai été fasciné par un sujet donné au concours d’entrée de Normale sup “Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?”. Je trouvais ce sujet incroyablement incongru, avant de découvrir que c’était peut-être LA grande question de la métaphysique. Et aujourd’hui je découvre que Binky permet de répondre à cette grande question. Considérez Instagram comme quelque chose et Binky comme rien. Et réfléchissons ensemble : y a-t-il une grande différence entre rien et quelque chose ? Sommes-nous certains qu’il y ait quelque chose là où nous considérons qu’il n’y a pas rien ? Et réciproquement, sommes-nous certains qu’il y ait vraiment rien là où nous considérons qu’il y a quelque chose ? Et même, à partir du moment où il y a rien, n’y a-t-il pas déjà quelque chose ? Car en étant, rien ne devient-il pas nécessairement quelque chose ? Et même, rien n’est-il pas supérieur à quelque chose, en tant qu’il en dévoile la structure de toute chose - qui réside dans le simple fait d’être, même rien ? On pourrait dire que rien est la condition même de quelque chose. Ainsi, on en arrive à cette conclusion paradoxale : il faut qu’il y ait rien, pour qu’il y ait quelque chose. Donc, fort logiquement, il y a plus dans Binky que dans Instagram, ce que traduit le journaliste en disant que Binky est plus “satisfaisant” qu’Instagram. Et je crois pouvoir affirmer que c’est la raison pour laquelle Sonia Kronlund, en intitulant votre film “Nothingwood”, vous réalisez artistiquement ce paradoxe. Car dans Nothingwood, dans ce cinéma afghan apparemment de rien, il n’y a pas moins que dans Hollywood ou Bollywood, il y a au contraire et Hollywood et Bollywood. Il y a la condition d’existence de Hollywood et de Bollywood. La condition d’existence du cinéma. On le comprend sans que jamais votre film ne le dise. Et c’est ça qui est beau.

Affiche de "Nothingwood"
Affiche de "Nothingwood"

Chroniques

8H45
6 min

Le Journal de la culture

Le Journal de la culture : Mercredi 14 juin 2017
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......